Faire une thèse de sciences politiques en passant par l’ethnographie scolaire ? Une réflexion méthodologique

Quoi de mieux qu’un beau ciel libanais et un site archéologique somptueux pour introduire une réflexion épistémologique ?
@ Baalbeck, Liban

«  La politique, c’est donner un langage à ce que vivent les gens, […] et justement, un langage trop lointain, trop théorique, trop technocratique, même s’il peut être vrai statistiquement, si je puis dire, vrai intellectuellement, il ne correspond pas à ce que vivent les gens. La démocratie, c’est d’abord donner la parole à la vie ressentie des gens et après, prendre en charge ce qui est ressenti, prendre en charge ce qui existe comme souffrances, prendre en charge ce qui existe comme doutes, comme interrogations sur le futur et essayer de proposer quelque chose sur cette base-là. Mais c’est d’abord parler de ce que vivent les gens. »[1]

Ces mots ont été prononcés par Pierre Rosanvallon, il y a quelques jours lors de l’émission 28 minutes samedi sur Arte. Qu’est-ce que la politique ? Voilà en substance la question à laquelle le titulaire de la chaire « Histoire moderne et contemporaine du politique » du Collège de France cherche à répondre. Or, en faisant cela, il pose une question stimulante au politiste : qu’est-ce qu’être un.e chercheur.euse en science politique ? Qu’est-ce que cela signifie de travailler sur ce qui « donne un langage à ce que vivent les gens » ?

C’est à cette question que je souhaite répondre ici, en envisageant ce qu’implique, dans mon cadre de recherche, le fait de m’inscrire dans le champ de la science politique. Il s’agit bien de construire une réflexion tant méthodologique qu’épistémologique autour des grands enjeux de la science politique contemporaine et d’expliciter certains de mes choix, qui ne sont pas figés. Les expliquer, c’est les rendre tangibles et mieux saisir, in fine, leur évolution au cours de mon travail de thèse[2].

Je me définis comme politiste. Je considère que mon travail s’inscrit dans le champ, large, en relations avec les sciences sociales, de la science politique. Pourtant, régulièrement, je me fais un procès en illégitimité. Comme si je me devais de redéfinir mon cadre de recherche à l’aune du fait que la science politique est généralement institutionnelle, attachée aux processus de construction des politiques publiques et relativement moins pensée par ses marges. C’est de ce sentiment que je veux partir pour préciser mes choix.

1. Comment définir la science politique ?

Si je me reproche souvent de ne pas m’inscrire dans le champ de la science politique, c’est bien qu’il existe pour cette dernière un enjeu de définition fort. Revenons donc aux bases : qu’est-ce que la science politique, en France, aujourd’hui ?

 Au départ, la science politique française est un pure produit de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, et de l’école attenante : Sciences Po Paris. Cette « expertise nouvelle du social »[3] est alors le produit d’une hybridation, au croisement de différentes sciences sociales et de la science administrative. Ensemble, elles fondent une science plurielle, qui envisage d’abord un objet spécifique : le politique.

Peu à peu, la science politique française va s’affirmer, au travers d’une « spécialisation méthodologico-empirique »[4] : elle repose sur le développement d’un empirisme quantitatif, statistique, se voyant parfois même reprocher d’être une discipline « plus tournée vers l’accumulation de données que vers l’analyse conceptuelle et la réflexion épistémologique »[5]. Cette démarche de la science politique s’inscrit dans une volonté de faire aussi de cette discipline un outil de conseil à la puissance publique. Par des analyses quantitatives, il s’agit bien d’appuyer l’administration via un travail étayé scientifiquement, qui permet de mieux saisir les mouvements de fond de la société[6].

Mai 1968 marque alors un tournant pour la science politique française, qui réalise la nécessité de s’armer en termes épistémologiques, pour peser dans le champ académique international. Elle va alors s’ouvrir à de nouvelles perspectives, renouant avec sa tradition première, hybridée et au cœur du processus d’interdisciplinarité. Elle s’inscrit au croisement des sciences sociales avec l’émergence d’une sociologie historique du politique ou du champ, plus récent, de l’ethnographie du politique[7].

Ce bref retour historique sur l’institutionnalisation de la science politique en France permet de comprendre le processus par lequel s’est construit cette discipline. Cependant, cela ne dit pas quel est le champ de la science politique.

