« Rêves de laïcité »

La Mosquée al-Amine et la Cathédrale Saint-Georges des grecs-orthodoxes

Commencer. Voilà une tâche qui n’est jamais aisée. Écrire les premiers mots d’un mémoire, se plonger dans une bibliographie, se lancer et se faire confiance. Voilà qui n’est jamais simple.

Ce carnet est d’abord une réponse à un besoin : celui de créer du sens. Débuter cette thèse tant espérée a été (et est encore ?) une véritable période de flottement entre sentiment d’avancer vite dans le dépouillement de la bibliographie et en même temps, impression de stagner et de ne pas réussir à être fière de mon travail. Comme si, en obtenant mon contrat doctoral, j’avais accompli ce qui m’avait habitée pendant des semaines et que je n’arrivais plus à créer du sens. Telle est donc la raison intime de ce carnet : créer du sens, partager une recherche doctorale, prolongement de mon travail de master.

Je souhaite mettre en mots ma recherche, coucher sur papier mes étonnements, mes petits bonheurs, mes doutes, mes peurs, mes questions. Une recherche est toujours collective et c’est en miroir des autres, avec eux, en dialogue que se façonnent les questions, les objets, les angles d’approche.

Au-delà de mes motivations à ouvrir ce carnet, il est nécessaire de s’arrêter sur son objet et donc sur mon projet de recherche.

« Ethnographie scolaire et réseau d’enseignement français : “L’hypothèse laïque“ au Liban », tel est le titre de mon projet de thèse que j’ai la chance de pouvoir mener au sein du Laboratoire Interdisciplinaire d’Étude des Réflexivités – Fond Yan Thomas (LIER-FYT) à l’EHESS. La généalogie de ce travail serait longue  à faire, avant même d’en exposer son objet, mais je souhaite, cependant, insister sur sa genèse.

Ce projet de recherche est avant tout le résultat d’une double-chance : être partie en échange six mois au sein de l’Institut des Sciences Politiques de l’Université Saint-Joseph à Beyrouth, lors du semestre d’hiver 2016 et avoir eu l’assentiment du Grand Lycée Franco-Libanais (toujours à Beyrouth) à l’automne 2018 pour mener une enquête dans leurs murs, auprès de leurs élèves, de leurs professeurs, des familles qui font confiance à l’établissement. Sans ces deux éléments, ce projet n’aurait jamais abouti.

Il doit aussi beaucoup à la confiance de toutes les personnes croisées sur mon terrain ; qui ont partagé avec moi bien plus que je n’aurais jamais pu l’espérer. C’est parce qu’ils ont accepté de se livrer sur un système politique libanais, sur leurs vécus scolaires, sur le poids de la guerre civile que ce projet a pu éclore ; bien au-delà d’un simple questionnement de la transmission laïque qui pouvait exister au sein du Grand Lycée Franco-Libanais.

L’objet de ce travail doctoral s’inscrit donc bien dans la continuité de mon travail de master[1]. Il s’agit d’explorer la réalisation potentielle d’un « rêve »[2] laïque au Liban. Affirmer ce postulat, lourd de sens et d’aprioris dans un État gouverné par un système politique confessionnel, repose sur un choix de focale atypique : les mondes scolaires français contemporains au Liban[3].

Le système scolaire libanais est, en effet, régi par l’article dix de la Constitution qui dispose :

« L’enseignement est libre en tant qu’il n’est pas contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs et qu’il ne touche pas à la dignité des confessions. Il ne sera porté aucune atteinte au droit des communautés d’avoir leurs écoles, sous réserve des prescriptions générales sur l’instruction publique édictées par l’État. »[4]

C’est dans cet espace qu’un système scolaire parallèle au système scolaire public s’est légitimé, en osmose avec l’affirmation communautaire progressive qui s’est observée dans l’État libanais naissant[5]. Je vais m’intéresser dans mon travail de thèse à une petite partie de cet écosystème privé : les établissements du réseau de l’Agence Française de l’Enseignement (AEFE) au nombre de cinquante à la rentrée 2019. D’affiliations diverses (indépendant, missions religieuses, Mission Laïque Française), tous sont homologués par l’AEFE (et donc le ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères) comme respectant les programmes scolaires en vigueur en France.

C’est dans cet interstice entre réalité scolaire française et réalité politique libanaise que je souhaite faire émerger la question de la « laïcité ». De façon sous-jacente, c’est bien une construction citoyenne, ses influences et ses effets qui seront questionnés dans ce travail, au prisme du vécu scolaire dans des établissements qui revendiquent la participation à ce que la loi française considère comme « une mission de service public relative à l’éducation »[6] qui permet le « rayonnement de la langue et de la culture françaises »[7].

Bien des réflexions et des interrogations émergent de fait : que signifie la présence d’un réseau scolaire français au Liban ? Que transmet-il ? À qui ? Avec quels objectifs ? Que fait-il à la construction citoyenne, sociale et politique des élèves ? Quelles influences dans les familles, les réseaux de pairs ? Quels effets sur le reste de la construction sociale libanaise (le confessionnalisme bien sûr, mais aussi les syndicats, les partis politiques, …) dans laquelle s’intègrent les élèves de ces établissements, leurs professeurs, leurs familles ?

Nombre de ces questions semble résonner aussi avec le vécu ultra-contemporain du Liban : ces quarante jours de révoltes et de manifestations. Débuté en réaction à l’annonce d’une nouvelle taxe sur les communications, ce mouvement semble maintenant vouloir signer le glas d’un système politique, économique et social, construit très largement sur la perpétuation des inégalités et la spoliation des ressources[8].

