Faire sien les outils numériques en SHS. Plongée dans l’ordinateur d’une doctorante

Le billet que je vous propose doit encore une fois beaucoup au réseau social Twitter et notamment à un tweet de Caroline Muller évoquant « sa chaîne de travail du moment » et les différents outils qu’elle mobilise dans le processus d’écriture.

Ce tweet m’a rappelé mon envie de vous décrire les différents outils que je mobilise au quotidien dans mon travail de recherche et la façon dont mon ordinateur est devenu un outil omniprésent dans mon travail. Il ne s’agit pas tant de souligner l’importance de l’ordinateur et plus largement du numérique dans le processus de recherche mais de dévoiler un peu ma propre fabrique de la recherche. Quels sont les outils que j’utilise au quotidien ? Pourquoi ? Quels sont mes usages ? Que révèlent-ils de mon positionnement disciplinaire ?

Faire œuvre de réflexivité sur sa propre fabrique de la recherche, sur les dessous de mes pratiques numériques me donne ainsi l’occasion de clarifier mes usages et positionnements. In fine, la question qui m’anime est la suivante : comment mon ordinateur est devenu le miroir de mes emprunts méthodologiques et de ma tendance à l’interdisciplinarité ? Je vais tâcher de vous donner à voir ma démarche de recherche et les outils numériques que cette dernière mobilise et témoigner ainsi de ma navigation entre différents outils numériques et entre différentes disciplines.

Avant de dévoiler le fil de ma réflexion, précisions que ce billet doit beaucoup au compagnonnage numérique qui existe sur Twitter et au labo. Les conseils donnés par les uns et les autres, certains billets, certaines réflexions de collègues ont été des moments centraux de sédimentation de mes usages et pratiques numériques. Que les doctorant(e)s du LIER-FYT lors de nos différents échanges et que tous les collègues avec lesquels j’ai la chance de pouvoir échanger sur Twitter soient remerciés de leurs conseils, ils ont patiemment façonné mes usages. À cet égard, n’hésitez pas à vous référer à ce billet (ici) dans lequel je présente différentes ressources numériques proposées par les collègues autour des outils numériques de la recherche.

Faisons donc maintenant place à ma petite cuisine, à ma fabrique de la recherche et aux différents outils que je mobilise.

— Ordonner sa bibliographie avec Zotero

Zotero fait sûrement partie de ces outils qui ont été mille fois vendus, dont on connaît autant les atouts que les défauts et dont, in fine, on aimerait ne plus entendre parler comme une marotte. Je dois bien vous avouer que Zotero est l’une des miennes, tant cet outil a été une révolution pour la boulimique de bibliographie que je suis.
Me permettant tout à la fois de classer mes références, de les ordonner par thèmes et de suivre l’avancée de mes lectures, il est assurément un outil central de mon travail. Il me permet notamment de regrouper toutes mes priorités de lecture dans un seul espace, et jugule ainsi ma crainte de ne pas avoir assez lu, de ne pas avoir lu tout ce qui pouvait et devait l’être au moment de me lancer dans la rédaction du manuscrit (autant pour moi, nous en sommes loin !).

— Tel un deuxième cerveau, ordonner ma pensée et ma thèse avec Scrivener

{Attention, cet outil est payant avec une version d’essai pour 30 jours.}

C’est un billet de Caroline Muller dans « La Boite à Outils des historiens » qui m’a mis sur la piste de Scrivener (celui-ci, un magnifique mode d’emploi de l’outil que vous ne devriez pas hésiter un instant à consulter) et je dois bien avouer que cet outil a répondu à mon fonctionnement dans la recherche.
Je m’explique : je réfléchis à partir de plusieurs documents, ma rédaction de même que ma réflexion sont rarement linéaires et empruntent à des lectures, des documents divers. C’était bien là la limite principale du traitement de texte : malgré le double-affichage permis sur mon ordinateur, j’avais le sentiment de ne pas pouvoir naviguer aisément entre les documents et dans le même temps de ne pas pouvoir visualiser les différents éléments de ma réflexion, d’être incapable d’ordonner celle-ci. Or, Scrivener répond à ces deux écueils.
D’une part, il permet un affichage multiple des documents que l’on consulte et une navigation aisé entre les documents.

D’autre part, il permet de visualiser l’ensemble de son travail sous forme d’arborescence, facilitant ainsi l’organisation de sa pensée dans un seul espace.

Ainsi, cet outil permet de dévoiler la richesse de la construction de sa pensée dans les sciences sociales, en faisant la part belle au bricolage dont relève le processus d’écriture scientifique.

Après avoir évoqué des outils très généraux, utiles à tout processus de recherche, j’aimerais vous présenter différents outils « disciplinaires ». Ce sont des outils qui témoignent de mon appétence pour l’interdisciplinarité et qui révèlent l’hybridation des pratiques scientifiques à l’heure du numérique. Dans mon travail, je tente ainsi de faire cohabiter travail proprement historien sur archives et recherche proprement sociologique à partir d’une plongée ethnographique. Ce cheminement repose sur deux outils centraux : Tropy (pour travailler sur des photos d’archives) et Nvivo (pour analyser données empiriques qualitatives).