Il existe bien une science politique, envisagée comme une discipline plus quantitative, traditionnellement construite et revendiquée dans les Instituts d’Études Politiques (notamment celui de Paris) ; et une science politique plus hybride, souvent écrite au pluriel, qui évoque le métissage de différentes sciences sociales autour de l’enjeu politique. Entre ces deux conceptions de la science politique, qu’est-ce qui fait alors l’unité de cette discipline ?

La proposition de Jean Leca afin de définir la science politique à partir de l’observation d’un certain type de relations sociales apparait comme très intéressante, au regard tant de mon objet de recherche que des méthodes que je souhaite mobiliser.

Dans un article (que je n’ai pas réussi à retrouver) mais cité par Yves Surel : « Le repérage du politique » dans la revue Projet[8], il affirme que « le repérage du politique repose sur l’identification de certains types de relations sociales »[9]. Dès lors, une relation sociale ne s’inscrit dans le champ du politique que si et seulement si :

  1. Les relations sociales étudiées mettent en jeu l’exercice d’une autorité ou d’une régulation dans la société donnée : des « fonctions particulières de régulation et de commandement »[10] se doivent d’être observées.
  2. Ces relations s’inscrivent, par ailleurs, dans un cadre spatial précis.
  3. Ces dernières envisagent, enfin,  « les modes d’exercice concrets du pouvoir »[11] c’est-à-dire que « le politique est, par hypothèse, attaché à des institutions, des acteurs et des instruments qui visent à exercer une contrainte »[12].

En considérant des mondes scolaires, il s’agit précisément de résoudre ensemble les questions institutionnelle et spatiale. Ces mondes constituent une institution légitime, certes disputée à l’État libanais mais fortement régulée par lui et qui fige un groupe social sur une période relativement longue. Au Liban, j’ai pu l’observer au Grand Lycée (où j’ai réalisé mon mémoire de master), l’attachement à un établissement devient, dans certains cas, le marqueur d’une identité sociale dans le temps long pour les anciens élèves.

Reste donc le troisième critère, celui de l’exercice d’une « régulation ». En effet, il n’apparait pas au prime abord que la question de la mise en œuvre potentielle d’une laïcité scolaire dans les établissements de l’AEFE au Liban interroge la régulation sociale de la société libanaise. Ce possible contre-modèle ne constituerait pas en effet, s’il existe, une contrainte qui s’impose à l’ensemble de la société libanaise. C’est précisément pour répondre à ce défi épistémologique que je souhaite convoquer de nouvelles perspectives de la science politique, qui font la part belle à une vision hybridée voire interdisciplinaire de cette discipline. Peut-on considérer que le fait de convoquer un contre-modèle politique et de l’étudier au travers de ces possibles instances de réalisation soit un objet de la science politique ?

2. Une ouverture vers de nouvelles dimensions de la science politique française ? Vers l’ethnographie du politique et l’étude des socialisations citoyennes.

Émerge dès lors une seconde problématique : que signifie aujourd’hui le fait de penser la régulation politique d’un monde social donné ? Peut-on étendre la science politique jusqu’à l’étude des « modes de construction des idéologies et des univers de représentation symboliques »[13], ou bien est-ce un domaine spécifique de la sociologie et de l’anthropologie ?

Dans le cadre de ma thèse, je souhaite mettre en avant deux champs assez nouveaux de la science politique, qui sont complémentaires et qui conduisent à la penser par les marges des institutions, plus que par la construction des politiques publiques notamment.

 Philippe Braud évoque, tout d’abord, l’émergence d’un nouveau champ se consacrant aux « dimensions émotionnelles et symboliques du politique »[14]. Il souhaite faire la part belle à l’émotionnel, à l’imaginaire et à la mémoire, dans l’analyse des constructions sociales et notamment dans la définition des formes politiques d’une société. Cette piste me semble essentielle, car elle permet de penser, dans le champ de la science politique, le rapport au monde, propre à chaque individu, et ses déterminants. Il s’agit bien d’envisager, à hauteur d’acteurs, la construction d’un modèle politique et citoyen. En cela, la science politique considère l’analyse des socialisations individuelles et leurs rôles dans la construction d’un imaginaire politique collectif.

Cette approche est complémentaire à l’émergence d’un nouvel espace de la science politique : l’ethnographie et l’anthropologie du politique. À contre-pied du « caractère extrêmement normatif ainsi que [du] poids singulier de la notion de citoyenneté dans l’imaginaire politique français »[15], il s’agit, par cette nouvelle perspective, de penser la citoyenneté, et plus largement le politique, à hauteur d’acteurs, d’individus. Cela donne une nouvelle place au terrain qui n’est plus « qu’un “dispositif méthodologique“ structuré par “le projet intellectuel qui anime l’investigation“ »[16].