Ce carnet est donc avant tout voulu comme un miroir de mon aventure doctorale, tout autant qu’une promenade dans la réalité scolaire et citoyenne du Liban contemporain.

Il me faut cependant dire un dernier mot sur la construction épistémologique de ma recherche. Dans la lignée des travaux de Pierre Nora et de Christophe Prochasson[9], l’usage de la première personne du singulier est l’outil de la légitimation de mon écriture. Ces mots, issus de l’introduction de mon mémoire de master, habitent entièrement la logique qui précède à l’écriture de ce carnet et à son cheminement :

« Le choix du registre de la subjectivité et de l’usage de la première personne traduit ma volonté de remettre à leur juste place les acteurs de terrain comme étant centraux dans la construction des savoirs les concernant. Cela traduit le refus du “neutralisme littéraire“[10] comme une nécessité d’admettre le caractère primordial de la subjectivité du chercheur dans la construction de l’objet de recherche. »[11]

Sur ces mots, j’espère vous avoir donné envie de me suivre dans cette promenade libanaise, entre ses mondes scolaires et ses réalisations citoyennes.


[1] Mon mémoire de master portait le titre suivant : « Entre pratiques et subjectivités : Transmission scolaire, laïcité et citoyennetés au Grand Lycée Franco-Libanais ». Il a été conduit entre 2017 et 2019 sous la direction de M. Emmanuel Saint-Fuscien au sein de la mention Études Politiques de l’EHESS.

[2] Ce mot n’est pas de moi. Il est emprunté à Zain (le nom a été changé), un de mes enquêtés impliqué en octobre 2018 au sein de plusieurs mouvements politiques et citoyens au Liban ; qui souhaitent améliorer le vivre-ensemble et le vécu pluriconfessionnel au Liban. Il évoque, au cours de notre entretien, la laïcité et son corolaire libanais qu’est la sortie du confessionnalisme comme un « rêve ».

[3] À propos de ces mondes, quelques références :  J. Thobie, Les intérêts culturels français dans l’Empire ottoman finissant : l’enseignement laïque et en partenariat, Louvain, Peeters, 2008 ; C. Verdeil, La mission jésuite du Mont Liban et de Syrie : 1830-1864, Paris, Les Indes Savantes, 2011 ; N. Wehbé et A. El-Amine, Système d’enseignement et division sociale au Liban, Paris, Le Sycomore, 1980

[4] État libanais, « Constitution du Liban », 1926, art. 10.

[5] N. Wehbé et A. El-Amine, Système d’enseignement et division sociale au Liban, op. cit., première partie : « Capitalisme et formations sociales anciennes dans le développement de l’école libanaise », p.11-36.

[6] Parlement français, « Loi portant création de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger », no 90-588, 1990

[7] Id.

[8] À ce propos, L. Assouad, « Rethinking the Lebanese economic miracle: the extreme concentration of income and wealth in Lebanon (2005-2014) », World Inequality Database & the World Inequality Lab, 2018 ; C. Nahas, « L’économie libanaise et ses déséquilibres », Monde arabe, Maghreb-Machrek (numéro spécial : Le Liban 10 ans après la guerre), no 169, septembre 2000, p. 55-62 ; K. Hamdan, « Le social dans la reconstruction du Liban », Monde arabe, Maghreb-Machrek (numéro spécial : Le Liban 10 ans après la guerre), vol. 169, septembre 2000, p. 70-79

[9] C. Prochasson, « Les jeux du « je » : aperçus sur la subjectivité de l’historien », Sociétés et Représentations, n° 13, no 1, 2002, p. 207-226.

[10] Ibid., p. 222.

[11] A. Moummi, « Entre pratiques et subjectivités : Transmission scolaire, laïcité et citoyennetés au Grand Lycée Franco-Libanais [Tome 1 – Mémoire de recherche] », Mémoire de recherche (master 2), École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, juin 2019, p. 24 (non-publié).


Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Michael DAVIE dit :

    Bonjour
    Comment avancent vos recherches sur la transmission des valeurs laïques françaises au Liban ? Je suis au Liban, Professeur émérite à la retraite et je suis de très près la question.

    • Akhesa Moummi dit :

      Bonsoir,

      Toutes mes excuses pour la lenteur de la réponse, j’ai été très prise ces derniers temps.
      Je repars au Liban à la fin du mois de Mars et le terrain de recherche (les établissements français au Liban) commence à prendre forme.

      Je ne manquerais pas de faire un billet sur mon avancement à mon retour de Beyrouth en avril.

      Puis-je me permettre de vous contacter par courriel pour que nous puissions discuter de ces questions ?

      Belle soirée,
      Akhésa

  2. Mame BADIANE dit :

    Très belle écriture Akhesa c’est vraiment un plaisir de te lire. Hâte de voir la suite

  3. Anaïs Martin dit :

    Très joliment écrit ! Bon commencement alors et bienvenue dans la communauté Hypothèses !

  1. 16/01/2020

    […] « Rêves de laïcité » […]

  2. 23/03/2020

    […] un précédent billet (ici), j’expliquais la généalogie de cette recherche et l’importance que la question scolaire […]

  3. 07/07/2020

    […] était l’objectif de départ de ce carnet, comme je l’écris dans le deuxième billet publié ici. Il s’agissait d’écrire pour rompre la solitude notamment dans une […]

Répondre à Michael DAVIE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.