Le Liban à la croisée des chemins. Quand crise économique, sociale, sanitaire et politique s’imbriquent

Ce texte est une tentative. Tentative d’explorer les ressorts de la crise libanaise (des crises libanaises ?). Tentative de dire le réel sans pouvoir réellement le saisir, guidée par les voix de celles et ceux qui se prêtent au jeu de l’entretien. Tentative aussi de me réconcilier avec l’évènement comme mode de compréhension du réel.

***

Quand on circule dans Beyrouth et l’on s’enfonce depuis la place Sassine dans le dédale d’Achrafieh, il est impossible de manquer l’Hôtel-Dieu-De-France. Grand hôpital privé du Liban, il apparait pour les non-initiés, pour les jeunes étudiant(e)s français en échange au Liban, comme l’un des hauts lieux de santé dans la société libanaise, comme l’un des hôpitaux universitaires centraux du pays.

Or, l’Hôtel-Dieu, immense bâtisse bien protégée au cœur du quartier chrétien de Beyrouth, témoigne aussi l’ampleur de la privatisation de la santé au Liban, de la privatisation, plus largement même, de l’ensemble des services sociaux dans ce pays.

La violence de la pandémie de Covid-19, son contexte sans précédent où s’imbrique une crise sociale, une crise économique, une crise politique nous donne à voir les failles du système capitaliste libanais, les tensions d’un système où confessionnalisme socio-politique, capitalisme néolibéral et privatisation s’imbriquent et se répondent.

Remonter le temps pour saisir l’ampleur des défis : avant la crise sanitaire, la crise sociale et politique

Pour bien comprendre ce que traverse le Liban, il nous est nécessaire de soupeser la réalité du contexte social, économique et politique que connaît le pays au moment où survient cette crise sanitaire.

Nous sommes le 17 octobre 2019. Le gouvernement en place (dirigé par Rafic Hariri) vient d’annoncer une nouvelle taxe sur les télécommunications. Il s’agit de taxer l’usage de la fonction « appel » d’applications comme WhatsApp (environs 20 centimes par appel). Cette annonce déclenche un mouvement de manifestations inattendu dans le pays qui a, pourtant, une longue histoire des mouvements sociaux. Quelques jours plus tard, malgré les promesses de réformes du gouvernement, les libanais obtiennent la démission du gouvernement Hariri. C’est l’aboutissement de la première phase du mouvement social. Celle-ci nous dévoile les réalités économiques, sociales, politiques connues par le Liban. Elle fait éclater au grand jour les attentes populaires, les incuries politiques. Elle fige, matérialise toutes les tensions de cette société.

Tentons donc de démêler les fils de cette annonce et de ce qu’elle a révélé de la société libanaise.

L’annonce d’une nouvelle taxe par le gouvernement répond à la nécessité de mener des réformes structurelles, attendus par les financeurs internationaux du Liban (la France en tête). Ces réformes sont alors présentées (et le sont toujours) comme la condition sine qua none pour que les créanciers du Liban débloquent à nouveau des fonds.

Or, la population libanaise, au moment de l’annonce de cette réforme commence à connaître des difficultés pour s’approvisionner en dollars dans un pays où la parité entre le dollar et la livre libanaise est l’un des piliers de la stabilité financière du pays depuis la fin de la guerre civile.

Cette annonce apparait donc comme un déclencheur. Il a été le catalyseur de revendications multiples, qu’il convient d’analyser et qui éclairent les tensions de la crise sanitaire libanaise. Les travaux de Léa Bou Khater et Rima Majed permettent de rendre compte des causes de la mobilisation dans les premières semaines de manifestations à l’encontre du gouvernement libanais. Plus de 87% des personnes interrogées se sont mobilisées face à la situation économique traversée par le Liban. Les deux autres motifs de mobilisation avancés sont la corruption du système pour 61% des personnes interrogées et le système de taxation pour 59% d’entre elles. Or, au-delà du sentiment d’injustice qui apparait face aux mesures annoncées par le gouvernement, ce sont bien les conséquences d’un système économique profondément néolibéral qui sont envisagés par les manifestants comme un objet de lutte. Pour les manifestants, c’est autant le système politique confessionnel incapable de réformer le pays que l’élite politco-économique corrompue qui est en cause. Au fond, ce sont les deux branches du confessionnalisme capitaliste libanais qui doivent être remises en cause, pour reconstruire un État social.