Comme elle le développe dans son article « Comment faire l’anthropologie d’un objet trop lourd ? »[17], Catherine Neveu nous invite à penser le politique par le bas, en envisageant l’écart entre la norme telle qu’elle est édictée et sa mise en œuvre concrète par les individus. C’est donc la médiation de la norme qui devient l’objet de la science politique, et notamment de l’anthropologie politique, pour considérer les processus qui conduisent à métisser cette norme, à s’en accommoder et à penser ces processus de médiation comme des espaces de construction d’un nouveau rapport à la citoyenneté.

Cette invitation prend un sens particulier dans le cadre de ma recherche. En effet, il s’agit de penser la laïcité française, ou du moins sa possible mise en œuvre scolaire dans certains établissements de l’AEFE au Liban, comme une occasion de subvertir la norme citoyenne libanaise. Au-delà, il s’agit même d’envisager les conséquences pratiques de cette possible subversion via une instance qui est restée relativement hors du champ de l’ethnographie politique et citoyenne : les mondes scolaires.

Cette perspective me semble d’autant plus stimulante au regard des critères posés par Nicolas Mariot afin de mener une ethnographie de la citoyenneté[18]. Pour lui, réaliser une telle ethnographie supposerait de remplis trois critères :

  1. Elle exige d’abord une « étude de milieux d’interconnaissance préexistants à l’enquête, milieux dans lesquels la réputation des individus (celles des enquêtés entre eux, mais aussi celle de l’enquêteur) est engagée. »[19]. Elle suppose donc de se détacher du « lent désencastrement du politique par rapport au social »[20], significatif de nos sociétés modernes mais où les citoyens ne sont pas engagés personnellement en politique. Leur rapport au politique est indirect, via une délégation de pouvoir qui ne les engagent plus entièrement. Il s’agit donc, pour N. Mariot, de remettre au cœur de l’analyse « des échanges interpersonnels »[21] comme une part essentielle du politique aujourd’hui.
  2. Il considère ensuite qu’il est nécessaire de différencier les termes « ordinaire » et « populaire » : faire une ethnographie du politique n’exige pas de s’intéresser aux classes populaires, les classes aisées voire supérieures peuvent aussi faire l’objet d’une étude.
  3. Enfin, il estime qu’« il est a priori difficile d’ethnographier des opinions ou des pensées »[22]. Or ce sont bien ces dernières qui seraient au cœur de toute ethnographie de la citoyenneté, envisagée non pas comme une ethnographie des pratiques citoyennes mais bien comme une ethnographie de la politisation progressive et en construction des individus. Faire une ethnographie du quotidien politique, de la routine politique dans laquelle les acteurs sont impliqués, semble impossible. Cela exigerait, pour être réalisable, de réduire la focale, en considérant que « le rapport ordinaire à la politique [devrait] consister en des devoirs quotidiens sur un modèle strictement scolaire »[23].

Ainsi, les mondes scolaires homologués par l’AEFE au Liban sont bien une catégorie qui préexiste complétement à l’enquête : elle est administrativement construite et crée des mondes sociaux et scolaires parfaitement tangibles en dehors de toute enquête de sciences sociales, tant l’espace est délimité précisément. Par ailleurs, ces lieux sont des espaces auxquels seule une petite partie de la population libanaise peut avoir accès : les frais de scolarité ou écolages tracent, en effet, une frontière précise entre ceux qui peuvent être scolarisés dans ces établissements et ceux qui ne le peuvent pas. Cette ethnographie n’envisage donc pas des classes populaires, ni même des mondes sociaux marginalisés ; mais bien des institutions officielles et reconnues, qui ont une place particulière dans un paysage scolaire libanais fortement concurrentiel.

C’est donc bien le troisième critère envisagé par N. Mariot qui m’interroge : comment ethnographier le quotidien et le routinier du politique, sans tomber dans l’écueil de la seule analyse scolaire de la citoyenneté ? Comment faire la part-belle aux socialisations extérieures des individus et à leurs conséquences sur la politisation des élèves, notamment ? Comment, comme il le dit, « ethnographier des opinions et des pensées » ?

