Penser l’évènement en sciences sociales. Ce que m’a appris la « thawra » libanaise.

© Pixabay – La mosquée al-Amine & la place des martyrs, haut-lieu des manifestations d’octobre au Liban

Tenter d’écrire sur « l’évènement » dans le contexte si particulier du confinement massif d’une partie de nos sociétés européennes est une chose bien étrange.

Cet article est, néanmoins, en germe depuis longtemps. Il n’est pas le fruit du vécu de cette crise sanitaire mais bien la traduction d’un sentiment plus diffus tout au long de ces premiers mois de thèse : voir le réel, ses événements, son quotidien percuter mes questionnements, ma recherche, le déroulé même de ma thèse. C’est sur cela que je souhaite écrire aujourd’hui : comment penser « l’évènement » en sciences sociales ? Quelle place laisser à ce qu’il implique dans ses interstices les plus intimes ? Comment, in fine, penser « l’évènement » en scientifique ?

Au cœur de ma recherche, se situe le questionnement d’une « hypothèse laïque » au Liban, entendue comme un nouvel horizon politique et social. Or au soir du 17 octobre 2019, la société civile libanaise a semblé se réapproprier son destin et exiger des comptes. Dans les semaines qui ont suivi et sans vraiment s’arrêter depuis -malgré une intensité toute relative en fonction des semaines-, cette thawra (« révolution ») a révélé la prégnance des questions qui occupent ma recherche dans la société libanaise : Qu’est-ce qu’être un citoyen libanais ? À quoi servent les impôts ? Comment réformer l’État ? Comment transformer voire mettre fin au système confessionnel ? Quel avenir pour les jeunes libanais ?

C’est une société et sa sortie de guerre qui a été mise en question ce fameux soir d’octobre.  

Très vite, la sidération passée, le sentiment de vivre un moment historique aussi mis à distance, se pose une question : comment intégrer cet évènement à ma recherche ? Comment faire fi de cet « imprévu » pour l’intégrer à ma réflexion ? Comment ne pas se perdre entre événement et fil conducteur de ma recherche ?

Cette question de la gestion de l’événement en sciences sociales n’est pas nouvelle. Elle s’est même déjà posée avec une vitalité toute particulière au moment des Printemps Arabes[1]. Pourtant, cette question de l’événement en sciences sociales apparaît encore comme un angle mort de la recherche ; même si les travaux d’Arlette Farge[2], tout comme ceux d’Alban Bensa et Didier Fassin[3] ont balisé le terrain.

Dans ce questionnement des outils méthodologiques du chercheur qui doit faire face à l’irruption d’une révolte ou d’un événement bouleversant son terrain de recherche, deux questions principales sont en jeu :

  • Celle de l’accès au terrain, d’abord : Est-il possible d’y accéder ? Quels sont les risques se rendre sur le terrain alors que des « événements » sont en cours ?
  • Celle de la prise en compte dans la recherche de cet événement, ensuite : Prendre l’événement en compte ou pas ? Par quels mécanismes ?

Par ces deux enjeux, il s’agit bien de faire œuvre de réflexivité sur les fils de réflexion qui se sont noués au cours des derniers mois et sur les effets de la thawra libanaise dans leur construction. En somme, la révolution libanaise de la fin 2019 a-t-elle profondément transformée ma recherche sans même que je ne me décide à lui accorder cette place, à assumer son rôle ?

Reconstruire le fil de la révolution libanaise

Avant tout, il me semble nécessaire de (re)exposer quelques éléments de contexte pour la bonne compréhension de ce qui se joue au Liban depuis le 17 octobre 2019.

Ce matin du 17 octobre, le ministre des télécommunications, Mohammad Choucair, annonce la mise en place d’une taxe sur l’utilisation d’application se servant du Voice over Internet Protocol (VoIP) comme l’application de messagerie instantanée WhatsApp. Or cette dernière est l’outil principal de la communication au Liban en lieu en place d’un réseau téléphonique hors de prix. Par exemple, un forfait de téléphone chez l’opérateur Alpha -les deux opérateurs du pays appartiennent à la même entreprise- avec 2GB d’internet, 30 minutes d’appel et 100 SMS coûte environs 15$ (pour 1 semaine de validité).

