Se muer en carnetière : un an de blogging scientifique

Voilà bientôt un an que je vous raconte, à vous mes lecteurs et lectrices, mais au fond aussi à moi-même, les tribulations de l’aventure doctorale.

Que dire de l’année écoulée ? Époustouflante. Voilà, je crois, le qualificatif le plus proche de la réalité vécue au cours de l’année écoulée, entre débuts de la thèse, révolution libanaise, pandémie mondiale, début de l’enseignement. Un sentiment diffus d’avoir régulièrement le souffle court face à tout cela.

Pourtant, lorsque l’ACFAS et Frédéric Macé m’ont proposé de participer à une formation au blogging scientifique1, je n’ai pas hésité une seconde. Parce que l’essence de la recherche, c’est aussi le partage. Apprendre à d’autres à partager leurs recherches, c’est donc une suite logique. J’ai ainsi eu le plaisir d’animer une formation au blogging scientifique avec Pascal Martinolli, bibliothécaire à l’Université de Montréal. Je vais ici tâcher de vous faire part de mon expérience du blogging entre conseils pratiques pour se lancer et retour d’expériences sur mon vécu de carnetière et sur ce que ça a fait à ma recherche de me lancer.

Comme un hommage à celles qui m’ont donné envie de bloguer mon doctorat …

Faire le choix de bloguer sa recherche peut répondre à plein d’envies et de besoins. Pour moi, ça a été une évidence.

Cette évidence, elle est d’abord le résultat d’une pointe de jalousie en master quand je voyais toutes ces doctorantes et chercheuses bloguer leur recherche et me donner envie d’en faire de même. À dire vrai, je me suis même posée la question d’ouvrir un carnet dès le master, pour raconter mon mémoire. Caroline Muller (du carnet Acquis de Conscience) m’avait alors conseiller d’attendre la thèse car le carnet pouvait être un exercice prenant alors que le master est déjà un marathon en soi.

Alors, armée de toute la motivation d’une jeune doctorante, de toute l’énergie que l’on a dans les premières semaines de la thèse, je me suis lancée. C’est comme ça que ce carnet : Rêves de laïcités est né. Pour vous conter ma thèse. C’est concomitamment que j’ai rencontré plein de carnetières et carnetiers. On parle peu de ceux qui nous ont amené là où nous en sommes, alors avant de rentrer dans le vif du sujet, j’aimerai remercier ceux et celles qui ont bloguer avant moi et qui restent des sources d’inspiration permanente.

  • Johanna Daniel, bien sûr, et son magnifique carnet autour de l’estampe, de la thèse, des humanités numériques. J’ai nommé Isidore et Ganesh.
  • Caroline Muller (oui, je la cite deux fois, que vous voulez-vous, on inspire ou on n’inspire pas) avec un très beau carnet sur l’histoire du XIXe siècle, entre religieux, genre, humanités numériques, enseignement et Bosnie. Il s’agit, bien sûr du carnet Acquis de Conscience.
  • Claire Placial, évidemment, du carnet Langues de feu, qui nous émeut entre poésie et Bible.
  • Stéphanie Pirez-Huart aussi, avec ce beau carnet (Médié V@l) qui nous initie joliment à l’histoire urbaine et à l’histoire médiévale.
  • Mélodie Faury, aussi comme une évidence à l’échelle des belles rencontres twittesques, qui nous propose un beau carnet où se pense enchevêtrement et science de demain ; avec ce nom si suggestif : L’Infusoir.

Cette liste n’est bien sûr par exhaustive, mais quand je pense à la communauté Hypothèses, c’est avant tout à elles que je pense, comme celles qui m’ont donné envie de m’armer de mon clavier pour partager le cours de mes recherches.

Pourquoi bloguer ?

Se lancer dans le blogging

Chercher à donner des conseils pour se lancer dans l’aventure du blog de recherche demande une introspection. Pourquoi nous sommes nous lancés au départ ? Pourquoi faire le choix du carnet quand on pourrait écrire des articles, dormir, regarder des séries ? J’avais déjà évoqué les dilemmes du carnet de recherche et les ambivalences de l’outil dans un précédent billet (ici). J’aimerais maintenant m’attacher à développer ce qui donne un sens à ce choix.

J’emprunte ici une expression proposée par Mélodie Faury qui nous présente les carnets de recherche comme étant une maison, dans laquelle « on vient rendre visite, lire et discuter [avec ceux qui les écrivent] et où ils et elles nous y accueillent2 ».

Dans un carnet de recherche, dans son blogue, on se dévoile soi, ses recherches, son parcours. On met en lumière ce que l’on veut que le monde de la recherche, cette communauté qui nous suit, nous lit, nous accompagne dans nos tâtonnements, sache de nous.