Pour résoudre ce dilemme, il nous invite à questionner la compréhension que nous avons de l’idée même de « modèle de citoyenneté ». Au-delà d’« une activité intellectuelle ordinairement intime et personnelle (donc silencieuse et invisible), [il nous faut maintenant envisager] qu’elle [la citoyenneté] peut à tout moment devenir publique, sur simple demande ou à force d’insistance »[24]. Je souhaite, dans mon propre travail, prendre au mot cette invitation en envisageant la construction des individus et leurs socialisations progressives. Il s’agit de comprendre comment leurs idéaux politiques se sont peu à peu façonnés, pour reconstituer leur univers de sens. Cela reformule alors la problématique de ma recherche : comment se théorise pour les acteurs des mondes scolaires français au Liban une possible « hypothèse laïque » ?

Pour cela, je vais tâcher de faire place aux « filatures ethnographiques »[25], afin de reconstituer les chemins de socialisation des acteurs et de mieux saisir ce qui les conduit à développer certains idéaux politiques et citoyens. Ces filatures sont envisagées dans une perspective de dissection du réel, afin de le penser dans sa finesse et ses articulations ; via un positionnement propre du chercheur. Dans l’article séminal « Ethnographies de la participation », les « filatures ethnographiques » sont décrites comme suit :

« Il [le chercheur] suit en fait ses enquêtés, leurs objets et leurs discours, s’intéresse à la façon dont des actions s’agrègent et s’institutionnalisent, enchaîne des séries de réunions pour en recomposer la logique narrative, reconstruit des processus participatifs qui sont distribués sur plusieurs sites spatiaux et temporels. L’ethnographe change de poste d’observation et de grandeur d’échelle en accompagnant ses enquêtés. »[26]

In fine, il s’agit, pour moi, de retranscrire « des manières de faire des biens communs, des manières de faire des collectifs »[27], en envisageant des institutions qui ont jusque-là été peu considérées par la science politique et la sociologie.

 Ainsi, je souhaite reprendre dans mon travail de thèse une approche que j’avais déjà fait mienne dans le cadre de mon master 2, qui n’envisage pas la citoyenneté comme une donnée figée mais un construit évolutif et personnel qui dépend d’une multiplicité de facteurs. C’est cette approche « plastique de la citoyenneté »[28] qui cherche à mettre au jour « les liens entre expérience politique et expérience quotidienne »[29] que je fais mienne. Les pratiques des acteurs, leurs revendications et leurs évolutions subjectives sont les déterminants de leurs conceptions de la citoyenneté dans l’espace libanais.

C’est la place d’institutions scolaires dans les schèmes mentaux des acteurs que je souhaite questionner, pour mettre en lumière les constructions citoyennes qui en découlent. C’est bien la « fabrique »[30] de la citoyenneté qui va m’occuper. Il s’agit de « mettre en lumière et de comprendre quand, comment et dans quelle mesure les attachements intimes ou sensibles à des lieux, à des modes de vie, à des relations, comment des formes de “communes appartenances“, peuvent constituer autant de supports à la citoyenneté. »[31]. Le rôle des mondes scolaires est alors de favoriser le « développement de la notion d’appartenance et de participation à un projet collectif, la reconnaissance identitaire par le contrat et l’engagement personnel »[32].

De facto, je reprends ici un positionnement épistémologique déjà adoptée dans le cadre d’une thèse sur les mondes scolaires libanais : celui de Catherine Le Thomas, à propos des écoles chiites au Liban[33]. Son travail s’intéresse au monde éducatif chiite comme vecteur d’une politisation ; recherche dans laquelle je me retrouve complètement en miroir. Je souhaite bien m’intéresser aux mondes scolaires français au Liban comme vecteur d’une politisation atypique, qui envisagerait la fondation et la défense d’un idéal laïque.

Cela suppose de repenser les rapports au religieux et au politique au sein des mondes sociaux libanais, en rapport avec la place de l’État libanais. C’est bien « un univers de sens et de représentation »[34]qui sera interrogé ici, en considérant l’univers social et politique (voire même les univers ?) dans lequel sont plongés les élèves des établissements homologués par l’AEFE et ses conséquences citoyennes.

À propos du champ éducatif libanais, C. Le Thomas affirme qu’il « joue souvent un rôle pivot dans les sociétés non-homogènes, en devenant l’un des lieux d’expression privilégiés des différents segments ou groupes qui composent le tissu social, ou au contraire l’arène de conflits autour de la définition d’une “éducation unifiée légitime“. Le Liban se situe à la charnière de ces deux conceptions, unitaire et plurielle, de l’éducation. »[35].