Le mouvement se poursuit sous diverses formes tout au long de l’hiver 2019-2020, même si l’aggravation de la situation économique provoque des inflexions dans l’engagement au sein du mouvement, et cela d’autant que l’absence de gouvernement et de réformes compliquent jour après jour la vie quotidienne des libanais.

Un effondrement sanitaire qui provoque conjointement des effondrements sociaux et économiques

C’est dans ce contexte que survient la pandémie de COVID-19. Elle arrive au Liban début mars 2019 et c’est alors l’ensemble d’un système politique qui va atteindre ses limites et révéler au monde la faiblesse (voire l’absence) de l’État social libanais.

Nous pourrions qualifier la stratégie adoptée par l’État libanais de stratégie du « stop-and-go ». Durant les mois de mars et d’avril 2020, le confinement contraignant et la fermeture de l’aéroport de Beyrouth (seul point d’entrée international dans le pays pour les personnes) avait permis de maintenir les contaminations a un taux très bas. Or, avec la réouverture de l’aéroport de Beyrouth le 1er juillet et face à la pression à l’émigration causée par la crise économique et sociale, les brassages de population ont conduit à une propagation massive du virus dans le pays. Les fêtes de fin d’année ont ainsi été marquées par une circulation massive du virus dans la société libanaise, poussant le gouvernement (qui gère uniquement les affaires courantes depuis l’explosion du 4 août et la démission du gouvernement de Hassan Diab) à décréter un confinement strict, où même les commerces alimentaires sont fermés. Les contaminations continuent pourtant d’augmenter et les tristes records de contamination et de décès dû à la pandémie se multiplient.

Cette stratégie du « stop-and-go » se justifiait jusque-là par le très lourd coût social d’un confinement massif de la population libanaise. À l’image de ce qui a eu lieu en mars et avril 2020, la situation économique et sociale du Liban ne permet pas de répondre aux besoins économiques de la population. Il est alors impossible de dissocier les considérations sanitaires des conditions sociales et cela d’autant plus que la protection sociale est quasi-inexistante et repose entièrement sur l’initiative privée. L’effondrement bancaire a conduit à une dévaluation massive de la livre libanaise sur le marché noir, seul moyen de s’approvisionner du fait du contrôle des capitaux instaurés dans les banques du pays. Or, la dévaluation massive de la livre se traduit concrètement par une baisse massive du niveau de vie des travailleurs et par la fermeture des entreprises qui ne peuvent pas affronter ce surenchérissement des coûts.

La situation que traverse actuellement la ville de Tripoli (deuxième ville du pays, située dans le nord du pays) est symptomatique des effets terribles du confinement sur une population appauvrie et épuisée de lutter pour sa survie matérielle. Cela s’est notamment traduit par des émeutes à la fin du mois de janvier 2021. C’est un « scénario du pire » pour reprendre les mots Sahar al-Attar, rédactrice en chef du magazine Le Commerce du Levant, qui se dessine : le confinement drastique apparaît comme le seul moyen de limiter les contaminations locales mais ce même confinement a des conséquences sociales dramatiques pour une population paupérisée, qui trouve ses seules ressources dans des emplois journaliers, notamment dans le commerce. Or, déjà à l’été, la Commission Économique et Sociale pour l’Asie de l’Ouest alertait sur le risque sévère de famine au Liban face à l’augmentation massive de la pauvreté.

C’est bien alors l’absence d’État social au Liban qui se dévoile. Faute de gouvernement, de réformes, d’aides internationales, la population est abandonnée à son sort. Aucune réponse politique face à la paupérisation de la population n’est formulée et le désespoir grandit. Les filets de sécurité communautaires qui apparaissaient jusque-là comme des ressources cruciales dans la société libanaise eux aussi se tarissent face à l’effondrement de l’économie libanaise et à la récession que connait l’économie mondiale. Les inégalités qui étaient déjà criantes (comme le montre les travaux de Lydia Assouad) s’aggravent entre une élite politico-économique dont une partie des ressources sont préservées dans des banques étrangères et la population libanaise.

