Pallier la distance, enquêter à distance (1)

Cela fait un moment que je vous dois ce billet. Cela fait un moment que je dois me retrouver seul face à mon écran pour écrire et tenter de poser des mots sur l’avancée de ma thèse ces derniers mois. Or, cela exige d’affronter la solitude et la violence de cette période. Solitude face aux « montagnes russes » que représente le terrain à distance mais aussi face à sa beauté et l’immense confiance en mon travail qu’il en ressort. Violence de cette période parce que le déni face aux effets de cette pandémie qui dure sur nos travaux de recherche devient intenable : nos thèses seront des thèses COVID, marquée par la peur, la maladie, l’éloignement, la réduction des contacts sociaux, la diminution (nécessaire) des moments de recherche collectifs. Affronter tout cela, ces bouleversements et les épuisements multiples qui en découle, a été difficile. Parce que cela m’a demandé une énergie colossale de réorganiser le travail en permanence, pour pallier, pour faire « comme si », pour tenir en fait … jusqu’à des temps meilleurs qui s’éloignent un peu plus chaque jour.

C’est de ces réorganisations perpétuelles, comme un bilan d’une année de thèse face à la pandémie, dont j’aimerai vous parler aujourd’hui. Ces aménagements (et leurs implications méthodologiques) constituent maintenant un pan à part entière de ma recherche. Il s’agit d’éclairer, en chercheuse, la façon dont on peut tenter de pallier l’effondrement qu’a représenté le COVID pour nos recherches. Je m’appuie pour cela sur deux communications, dont ce billet sera une sorte de synthèse. La première a eu lieu lors de la journée d’étude « Pallier. L’intelligence pratique face à la pandémie » organisée par Romain Huret et Christian Ingrao à l’EHESS ; la seconde lors du séminaire « Réflexions autour du terrain. Méthodologie et partage d’expérience » assuré par mon collègue Martin Ruelle à l’EHESS.

Je vais donc vous exposer plusieurs types de palliatifs, plusieurs des réponses que j’ai tenté d’apporter face à l’éloignement contraint de mon terrain du fait de la pandémie.

  1. Explorer les discours médiatiques pour développer des jeux d’échelle
    1. Un accès numérique aux données de presse
    2. Outils de la collecte
    3. Réflexion sur les usages
    4. L’analyse des médias comme première pierre d’une analyse historique ?
  2. Se tourner vers l’histoire : quand le passé éclaire le présent

Discours médiatiques & jeux d’échelle : garder un pied dans le terrain

Cette question de garder un pied sur le terrain malgré la distance ne s’est pas imposée à moi avec l’imposition d’un confinement en France comme au Liban en mars 2020. Elle date du début de mon contrat doctoral qui a coïncidé avec la thawra libanaise (ou révolution) d’octobre 2019 (comme je l’évoque déjà ici). Il s’agissait de comprendre à tâtons les évènements sans me laisser envahir et emporter par eux. Pour cela, l’intermédiaire médiatique apparaissait comme un bon moyen de reconstituer l’évènement et sa lecture par différents acteurs, sans avoir à me confronter au terrain dès le début de mon travail. Cette confrontation médiatique au terrain devait me permettre de mieux le saisir le temps de préparer ma venue au Liban (entrer en contact avec des établissements, pouvoir organiser une rencontre avec des chefs d’établissement, décider d’un cadre d’entretiens et d’observations avec ceux-ci).

Accéder aux médias en ligne

Avec l’irruption de la pandémie qui a repoussé toute possibilité de départ sur le terrain, il s’agissait pour moi de réussir à « garder un pied dans le terrain ». Il me fallait suivre l’actualité du Liban sans avoir à bouger de mon lieu de confinement en région parisienne. L’accessibilité en ligne aux données de presse choisies est alors une condition sine qua non, il me fallait pouvoir accéder aux réalités libanaises depuis mon bureau en région parisienne. En cela, la numérisation de la presse a été d’un grand secours puisqu’elle garantit une forme d’universalité d’accès (moyennant un abonnement). Je sélectionne alors plusieurs sources de presse pour leur accessibilité numérique et pour le point de vue qu’ils me donnent sur le terrain : plusieurs médias libanais d’abord, comme L’Orient-Le Jour, The Daily Star et An Nahar (notamment dans sa version anglophone) mais aussi des médias français comme Le Monde, Libération ou La Croix qui disposent de correspondants sur place, permettant d’apporter un regard précis sur la situation socioéconomique du Liban.

