Rebondir et faire place à l’émotion dans l’entretien … et dans sa recherche ?

Hier, j’ai failli pleurer en entretien.

Je ne sais pas bien pourquoi je ressens le besoin de l’écrire ici, de laisser une trace. Peut-être parce que ce moment résonne avec un rappel fait par ma directrice de thèse : « Il vous faut adopter une posture compréhensive en entretien mais pas forcément empathique ».
Or, je crois bien que cette question de la posture à adopter en entretien, de ce positionnement juste du chercheur face à des acteurs me chiffonne. Elle charrie en réalité beaucoup d’implicites sur le positionnement du chercheur sur son terrain et invite à questionner plus largement le rôle de sa recherche dans la société, dans l’espace que l’on étudie.

Je ressens donc le besoin de faire œuvre de réflexivité, pour que ce moment difficile de l’entretien puisse être envisagé dans ce qu’il impose à ma recherche.
Je voudrais essayer de faire ici le récit de cette recherche qui me traverse … et de tous les effets qu’elle peut avoir sur la chercheuse et sur la citoyenne que je suis.

Des circonstances exceptionnelles d’enquête

Il me semble d’abord urgent de revenir sur les conditions de l’enquête. Celle-ci n’est pas « normale », je ne suis pas au Liban, je ne rencontre pas les actrices et les acteurs de mon terrain dans un café ou sur leurs lieux de travail. Être sur le terrain à l’heure de la pandémie consiste à fermer la porte de ma chambre, à attraper mon carnet de terrain et à activer ma webacam sur Zoom ou Skype. Cet enchaînement de petits gestes me projette dans une autre réalité. En face de moi, de l’autre côté de l’écran, nous ne sommes plus à Paris mais au Liban, souvent à Beyrouth ou dans sa banlieue, dans des bureaux d’enseignant(e)s, de chef(fe)s d’établissements, …. Souvent ils sont chez eux, parfois dans leurs établissements. Leur réel est confiné, les élèves sont chez eux, eux-mêmes derrières des écrans. Les rires et les éclats de voix dans la cour sont absents, la salle des profs désertée et le quotidien se déroule derrière un ordinateur pour chacun(e).

Or, cette projection dans un autre réel ne peut être que distante. Rien n’efface le fait que je ne suis pas au Liban, que je ne connais pas la réalité du quotidien. Je le connais dans son expression objective, je vis ce qu’impose la pandémie, je connais le taux de la Livre Libanaise comme matérialisation de la violence de la crise économique, je sais l’absence de gouvernement et ses conséquences politiques et sociales mais je ne vis pas ce réel. Je ne suis pas au Liban et au fond, rien ne peut changer cela.

Cette impossibilité de vivre sensiblement la réalité du terrain me pose une véritable difficulté éthique. À dire vrai, ce questionnement éthique se poserait même sans la pandémie : comment enquêter sur un monde social qui s’effondre quand soi-même en tant que chercheuse étrangère, on ne connaît rien de cet effondrement ? Bien sûr, au Liban, j’aurai eu du mal à m’approvisionner en dollars et j’aurais saisi sensiblement les interstices de la crise économique. Mais mon salaire étant payé en euros, je n’aurais été que peu impactée par la dévaluation de la livre libanaise. Ceci fait de moi une privilégiée par rapport à la plupart de mes enquêté(e)s.
En ajoutant la distance imposée par la pandémie, au-delà de ne pas connaître les effets de la crise économique, je ne peux même pas observer les effets de cette crise sur le quotidien de mes acteurs. Je suis dans mon confort parisien quand ils me font le récit de ce que ces crises multiples changent pour eux.

L’empathie comme réponse à la distance ?

C’est dans ce cadre que la posture compréhensive a laissé place à l’empathie. Parce qu’une enquêtée me disait souffrir des pénuries, avoir le sentiment d’être frustrée en permanence d’une situation à laquelle personne ne semble voir l’issue. Je percevais à la caméra son émotion, elle était aux bords des larmes et j’avoue l’avoir été moi aussi.

En situation d’entretien, encore plus à distance, il faut se décider très vite sur ses choix de posture, de relance. On doit contrôler sa spontanéité pour choisir ce que l’on laisse transparaître à la caméra et à ce moment-là, je fais le choix d’admettre que je suis dépassée. J’avoue à mon enquêtée mon malaise, je lui dis que je ne sais pas bien quoi répondre, que je suis désolée et triste mais que je ne souhaite pas la blesser en parlant depuis mon confort parisien. Elle dissipe mon malaise en me disant : « Mais vous savez, je n’attends pas que vous sachiez quoi répondre. Il n’y a rien à répondre. C’est terrible, on ne voit pas d’issue ici. »

Comme toujours, l’enquêté(e) nous montre la voie. Ici, elle me donne les clés pour rebondir, pour ouvrir une nouvelle séquence de l’entretien sans juger mon malaise mais en m’exposant sa réalité et ses souffrances. En lui faisant l’aveu de mon malaise, de mon incapacité à rebondir face à cette émotion qui a transcendée la distance, je crois être sortie d’une posture compréhensive. Je ne cherchais plus à rebondir sur ses propos, à compléter sa réflexion. J’étais juste là, avec ma tristesse, incapable de continuer à adopter cette posture compréhensive. J’ai réagi spontanément. Avouer le malaise, admettre les effets de l’émotion pour pouvoir poursuivre l’échange.