Blogguer sous de multiples formes : carnets individuels, carnets collectifs

Mais alors comment bloguer sa recherche ? Tout dépend de vous et de vos envies. Le maître-mot, in fine, consiste à se faire plaisir dans ce que vous écrivez, dans ce que vous partagez. Ça évoluera avec vos recherches, vos situations, vos besoins.

Il y a au fond deux grandes formes de carnet : le carnet collectif et le carnet individuel. Ce sont, je crois, deux formes différentes de vulgarisation de sa recherche.

D’un côté, les blogues collectifs s’alimentent plus facilement. Le fait collectif leur donne une impulsion autour d’une communauté de recherche (comme pour les carnets d’Études Politiques ou pour les carnets de l’IFPO) ou bien autour d’un projet collectif (comme dans la Villa Réflexive ou le carnet Académia -autour des luttes du monde universitaire français-). Cependant, précisément parce que moins personnels, ils permettent surtout d’évoquer des recherches, des projets, de montre « une science en train de se faire » sans forcément témoigner de ce que sont les personnes derrières les billets. Il s’agit alors précisément d’une vulgarisation de sa recherche, le carnet n’est pas tant une maison qu’un miroir de nos recherches et de ce que l’on veut en partager de façon plus accessible qu’un article.

À l’inverse, les blogues individuels sont nos « maisons », nos reflets. On y partage nos recherches, nos vies, nos doutes, nos peurs. Permettez-moi de filer une métaphore ouverte par Caroline Muller dans la Villa Réflexive (ici). Comme un carnet papier, notre carnet de recherche est ce que l’on emmène partout avec nous. Miroir de nos progrès, de nos avancées, symbole sensible de notre travail. Il nous donne l’illusion de fixer le mouvement de nos idées3. On fige le carnet à notre image, il évolue avec nous, nos chemins de traverse, nos doutes, nos envies, on en fait ce que l’on veut.

Se faire plaisir dans l’écriture

Bloguer, c’est donc avant tout se faire plaisir, pour traduire nos vies, nos chemins de chercheurs et chercheuses.

Ce carnet de recherche devient peu à peu un miroir de soi, de nos émerveillements, de nos réussites, de nos doutes, de nos envies. Il accueille nos textes les plus sincères, nos pas-de-côtés, nos réactions à une actualité brûlante, …. Ils deviennent un espace à soi, où l’on traduit notre recherche en une multitude de petites opérations. Malika Rahal dit du carnet de recherche qu’il est celui qui accueille « ces observations et découvertes […] encore insuffisamment travaillées4 ». Nos pratiques collectives laissent à penser que telle est bien la fonction première des carnets. De l’annonce d’un changement de direction de recherche (ici par C. Muller) à l’embarquement du lecteur au sein des archives et à la découverte des passeports de l’intérieur ( par J. Daniel), ils accompagnent les creux de la vague, les découvertes submergeantes et les doutes paralysants.

On s’adresse autant à soi, son soi présent, celui du futur qui doit garder trace, celui d’avant qui doutait trop ; qu’à ceux et celles qui nous accompagnent. On écrit pour soi, pour ceux qui nous lisent, pour la communauté de la recherche. On se justifie, on dénonce, on partage. Le carnet est alors presque le symbole de nos états d’âmes, de nos consciences, de nos peines. Il est reflet de nos avancées.

Pourtant au-delà de la poésie et du sensible, au-delà même de la poésie du sensible, le carnet est aussi (et évidemment !) un outil de valorisation de soi et de sa recherche, à mesure que l’on l’a vulgarise.

Entre valorisation de soi et vulgarisation de sa recherche : ISSN & réseaux sociaux

Notre carnet référencé auprès de la BNF ?

Il s’agit, d’abord, de souligner l’un des apports majeurs de la plateforme Hypothèses : la possibilité d’obtenir un ISSN auprès de la Bibliothèque Nationale de France.

Identifiant bibliographique, l’ISSN permet de donner une légitimité scientifique et académique à un support en ligne (comme des revues en ligne ou des bases de données). En permettant l’enregistrement de carnets auprès de la BNF, OpenÉdition donne une légitimité scientifique à celles et ceux qui bloguent leur recherche en français. Opération concomitante à l’inscription de votre carnet au Catalogue d’OpenÉdition5, cet ISSN traduit la légitimité scientifique de ce que vous publiez sur votre carnet.

Cela est précisément permis par la validation de votre projet de carnet par l’équipe d’Hypothèses (qui est accompagnée d’un comité scientifique, composé de chercheuses et chercheurs qui animent eux-mêmes un carnet)6.

Dès lors, ce reflet de nos états d’âme devient aussi un espace de légitimation de soi, une maison scrutée, référencée, retrouvable. On se met en jeu, en essayant de ne jamais perdre de vue l’enjeu scientifique, en gardant nos recherches, leur ancrage scientifique comme fil rouge de notre carnet et de son animation.