— Débuter dans les archives avec CamScanner

Avant cela, je souhaite ici mentionner un petit outil, découvert grâce à Johanna Daniel : CamScanner. Scanner portable, il permet de scanner des documents à partir de l’appareil photo de votre smartphone. Pour les jeunes chercheurs, commençant à se frotter aux archives, il permet de ne pas avoir à investir dans un matériel photo trop onéreux, à condition d’avoir une batterie portable pour recharger son téléphone. L’un des atouts principaux de cette application est de pouvoir se synchroniser avec moults « cloud » et autres espaces de sauvegarde de vos données en ligne (tel Google Drive). Cela rend très aisée la récupération de vos photos et limite l’utilité de la version payante de l’application. Elle ne se révèle utile que si vous faites beaucoup de photos sur la même journée et que vous n’avez pas la possibilité de synchroniser vos photos avec la sauvegarde en ligne prévue par l’application ou sur votre propre « cloud ».

— Organiser ses photos d’archives avec Tropy

L’outil qui a été central dans mon début de maniement des archives est Tropy, découvert grâce aux bons conseils de Johanna Daniel et à une mention dans un bel article de Caroline Muller (celui-ci : « L’écran du savant. Un temps de renouvellement de la recherche historique » dans la revue Palimpseste, disponible juste là), que je ne peux que vous recommander.

Il s’agit d’un logiciel de traitement des photos d’archives qui sauvegarde celles-ci, enregistre leurs métadonnées et vous permet de les trier. En regroupant ces différentes fonctionnalités, il incite d’abord à la collection des photos d’archives, plutôt qu’à la retranscription exhaustive de celles-ci.

Je ne sais pas vraiment si c’est un atout de l’outil mais je dois bien avouer que cela correspondait parfaitement à mes contingences. Devant partir sur mon terrain pour une longue durée, sachant donc mon accès aux centres d’archives doublement limité autant par la pandémie que par mon départ futur au Liban, il me fallait entreprendre une collecte exhaustive des archives, traçant des questionnements et des problématiques mais repoussant à plus tard l’analyse fine des différents items composant mon corpus.
Par ailleurs, Tropy permet d’analyser en son sein chacune des photos collectées. Ayant utilisé certaines de ces pièces d’archives dans des communications, cela m’a permis de commencer un traitement de mon corpus, sans risquer de perdre le fil de mon tri et de mon ordonnancement progressif de ce même corpus.


Ainsi, il me semble que cet outil est précieux pour toutes les personnes que la présence de la photo rassure dans le travail d’archives. J’ai tendance à penser que même sans contraintes, j’aurais photographié l’ensemble de mon corpus parce que la possibilité de me référer à l’image, à l’archive donc, me rassure dans mon travail et me permet de distinguer « l’objet » des questions et réflexions que celui-ci m’inspire. En commentant et retranscrivant au fil de l’eau mes pièces d’archives, j’aurai craint de trop mêler l’objet à ce que mon regard débutant face aux archives en fait.

— Analyser entretiens et observations avec Nvivo

{Attention, cet outil est payant mais une version d’essai est disponible.}

Un autre outil a représenté une rupture dans ma pratique : Nvivo. En master, malgré mes 21 entretiens retranscris, j’avais analysé l’ensemble de mon matériau manuellement, en recoupant mes retranscriptions thématiques à la main. Avouons que le processus connaît ses limites quand on ajoute un peu plus d’entretiens et qu’il faut essayer de garder trace de son cheminement. C’est à tout cela qu’a répondu la découverte de l’outil Nvivo.
Il s’agit d’un logiciel de traitement des données qualitatives de la recherche. On rentre dans le logiciel ses retranscriptions d’entretien, ses comptes-rendu d’observations ou autres et on « code » ses données. Cette opération de codage repose sur la définition d’items qui recoupent nos objets de recherche et sur l’attribution de ces items à des extraits d’entretien ou d’observation. Cela donne à voir la thématisation de notre travail et nous permet d’entamer le travail d’analyse de nos données.
Face à la masse des données que je récolte peu à peu (21 entretiens en master, une quarantaine d’entretiens à distance, plusieurs observations, …), cela me permet de voir dans quelles directions évolue ma recherche, d’établir une thématisation progressive des différents entretiens et observations et d’avancer à mesure dans l’analyse de mon corpus.

J’avoue ne pas encore avoir mobilisés les outils d’analyse proposés par Nvivo, notamment les graphiques thématiques et les comparaisons entre entretiens. Mais ces outils me seront très utiles dans l’étape d’analyse des données, avant d’entamer la rédaction du manuscrit. Je vous en reparlerai à ce moment-là.

***

Pour conclure ce billet, j’aimerai évoquer ce que masque cette omniprésence du numérique : la centralité du papier dans mon travail et dans mon processus de recherche. Comme l’a si bien décrit Caroline Muller dans son billet « Cahier rouge » (), le cahier est la mesure de notre avancement. Il est le réceptacle de nos idées, de nos doutes et de nos progressions. C’est donc mon compagnon omniprésent, il m’accompagne dans mes journées de travail en bibliothèque, en archives, à la maison mais aussi en vacances, dans les repos et temps mort de la recherche. Il accueille alors toutes ces pensées qui flottent au quotidien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search