C’est précisément dans cette perspective que s’inscrit mon propre travail en cherchant à considérer les institutions scolaires homologuées par l’AEFE comme des espaces de socialisation en propre, mais qui s’inscrivent dans un champ conflictuel, qui produit forcément des effets sur le rapport des élèves aux questions citoyennes. En cela, mon travail de thèse s’inscrit bien dans une analyse de la conflictualité à plusieurs échelles afin d’envisager la construction (ou non) d’un nouvel idéal politique au Liban, par le biais d’institutions scolaires atypiques. Cet idéal politique constituerait alors une nouvelle forme de régulation politique de la société libanaise, qui prend encore plus de sens au regard des mobilisations actuelles de cette société.

En conclusion, ne pas renier l’interdisciplinarité …

Ce texte, bien long je vous le concède, avait pour but de m’auto-justifier sur mes choix présents. Il développe, je l’espère, un programme de recherche ambitieux, probablement irréaliste mais qui représente le filigrane de mon travail. Je vais, au cours des trois prochaines années, tendre à l’atteindre, en me reconnaissant comme politiste, tout en empruntant aux autres disciplines dans lesquelles je me reconnais : la sociologie, l’histoire, l’anthropologie, les sciences de l’éducation, ….

Je ne renie donc pas ici la tradition qui m’a formée : l’interdisciplinarité. En ce sens, mon projet est profondément interdisciplinaire même s’il cherche à s’ancrer dans une tradition plus récente de la science politique, qui tend à rechercher le politique dans les retranchements de la vie sociale. L’essentiel résiderait alors dans la capacité à être réflexif sur ses choix, ses ambitions, ses objectifs et non pas les disciplines dans lesquelles on s’inscrit. Peut-être est-ce là le meilleur moyen de définir l’interdisciplinarité ?


[1] R. Dély, « 28’ minutes Samedi avec Pierre Rosanvallon », dans l’émission 28’ minutes Samedi, Paris : ARTE, 11 janvier 2020, 43:42 (en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=vmqqn1sbX64 ; consulté le 15 janvier 2020), 11 minutes 31 – 12 minutes 20.

[2] Cf. le billet précédent pour un rappel des grandes lignes de mon projet de thèse. Vous le trouverez juste ici : https://laicites.hypotheses.org/147.

[3] B. Gaïti et M. Scot, « Une science sans savants ? Les paradoxes de l’émergence de la science politique en France entre 1945 et 1968 », Revue française de science politique, vol. 67, no 1, 23 mars 2017, p. 16. (en ligne : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2017-1-page-13.htm ; consulté le 23 novembre 2019)

[4] Ibid., p. 28.

[5] Ibid., p. 29.

[6] B. Gaïti et M. Scot, « Une science sans savants ? Les paradoxes de l’émergence de la science politique en France entre 1945 et 1968 », op. cit.

[7] Y. Déloye et N. Mayer, « Les trois défis de la science politique française », Idées économiques et sociales, vol. 1, no 195, 26 février 2019, p. 28-39 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2019-1-page-28.htm ; consulté le 2 janvier 2020)

[8] Y. Surel, La science politique et ses méthodes [édition numérique], Paris : Armand Colin, 2015, p. 39-49. ; J. Leca, « Le repérage du politique », Projet, no 71, 1973, p. 11-24.

[9] Y. Surel, La science politique et ses méthodes, op. cit., p. 48.

[10] Id.

[11] Id.

[12] Id.

[13] P. Braud, La science politique [édition numérique], Paris : Presses Universitaires de France, 2017, p. 12.

[14] Ibid., p. 134.

[15] C. Neveu, « Comment faire l’anthropologie d’un objet « trop lourd » ? Approche anthropologique de la citoyenneté en France », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 28. (en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/039296ar ; consulté le 5 avril 2018). Elle emprunte ici les termes de M. Abélès, « Le rationalisme à l’épreuve de l’analyse » dans F. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience. Paris : Gallimard-Le Seuil, 1996, p.95-112.

[16] Id.

[17] C. Neveu, « Comment faire l’anthropologie d’un objet « trop lourd »? », op. cit.

[18] N. Mariot, « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté ? », Politix, vol. 23, no 92, 2010, p. 167-194 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-politix-2010-4-page-165.htm ; consulté le 5 avril 2018).