Quels outils pour quelle collecte ?

Se pose alors que la question des outils pour collecter ces données médiatiques. Comment ne pas se laisser emporter par la multiplicité des articles ? Comment les sélectionner finement ? Comment ne pas consacrer l’ensemble de son temps à cette base de données médiatique ?

Acter que l’ensemble des données récoltées seront des données médiatiques supposent de reconnaître la nécessité de forger une base de données. Il faut pouvoir identifier les articles, les différencier mais aussi les citer. Pour cela, et au regard de mes habitudes bibliographiques, Zotero m’est apparu comme une évidence. Il me permet d’enregistrer chaque article avec l’ensemble de ses métadonnées tout en conservant un lien direct pour y accéder. Cela garantit in fine l’exploitation de ces articles dans des travaux de recherche.

Mais l’outil Zotero n’est qu’un outil de collecte et ne permet pas de mieux éclairer la collecte de ces données et les limites de cette collecte. Comment ne pas se laisser happer par la masse de données publiées tous les jours par les médias ? C’est une question qui m’a longtemps obnubilée tant il s’agissait au départ d’un complet bricolage.

C’est une formation donnée par l’URFIST de Lyon au cours du mois de juin 2020 qui m’a permis de mieux comprendre les mécanismes de la veille et ainsi d’interroger plus avant mes pratiques, pour dépasser le simple bricolage. Je dois vous avouer que je me suis longtemps laissée happer par la quantité d’article publiées mais que ma base de données en devenait d’autant plus inutile que je n’arrivais plus à sélectionner les articles pertinents pour ma recherche. Cela pouvait alors s’apparenter à un échec d’usage des humanités numériques, comme l’évoque Frédéric Clavert :

« [Le chercheur] doit alors faire très attention à son dispositif technique : les allers-retours entre lecture distante d’un corpus et lecture proche d’un ou de plusieurs documents en particulier doivent être possibles. »1

Il me fallait donc d’abord établir un objectif, un enjeu : il s’agissait, et il s’agit toujours pour moi, de faire la part belle à une polyphonie médiatique tout en permettant de l’ordonner par titre, provenance, mot-clé. Je me devais de mettre en place une « veille-cible ». Cela repose sur plusieurs étapes :

  • Définir des objectifs de veille correspondant à mes besoins : comprendre le mouvement social, interroger le traitement de la question scolaire au Liban, saisir les tensions autour du confessionnalisme libanais.
  • Définir des mots-clés de recherche synthétisant ces objectifs : il faut ainsi choisir des termes directement relié à son sujet de recherche, qui permettent d’établir des correspondances entre les données recueillies sur le terrain et ce que l’on peut trouver dans les médias. Dans mon cas par exemple : « crise », « école », « laïcité », « confessionnalisme », « mouvement social », ….

Ce travail préparatoire encadre le choix d’un outil permettant de mener cette veille-cible : un agrégateur de flux. Le choix d’un agrégateur de flux payant (dans mon cas, Inoreader) obéit à deux logiques. D’abord, collecter automatiquement des données et regrouper l’ensemble des sources médiatiques au fur et à mesure qu’elles sont produites (par les journalistes) et non pas repérées (par le chercheur) ; ensuite, pouvoir créer des flux RSS pour les sites de presse libanais qui ne disposent que rarement de flux RSS intégrés.

Réflexion sur les usages

Au-delà des choix techniques, il m’apparaît comme nécessaire de garder une trace des usages et des questionnements que nous provoquent ces choix (et c’est bien ce que je tente de faire avec ce billet).

C’est Pierre France qui nous y invite, en considérant notamment la nécessité d’un archivage problématisé des données médiatiques, en particulier dans les situations où les conflits, les guerres ou les tensions deviennent routiniers. Cela suppose ainsi de penser sa veille médiatique comme un outil à l’usage du futur, qui permet de voir et de saisir ce qui nous est contemporain2

Mais alors quid de l’usage des médias dans mes recherches ? Comment vais-je user de ces données médiatiques dans mon travail ?