Au fond, être empathique, accueillir mes émotions et les siennes, leur faire une place dans notre discussion me semblait être la façon la plus naturelle de répondre à cette distance. Sûrement d’ailleurs que si on avait été assise à la même table, je lui aurais proposé un mouchoir, dis de reprendre son souffle et de prendre son temps pour me répondre. Comme si l’empathie était la seule modalité pour faire une place à l’émotion. En écrivant, je réalise que c’est l’émotion qui me pose problème. Je ne sais pas comment l’accueillir sans dévoiler à l’autre l’émotion propre au fait qu’il me confie une part de lui-même et de ce qu’il traverse. Au-delà, je ne sais juste pas encore jauger à quel point ce rapport à l’empathie peut ou non entraver la pratique sociologique.

Dans cette incertitude, revenir à Alban Bensa m’est apparu comme une évidence.

« Écrire, c’est sous-titrer ce qui est advenu, ce que nos hôtes et les événements qui nous ont liés ont tatoué en nous de significations en ce que nous avons été “affectés“. »

Alban Bensa dans « Le dessous des mots »1

Si la recherche sociologique existe précisément pour être écrite, alors peut être que je dois admettre que ce partage de l’émotion à distance est l’une des difficultés inhérentes à mon enquête. Parfois, elle repose sur le partage fébrile d’émotions à distance. Parfois, l’empathie devient la seule réponse. Peut-être que cela constitue même l’une des clés de ma propre posture sociologique.

Or, cela interroge profondément les rôles que je donne à mon enquête. Si j’admets que l’empathie n’empêche pas la recherche, qu’elle est parfois constitutive de l’interaction et de l’émotion qu’elle charrie. Que la réflexivité permet de répondre à ces moments où la posture compréhensive de la sociologie a laissé place à une réaction empathique spontanée ; alors il me faut questionner le rôle que je donne à ma recherche. Il me faut interroger mes objectifs pour mieux articuler ma posture à mes ambitions de recherche.

Tenir par l’émotion : questionner l’école, documenter les crises

Mon projet de thèse (que je vous expose plus en détail ici et ) repose sur une intuition. Il se formule dans la société libanaise, et dans les murs de certains établissements scolaires au Liban, un nouveau rapport citoyen au Liban : un horizon laïque, ou du moins, de déconfessionnalisation de l’espace politique et citoyen libanais.
Envisagé comme un projet en tiroir, il s’agit tant de questionner les pratiques pédagogiques mises en œuvre dans les mondes scolaires franco-libanais que d’interroger l’influence citoyenne de ces mêmes mondes scolaires, au prisme de cette « hypothèse laïque ».

Or, le premier des effets du mouvement d’octobre 2019 (que j’évoque déjà par ici) sur ma recherche a été de confirmer cette intuition. Il me semble, même si tout cela doit maintenant être étayé par une enquête empirique, que la revendication d’une déconfessionnalisation de la société libanaise s’est faite plus insistante, s’est présentée comme l’une des voies permettant de mettre fin au système corrompu qui organise jusque-là la vie politique libanaise2.

Pourtant, j’ai eu longtemps le sentiment que mon sujet se dérobait face à cela, qu’il me dépassait. Comme s’il n’était plus possible de tenir la réflexion à l’intérieur des espaces scolaires, de la contenir à cela. Circonscrire un espace de réflexion, m’auto-légitimer dans cette focale a sûrement été l’une de mes épreuves dans cette première année de thèse. Réussir à donner du sens à mon objet de recherche alors même que j’avais le sentiment que les évènements le poussait à se dérober.

J’aimerai ici exposer quelques unes des pistes de recherche qui s’offre à moi maintenant que débute le terrain … (et que je crois être réconciliée avec mon objet).