Cette crise sanitaire, dont j’ai tenté de vous montrer l’ampleur des ramifications, témoigne de la violence de la crise qui traverse la société libanaise. La question qui se pose maintenant est de savoir si le Liban pourra construire un autre modèle que cette économie prédatrice et néo-libérale héritée de la fin de la guerre civile libanaise.

Références

En sus de l’ensemble des références scientifiques mentionnées ici, ce texte repose aussi sur une veille médiatique de long court. L’ensemble des références issues de la presse libanaise (notamment l’Orient-Le-Jour) et française sont disponibles au sein même du texte, via des liens hypertextes.

Autour des mouvements sociaux au Liban

Karam Karam, Le mouvement civil au Liban: revendications, protestations et mobilisations associatives dans l’après-guerre, Paris : Aix en Provence & Karthala  : Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, coll. « Hommes et sociétés », 2006.

– AbiYaghi Marie-Noëlle et Catusse Myriam, « Chapitre 10. Liban : le mouvement pour “la chute du système confessionnel“ et ses limites », dans Michel Camau et Frédéric Vairel (éd.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2018, p. 250-273.

– Catusse Myriam, AbiYaghi Marie-Noëlle et YOUNES Miriam, « From ‘isqat an-nizam at-ta’ifi’ to the Garbage Crisis Movement: Political Identities and Antisectarian Movement », dans Rosita Di Peri et Daniel Meier (éd.), Lebanon facing the Arab Uprisings. Constraints and adaptation, Londres, Palgrave Macmillan, coll. « Pivot », 2016, p. 73-90.

Sur le système économique et financier libanais

– Osseiran Fadi, « Dollarisation et dévaluation : l’expérience libanaise », dans Fadia Kiwan, Le Liban aujourd’hui, Beyrouth : CERMOC & Paris : CNRS Éditions, coll. « CNRS histoire », 1994, p. 167-178.

— Assouad Lydia, « Rethinking the Lebanese economic miracle: the extreme concentration of income and wealth in Lebanon (2005-2014) », World Inequality Database & the World Inequality Lab, 2018 (disponible en ligne : https://wid.world/document/rethinking-lebanese-economic-miracle-extreme-concentration-income-wealth-lebanon-2005-2014-wid-world-working-paper-201713/, consulté le 22 octobre 2019).

Sur le mouvement d’octobre 2019

– AbiYaghi Marie-Noëlle et Yammine Léa, The October 2019 Protests in Lebanon: Between Contention and Reproduction, Beirut, Civil Society Knowledge Centre, 2020 (en ligne : https://civilsociety-centre.org/paper/october-2019-protests-lebanon-between-contention-and-reproduction, consulté le 5 septembre 2020).

– Bou Khater Lea et Majed Rima, Lebanon’s 2019 October Revolution: Who Mobilized and Why?, Beyrouth, The Asfari Institute for Civil Society and Citizenship, 2020 (en ligne : http://www.activearabvoices.org/uploads/8/0/8/4/80849840/leb-oct-rev_-_v.1.3-digital.pdf, consulté le 3 décembre 2020).

Sur le système social libanais et ses limites

— Catusse Myriam, « Tout privatiser ou bâtir un État social ? Le système public de sécurité sociale au Liban à la croisée des chemins », dans 10e congrès de l’Association Française de Sciences Politiques. Les politiques sociales: mutations, enjeux et théories, Grenoble, 2009 (en ligne : http://www.afsp.info/archives/congres/congres2009/sectionsthematiques/st23/st23catusse.pdf ; consulté le 27 mai 2020).

— Catusse Myriam, « La question sociale aux marges des soulèvements arabes : leçons libanaises et marocaines », Critique internationale, vol. 4, no 61, 2013, p. 19-34 (en ligne : https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2013-4-page-19.htm ; consulté le 28 avril 2020).

— Picaudou Nadine, « Le miroir libanais », dans Visages du politique au Proche-Orient, Paris, Folio, coll. « Folio Histoire », no 279, 2018, p. 19-59.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search