Au-delà de constituer une réponse à « une impression d’hébétude, [une] radicale incertitude »3, l’usage des sources médiatiques devait me permettre de sous-peser la place de l’évènement sur mon terrain et de les confronter aux différentes données récoltées sur le terrain.

En cela, les données médiatiques constituent le premier acte de la mise en place de « jeux d’échelle » dans mon travail de thèse. Il s’agit bien de « constituer la pluralité des contextes qui sont nécessaires à la compréhension des comportements observés »4 où corpus médiatique et analyse ethnographique se répondent, résonnent entre eux.

Ainsi, les médias permettent de garder une trace, d’écrire une grande histoire événementielle, celle d’un pays et des crises qui le traverse mais, en parallèle, il faudra écrire une micro-histoire, celles d’établissements scolaires franco-libanais privés, celles de leurs acteurs ; une histoire beaucoup plus singulière. C’est la résonance entre histoires particulières et parcours collectif d’un pays, relaté par ses médias, qui m’intéresse ici et qui permet de construire une relation entre éloignement du terrain et plongée ethnographique dans celui-ci. Cela s’inscrit directement dans l’approche historique dessinée par Jacques Revel qui nous rappelle que « faire varier la focale de l’objectif, ce n’est pas seulement faire grandir (ou diminuer) la taille de l’objet dans le viseur, c’est en modifier la forme et la trame »5. Il s’agit bien de modes différenciées d’imprégnation du terrain entre collecte de données ethnographique et construction d’une base de données médiatiques.

Penser les médias comme une archive numérique ? Aux prémices d’une hybridation disciplinaire

Or, si on considère que les corpus médiatiques doivent aussi être conservés pour éclairer ce qui ne nous sera plus si contemporains au fil du temps, si on envisage les sources médiatiques comme le moyen de connaître et de retracer une grande histoire événementielle, doit-on adopter ici une démarche historienne et considérer la source médiatique numérique comme une archive, au sens historien du terme ?

Reprenons le sens du mot « archive » selon Arlette Farge. L’archive est d’abord une collection de « traces »6. Elle est aussi un « ensemble de documents, quelques que soit leurs formes ou leur support matériel, dont l’accroissement s’est effectué d’une manière organique, automatique, dans l’exercice des activités d’une personne physique ou morale, privée ou publique, et dont la conservation respecte cet accroissement sans jamais le démembrer »7.

Pourtant, aussitôt que se dessine cette ressemble entre « archives » (au sens historique et administratif du terme) et constitution d’un corpus médiatique, il apparaît comme nécessaire de contrecarrer la comparaison et de ne pas négliger la prudence nécessaire dans le maniement des sources médiatiques. L’article de journal est en lui-même chargé d’une intention, ce qui n’est pas le cas des pièces d’archives administratives par exemple. Ainsi, les médias produisent un récit, un discours et cherchent à donner des clés de compréhension du réel, pas seulement à l’exposer, à la figer8. Cela exige de travailler à la fois sur « ce qui est dit » et sur « comment cela est dit » en n’oubliant jamais que l’article de presse est un « récit sur ».

Le propos que je viens de dérouler ici nous invite donc à la prudence dans le maniement de sources qui constituent pourtant un fabuleux pis-aller heuristique dans le rapprochement entre un chercheur et un terrain dont il est tenu éloigné. Pourtant, je tente aussi ici de dessiner une réflexion épistémologique sur les liens qui peuvent exister entre histoire et sociologie/science politique.

Le fond Métral comme nouveau regard sur mon objet de recherche

À l’image du rapprochement entre histoire et sociologie que peut constituer l’étude de données médiatiques, mon objet de recherche peut, en lui-même, constituer un pont entre ces deux disciplines. Cela tient à la découverte d’un fond d’archives, conservé à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) : le fond Métral. Je dois cette découverte à une chercheuse en poste à l’IFPO de Beyrouth, Candice Raymond, qui me l’a présenté puis à Véronique Ginouvès, archiviste au sein de la phonothèque, qui a bien voulu me donner l’accès à une partie des enregistrements qui constituent ce fond9

Le fond Métral est un fond d’archives sonores déposées à la MMSH par France Métral, épouse de Jean Métral. Il est constitué de l’ensemble des bandes sonores retrouvées de l’enquête menée par Jean et France Métral à Beyrouth au printemps 1975 à l’aurée de la guerre civile

Je soupçonne que vous vous demandez quel peut-être l’utilité d’un tel fond pour ma thèse ? J. Métral a enquêté, en ethnologue, auprès de la communauté française dans le pays. Il voulait éclairer la réalité de la communauté allogène française au Liban, dans le cadre de son doctorat d’État, projet qu’il a abandonné avec la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. Aujourd’hui, 62 entretiens sont conservés et mis à disposition de la recherche, dont 51 ont eu lieu avec des acteurs liés à la présence éducative (ou culturelle) française au Liban à cette période ; et là est tout l’intérêt heuristique pour mon propre travail.

