Se faire ethnographe à distance (2)

Au moment de soumettre mon projet de thèse lors de mon entrée en doctorat, je me rêvais ethnographe des mondes scolaires libanais et notamment des mondes scolaires privés dans le pays. Un an et demi plus tard, force est de constater que la pandémie a contrecarré mes plans. Pourtant, et malgré la frustration de ne jamais avoir pu aller sur le terrain physiquement, de nouvelles approches scientifiques ont pu être éprouvées. C’est de cela dont j’aimerai vous parler maintenant en évoquant ce qui a occupé mes dernières semaines : une enquête ethnographique à distance.

Avant tout, il me semble crucial de mettre en mot ce qu’est l’enquête ethnographique à distance. Il s’agit de pallier la distance en faisant venir le terrain à soi. En temps normal, cela apparaitrait comme complètement artificiel puisque cela supposerait de contraindre des acteurs à mettre en scène des interactions et à la partager via une webcam ou à accepter d’échanger en ligne avec un enquêteur qu’ils pourraient pourtant rencontrer dans un café. Or, la pandémie a bouleversé l’ensemble de nos interactions sociales. L’usage des visioconférences s’est banalisé pour des réunions comme pour faire classe, une enquête à distance n’est donc plus un étonnement.

Dans le cadre de mon travail, cette ethnographie à distance a reposé sur deux volets : d’abord, des entretiens menés en visioconférence avec des acteurs des mondes scolaires privés franco-libanais ; ensuite, des observations menées lors d’un congrès organisé par la Mission Laïque Française sur les pratiques enseignantes face à la pandémie.

Pour ce billet, j’aimerai concentrer mon propos sur ce que l’enquête à distance fait au chercheur et plus précisément sur ce qu’elle modifie dans les relations d’enquête. Il ne s’agit pas de vous livrer un manuel de l’enquête à distance, mais plutôt d’interroger à partir de ma petite expérience ce que l’enquête à distance a fait à ma pratique de chercheuse.

Se frotter à l’observation via Zoom

Ce titre se veut d’autant plus éloquent que ma première observation (ma toute première !) a été une observation à distance. Lors de mon terrain de master, je n’avais pas souhaité mener des observations et opté pour d’autres approches méthodologiques. Pouvoir en mener dans mon travail de thèse était d’autant plus important que l’observation est l’outil central de confrontation des pratiques aux discours.

Cela exige donc de questionner ce que change l’observation à distance … ou plutôt les ressorts d’une observation à distance1. Toute observation suppose une description, elle doit donner à voir à notre lecteur ce que nous avons vu. Il s’agit donc d’un processus de recherche qui repose avant tout sur le chercheur et sur ses perceptions. C’est ce qu’il perçoit et ce qu’il ressent qui constitue le médium de sa mémoire dans le processus d’observation. De fait, l’observation est un exercice de vigilance : il faut être attentif à ce qui se passe, ce qui se dit, ce que l’on en retient. Nos émotions, nos ressentis sont alors nos meilleurs guides, ils nous mettent sur la piste de nos étonnements et nous conduisent à nous poser des questions sur ce que l’on observe et ce que cela dit du monde social sur lequel on porte la focale. L’observation est ainsi une porte d’entrée, une focale portée sur un monde social défini, par un biais défini.

La description que je vous fait ici du processus d’observation vous met sur la piste du processus d’observation dans lequel je me reconnais : la description dense (chère à Daniel Céfaï par exemple). L’observation est alors pensée comme le fait de « remarquer », de souligner ses étonnements. Dans cette forme de description, le récit de ce que l’on observe se mêle à son propre point de vue sur la situation et à ses ressentis. À l’inverse, dans une description mince ou fine, notamment théorisée par Catherine Rémy2, on cherche à dissocier autant que possible ce que l’on voit de ce que l’on ressent afin de donner à voir le détail de l’action des acteurs et leur point de vue. Cela s’inscrit notamment dans le développement d’une sociologie de l’action qui se veut au plus près du point de vue des acteurs.

Or, le fait d’observer des évènements qui se tiennent par visio-conférence transforme les données de l’observation. L’action est rendue difficilement visible, c’est le discours, l’échange dans sa forme dialoguée qui est rendu visible mais le champ d’action de l’acteur est limité au champ de vision de la caméra. L’observation devient alors une voie de questionnement des discours produits, des interactions entre les acteurs mais elle ne nous donne que peu à voir les gestes, les tensions, les moments de relâchement, les actions autres …. En somme, le hors-caméra nous est inaccessible alors qu’il constitue pourtant une part non-négligeable de ce que l’on souhaiterait observer.

Pour l’ethnographe, ce sont alors les discours, les inflexions, les interactions, les silences qui sont au cœur de l’observation. Seule la posture du chercheur par rapport à ce discours change : nous ne sommes plus celui qui permet la production du discours mais le passager clandestin qui analyse la façon dont le discours se produit collectivement, ce qu’il dit du monde social que l’on observe. Le discours produit et observé devient alors une voie de saisissement des modes de définition collectif de ceux qui sont observés.

Je crois, même si je dois admettre mes faibles connaissances en matière de pratiques de l’observation, que c’est alors la nature de l’observation qui change. Ce ne sont pas tant les pratiques que les discours produits qui sont ici au cœur de l’observation, comme complément d’un entretien qui ne donne que rarement à voir le collectif et ce qu’il fait aux acteurs.

****

Vous vous demandez sûrement où est passé le second pan de l’ethnographie dans ma réflexion (l’entretien semi-directif) ? Je dois avouer que je ne sais pas encore quoi dire de l’entretien à distance. J’ai déjà figé un bout de ma réflexion sur celui-ci dans un précédent billet (juste ) mais je ne me sens pas encore assez armée pour porter ma réflexion plus avant.

Je fais donc le choix de d’admettre que c’est avec cette expérience de l’observation à distance que je suis véritablement devenue ethnographe. Une ethnographe à tâtons sûrement, qui doute régulièrement de sa pratique mais qui pourtant a aussi le sentiment de commencer à mieux maîtriser les attendus de la profession envers ses pratiques de recherche.

  1. La description qui est ici faite du processus d’observation est librement inspirés de deux manuels de méthode très précieux : S. Beaud et F. Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, 4ème édition, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2017 et JP. Olivier de Sardan, La rigueur du qualitatif : Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-La-Neuve, Éditions Academia, coll. « Anthropologie prospective », no 3, 2008. []
  2. C. Rémy, La fin des bêtes. Ethnographie du travail de mise à mort des animaux, Paris, Economica, coll. « Etudes sociologiques », 2009. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search