— Questionner les voies d’une transformation citoyenne par la focale scolaire

Tel est mon premier objectif, celui qui n’a pas bougé depuis l’écriture de mon projet de thèse et auquel le terrain donne chaque jour un peu plus de sens. Faire le choix d’un objet réduit3 me permet d’envisager dans le détail les effets citoyens d’une socialisation scolaire. Tour à tour, ce sont les pratiques scolaires, les ambitions pédagogiques, les réalités sociologiques des établissements qui sont envisagées dans leurs effets sur le long terme. Il s’agit de patiemment dessiner les contours de cet horizon laïque, d’exposer ses limites, d’envisager ses ambitions. Par l’entretien, je m’attache à comprendre dans le détail les pratiques des acteurs, les intentions qu’elles dévoilent. Dans un deuxième temps, sûrement faudra-t-il interroger les élèves, leurs compréhensions de ces pratiques, les effets qu’elles ont sur eux.
Peu à peu, ce sont les effets extérieurs de cette socialisation qui se donnent à voir, les engagements associatifs, les revendications politiques d’anciens élèves ou de professeurs qui se dessinent et laissent apparaître la possible inscription politique plus large de cette « hypothèse laïque ».

— Documenter la violence de la crise

Mais en parallèle, c’est aussi la violence des crises libanaises qui transparait dans mon matériau empirique. Violence de la crise économique, effets de la crise sanitaire sur les mondes scolaires, destructions causées par l’explosion du 4 août, c’est tout un Liban en crise qui se dévoile et que je peux tenter de documenter au fil des entretiens. Je ne suis pas certaine d’avoir les épaules pour cela, mais il s’avère bien que je suis au contact avec un terrain qui peur pour lui-même et qui chaque jour explore un peu plus les effets sensibles des crises … et de la résilience sur les institutions. Il m’est, de fait, impossible d’éluder cela.

Les mots que l’on me confie sont alors bien plus que « des mots pour dire les relations productrices de savoirs »4, ils éclairent et dévoilent les temps troublés que traverse le Liban et laissent ainsi une trace indélébile des effets sensibles et humains des multiples crises que la société libanaise vit. Et peut-être alors que le partage d’émotions est le seul juste moyen de rendre compte de cela ?

  1. Bensa Alban, « Le dessous des mots », Sensibilités, n° 2, 2016, p. 171 []
  2. Si cela vous intéresse, le premier texte de communication que j’ai publié sur HAL évoque les indices de cette inscription plus franche dans la société libanaise de cette hypothèse d’une déconfessionnalisation. Vous pouvez trouver ce texte par ici. []
  3. Dans mon cas, le réseau scolaire de l’AEFE composé d’une cinquantaine d’établissement, souvent envisagé par le prisme de la dizaine d’établissements qui s’inscrivent aussi au sein de la MLF. []
  4. Toujours par Alban Bensa dans son fabuleux article « Le dessous des mots », p. 169. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Beaucoup de points très intéressants, merci ! Dans ma pratique (non académique, professionnelle) de l’entretien approfondi, l’empathie et l’émotion viennent en premier. Cette personne — ancien émigré ruiné et mentalement déséquilibré, magnat des armes, dame patronnesse, grand serviteur de l’État apparemment borné, informaticien détenteur de la clé du coffre qu’il est chargé de ne pas m’ouvrir, maman de bébés vivant dans les peintures au plomb, personne encore jeune dialysée à vie… — je suis un peu elle, sinon je perds mon temps, je ne tirerai rien de l’entretien. C’est un peu ma mère, mon père, mon frère… Et en même temps je ne peux rien pour l’aider, l’entretien n’est pas fait pour elle mais pour moi : c’est elle qui me fait le cadeau d’un peu de son temps, d’une chance pour moi d’avancer mon sujet. La pauvreté qu’elle expose, les vulnérabilités et impuissances qu’elle me révèle aussi haut placée soit-elle, et qui sont toujours, toujours, même sur le sujet le plus technique, ce qui fournira un matériau utile (there is a crack in everything, that’s how the light gets in), je ne peux que sympathiser avec, sinon je suis un monstre. Mais cette empathie ne suffit pas. Je suis là pour un enjeu plus large que le cas de cette personne. Si elle m’accueille, qu’elle m’ouvre plus ou moins sa porte, c’est qu’elle partage un peu cet enjeu. Et que celui-ci n’est pas réglé, que ni la personne ni moi n’avons la solution, qu’il faut travailler dur pour en accoucher, ensemble, un petit peu. Plus dur pour la personne, dans le rôle de la parturiente, que pour moi dans celui de l’obstétricien. J’ai devant moi une personne vulnérable, je suis là pour l’encourager à accoucher de quelque chose d’autre, d’une révélation, d’un petit bout d’un avenir différent, qui la concernera peut-être directement, peut-être pas, lui changerait peut-être la vie en bien ou en mal. Et je dois sympathiser au moins autant avec ce futur pas encore né, qu’avec la personne que j’ai en face de moi. En réel ou en virtuel… 😉

    Voilà, c’était une tentative de répondre dans un mode lyrique proche du registre du billet ‹— tout de même bien moins scientifique !

  1. 14/05/2021

    […] J’ai déjà figé un bout de ma réflexion sur celui-ci dans un précédent billet (juste là) mais je ne me sens pas encore assez armée pour porter ma réflexion plus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search