Ce qui est intéressant avec le fond Métral, au-delà de son utilité pour la production d’une connaissance sur les mondes scolaires français au Liban juste avant la guerre civile, c’est la prégnance de la réflexion sur les liens entre anthropologie, sociologie et histoire orale. En opérant un retour de l’anthropologie sur des problématiques françaises (et dont cette étude sur la communauté allogène française au Liban devait constituer la première pierre), Jean Métral nous rappelle les liens intrinsèques qui existent entre les différentes sciences sociales et les emprunts qui peuvent être menés entre celles-ci, comme dans son travail mené avec Yves Lequin sur les métallurgistes de Givors10. En cela, la figure de J. Métral et ses apports théoriques sont régulièrement convoqués par d’autres sciences sociales comme l’histoire, pour éclairer la place des sources orales dans la recherche notamment11.

En cela, en parallèle des sources médiatiques, les archives orales du fond Métral peuvent alors constituer un nouvel élément précieux d’un jeu d’échelle heuristique. Au-delà d’une alliance entre petite et grande histoire sur une même période, un contre-point entre avant- et après-guerre civile peut se dessiner pour l’étude des mondes scolaires français au Liban.

*****

J’aimerai conclure mon propos sur l’invitation au chercheur que peut représenter cette pandémie. Elle nous invite, presque nous contraint, à accepter une approche très historienne des sciences sociales, à l’image du travail d’archives qui doit composer en permanence avec le silence archivistique. Ainsi, la pandémie invite sûrement les autres sciences sociales à admettre cette part d’incertitude dans leurs constructions et à « faire feu de tout bois » pour continuer à produire du savoir malgré l’éloignement.

  1. F. Clavert et al., « Histoire et humanités numériques : nouveaux terrains de dialogue entre les archives et la recherche », La Gazette des Archives, vol. 245, no 1, 2017, p. 13. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01521814 ; consulté le 3 juin 2020. []
  2. P. France, « Deux guerres lasses. “Champ faible“, formes de narration et temps long dans l’écriture des guerres civiles en Syrie et au Liban », Revue internationale de politique comparée, vol. 25, no 1, 2018, p. 175. En ligne : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2018-1-page-147.htm ; consulté le 4 novembre 2019. []
  3. I. Rivoal, « Écritures suspendues, vies engagées. Traverser la guerre civile au Liban », Ethnologie française, vol. 44, no 3, 8 juillet 2014, p. 510. En ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETHN_143_0503 ; consulté le 26 décembre 2019. []
  4. J. Revel, « Micro-analyse et construction du social », dans J. Revel (éd.), Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard & Éditions du Seuil, 1996, p. 26. []
  5. J. Revel, op. cite., p. 19. []
  6. A. Farge, Le goût de l’archive, [Éditions du Seuil, septembre 1989], Paris, Points, 1997, p. 7. []
  7. J. André, « De la preuve à l’histoire, les archives en France », Traverses, no 36, janvier 1986, p. 22-33. Cité par : A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 11. []
  8. A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 12-13. []
  9. Pour en savoir plus sur ce fond, n’hésitez pas à consulter le catalogue documentaire de ce fond, écrit par V. Ginouvès, ici et le carnet de la MMSH . []
  10. Y. Lequin et J. Métral, « À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraités de Givors », Annales, vol. 35, no 1, 1980, p. 149-166. En ligne : https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1980_num_35_1_282617 ; consulté le 14 novembre 2020. []
  11. O. Join-Lambert, « Chapitre 6. Les sources orales et l’histoire sociale », dans Florence Descamps (éd.), Les sources orales et l’histoire : récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny-sous-Bois, Bréal, coll. « Sources d’histoire », 2006, p. 165-210. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search