[19] Ibid., p. 172.

[20] Id.

[21] Id.

[22] Ibid., p. 174.

[23] Id.

[24] Ibid., p. 179.

[25] D. Cefaï et al., « Ethnographies de la participation », Participations, vol. 3, no 4, 11 décembre 2012, p. 26-28. (en ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PARTI_004_0005 ; consulté le 30 octobre 2019).

[26] Ibid., p. 26.

[27] Ibid., p. 32.

[28] L. Overney, « Par-delà la “participation” des habitants. Pour une ethnographie de la petite politique. », dans M. Carrel et C. Neveu, Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2015, p. 133.

[29] M. Carrel et C. Neveu, « Introduction : Pour un renouvellement des recherches sur la citoyenneté », dans Marion Carrel et Catherine Neveu (éd.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2015, p. 9.

[30] Ibid., p. 22.

[31] Ibid., p. 13

[32] C. Ouba, « Les épreuves imposées à l’école par l’éducation à la citoyenneté dans un pays multicommunautaire : le cas du Liban », Pensée plurielle, n° 40, no 3, 2015, p. 140 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2015-3-page-133.htm ; consulté le 22 mars 2018).

[33] C. Le Thomas, Les écoles chiites au Liban. Construction communautaire et mobilisation politique, Paris : Karthala, 2012.

[34] Ibid., p. 16.

[35] Ibid., p. 24-25.


Bibliographie

  • Braud Philippe, La science politique [édition numérique], Paris : Presses Universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », no 909, 2017.
  • Carrel Marion et Catherine Neveu, « Introduction : Pour un renouvellement des recherches sur la citoyenneté », dans Marion Carrel et Catherine Neveu (éd.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, coll. « Recherches internationales », 2015, p. 5-28.
  • Cefaï Daniel, Marion Carrel, Julien Talpin, Nina Eliasoph et Paul Lichterman, « Ethnographies de la participation », Participations, vol. 3, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48 (en ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PARTI_004_0005 ; consulté le 30 octobre 2019).
  • Déloye Yves et Nonna Mayer, « Les trois défis de la science politique française », Idées économiques et sociales, vol. 1, no 195, 26 février 2019, p. 28-39 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2019-1-page-28.htm ; consulté le 2 janvier 2020).
  • Dély Renaud, « 28’ minutes Samedi avec Pierre Rosanvallon », dans l’émission 28’ minutes Samedi, Paris, ARTE, 11 janvier 2020, 43:42 (en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=vmqqn1sbX64 ; consulté le 15 janvier 2020).
  • Gaïti Brigitte et Marie Scot, « Une science sans savants ? Les paradoxes de l’émergence de la science politique en France entre 1945 et 1968 », Revue française de science politique, vol. 67, no 1, 23 mars 2017, p. 13-42 (en ligne : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2017-1-page-13.htm ; consulté le 23 novembre 2019).
  • Le Thomas Catherine, Les écoles chiites au Liban. Construction communautaire et mobilisation politique, Paris : Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2012.
  • Leca Jean, « Le repérage du politique », Projet, no 71, 1973, p. 11-24.
  • Mariot Nicolas, « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté ? », Politix, vol. 23, no 92, 2010, p. 167-194 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-politix-2010-4-page-165.htm ; consulté le 5 avril 2018).
  • Neveu Catherine, « Comment faire l’anthropologie d’un objet « trop lourd » ? Approche anthropologique de la citoyenneté en France », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 25-42 (en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/039296ar ; consulté le 5 avril 2018).
  • Ouba Charbel, « Les épreuves imposées à l’école par l’éducation à la citoyenneté dans un pays multicommunautaire : le cas du Liban », Pensée plurielle, n° 40, no 3, 2015, p. 133-142 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2015-3-page-133.htm ; consulté le 22 mars 2018).
  • Overney Laetitia, « Par-delà la “participation” des habitants. Pour une ethnographie de la petite politique. », dans Marion Carrel et Catherine Neveu, Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, coll. « Recherches internationales », 2015, p. 131-166.
  • Surel Yves, La science politique et ses méthodes [édition numérique], Paris : Armand Colin, coll. « Cursus Sciences Politiques », 2015.

© La photo est de moi. Sans mention contraire, toutes les photos du Liban mises en valeur sur ce carnet sont des extraits de mes petites escapades libanaises.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.