Les réseaux sociaux comme prolongement du carnet ? Le blog comme création d’une image numérique de soi

Enfin, il me semble nécessaire d’ajouter deux mots sur la place atypique du blogue dans l’environnement numérique du chercheur.

Scrutez la colonne de gauche de ce carnet … ! Des mots-clés au planning du semestre en passant par les liens où vous pouvez me retrouver, le carnet est une mise en scène de soi, de son travail ; de ceux et celles avec lesquels on travaille aussi. Par le carnet de recherche, on vulgarise sa recherche mais on se « met en scène » tout autant. Le carnet devient une vitrine numérique, un espace centralisateur de toutes nos présences numériques éclatées, des Archives Ouvertes aux pages sur les sites de notre laboratoire, de nos projets collectifs à nos espaces de partage.

En étant modulable, à notre image, le blogue donne une liberté de présentation de soi exceptionnelle, qui permet de façonner notre espace numérique et de renvoyer vers les espaces qui comptent pour nous. C’est par ce jeu d’association entre un parcours, des recherches, un style d’écriture et un visage, une personne (c’est même pour cela que j’ai fais le choix d’ajouter une photo de moi sur ce carnet) que le carnet de recherche révèle toute sa force dans la diffusion de ses travaux en début de parcours doctoral.

Les réseaux sociaux et le blogue sont alors en interaction, dès lors que l’on envisage certains de nos réseaux sociaux comme des espaces de discussion scientifique. C’est bien souvent sur Twitter que je vais partager mes billets, lancer des idées avant d’en faire des billets ou bien partager au quotidien mes doutes. Les réseaux sociaux sont alors des espaces de valorisation de notre vulgarisation. On échange, on partage … et plus important, on se crée une communauté, des béquilles solides pour les jours de doutes, les soirs d’épuisement et les coups dures. Quand j’ai lancé le carnet, c’était avant tout pour que ceux et celles qui m’avaient soutenue dans l’épopée du contrat doctoral (je vous raconte ça ici et ) puissent découvrir mes recherches autrement, dans des formats plus rédigés et plus proches des attendus de la communauté académique. C’est donc bien ma présence sur Twitter qui a largement définie mon public et mes lecteur(trice)s et mon style de présence dans ce carnet.

Convaincu(e) ? Se lancer dans le blogging scientifique avec l’Incubablog

Je me permets, pour conclure, de vous partager une superbe rampe de lancement du blogging scientifique, proposée par Pascal Martinolli : L’incubablog. Disponible sur GitHub, ce programme se propose de vous aider à vous jeter à l’eau. Il vous suggère des pistes semaine après semaine pour lancer votre carnet de recherche et mieux savoir ce que vous voulez faire avec celui-ci.

J’espère que les pistes que je dessine dans ce billet, comme celles proposées par Pascal dans ce programme de lancement d’un blogue sur sa recherche, vous aidera à vous lancer. Le carnet a pris une grande place dans les tribulations de ma thèse, comme une respiration au milieu des doutes et des peurs.

N’hésitez pas à partager vos propres carnets/blogues dans les commentaires. Découvrir et partager « la recherche en train de se faire » est toujours un immense plaisir.

*****

Ajout en date du 10 novembre 2020
Marion Wesely (qui a longtemps travaillé pour la plateforme Hypothèses) m’informe d’une subtilité qui m’avait échappée et dont je me dois de vous faire part. L’ISSN est un identifiant international pour toute publication. Il n’apporte donc pas en soit de légitimité scientifique puisque n’importe quel périodique (comme le catalogue de La Redoute) dispose d’un ISSN. Cela dit, d’un point de la légitimité que l’on se donne, je trouve que cet identifiant change la donne et permet une forme de reconnaissance institutionnelle de son travail ; reconnaissons dont ; avouons-le ; on ne se prive pas en début de thèse.

  1. Vous pourrez retrouver les différentes formations proposées par l’ACFAS juste ici, ils ont développé toute une offre en matière de vulgarisation de la recherche qui pourrez vous intéresser ! []
  2. FAURY Mélodie, « Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche », Revue de la Bibliothèque Nationale de France, no 58, 2019, p. 76. []
  3. J’espère que Caroline me pardonnera cette paraphrase grossière, son texte est vraiment beau et il résonne de plus en plus dans mes moments de doutes. []
  4. RAHAL Malika, « Le carnet de recherche. Un nouvel outil dans l’écriture d’une histoire du temps présent », Le Mouvement Social, vol. 4, no 269-270, 2019, p. 135. []
  5. Pour en savoir plus sur cet enregistrement des carnets au catalogue OpenÉditions et l’obtention d’un ISSN, toutes les infos sont disponibles juste . []
  6. Toutes les informations sur les conditions d’ouverture d’un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses sont disponibles . []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search