Cette mesure, que le gouvernement savait impopulaire, a été annoncée face à la crise budgétaire que connait le pays. Il comptait sur cette taxe pour mener une partie des réformes exigées par les bailleurs de fond internationaux du pays, qui garantissaient jusque-là sa survie budgétaire -avec notamment les programmes CÉDRE-. La population libanaise, à l’annonce de cette nouvelle, a eu le sentiment de devoir payer les conséquences d’un État corrompu et dont la gestion des comptes publics se caractérise par une véritable gabegie.  

Cette mesure provoque, donc, d’importantes manifestations spontanées dans les rues de Beyrouth et d’autres grandes villes du pays comme Tripoli, qui réclament avant tout le retrait de cette taxe.

Au soir du 17 mars, le même ministre annonce le retrait de la taxe, espérant que cela permettra la fin des manifestations et promettant de trouver de nouvelles ressources pour l’État, évitant de ponctionner le contribuable. Or, les manifestations ne s’arrêtent pas. Pire même pour le pouvoir libanais, elles s’amplifient dans les jours qui suivent[4].

Aujourd’hui (jusqu’au confinement du pays pour cause de coronavirus), le mouvement continue de façon protéiforme, souvent moins spectaculaire que les immenses manifestations des premiers jours. Il a, cependant, obtenu plusieurs avancées :

  1. La démission du gouvernement Hariri II le 29 octobre 2019, une semaine à peine après l’annonce d’un grand plan de réformes, qui n’avait pas convaincu la rue libanaise[5].
  2. L’élection de Mehlem Khalaf en novembre 2019 comme bâtonnier des avocats de Beyrouth. L’élection d’un bâtonnier indépendant d’une liste politico-confessionnelle comme c’est habituellement le cas au sein du barreau de Beyrouth a été une petite révolution dans ce pays ; où la plus part des nominations civiles et administratives sont régulées par un jeu de positions confessionnelles et politiques, ces deux éléments étant profondément imbriqués[6].
  3. Le rejet par la rue libanaise de plusieurs personnalités au poste de Premier Ministre[7], ce qui symbolise tant la prégnance des revendications du mouvement dans la société libanaise, que la résistance face à ces transformations dans la classe politique.
  4. L’empêchement de plusieurs sessions parlementaires (notamment celle autour d’une loi d’amnistie contestée car elle aurait évité nombres de condamnations pour des délits et crimes en col blanc) depuis le début du mouvement ; ou plus récemment, les nombreuses épreuves de force entre manifestants et forces de sécurité pour accéder au Parlement lors de la session de nomination du nouveau gouvernement (courant février 2020)[8].

Depuis le début de l’année 2020, la crise politique déclenchée par la démission du gouvernement de Saad Hariri s’est atténuée suite à la nomination d’un Premier Ministre : Hassane Diab, universitaire libanais qui fût ministre dans le gouvernement Mikati (2011-2014)[9]. Son gouvernement, qui se veut être un gouvernement de rupture avec la tradition politico-confessionnelle du Liban, a été confirmé par le Parlement Libanais le 11 février 2020[10], sans le soutien de la principale force politique sunnite -alors même que le Premier Ministre est forcément issu des rangs de la communauté sunnite- et avec une forte méfiance de la rue.

Cependant, la crise économique à l’origine de la crise politique du Liban s’est, quant à elle, aggravée, se traduisant par un défaut de paiement de l’État le 07 mars 2020[11] et par une paupérisation massive de la société[12].

Au-delà d’un pur retour évènementiel sur les derniers mois connu par le Liban, c’est la revendication d’un changement d’état d’esprit qui est frappante. Pour les libanais et libanaises, il s’agit d’exiger la fin d’un monde, qui s’est mis en place après la guerre civile[13].

C’est ce dernier point qui est très vite devenu un véritable enjeu dans le cadre de ma thèse : quelle place donner à ce sentiment, qui s’affirmait de plus en plus, d’un changement de paradigme dans la société libanaise ?

Considérer l’évènement dans la recherche : choix méthodologiques et pratiques

L’enjeu qui m’anime ici est celui de réussir faire une place à la révolte sans changer mon sujet de recherche, qui doit rester la consécration d’une possible « hypothèse laïque » au Liban via les écoles du réseau scolaire français.

Dans un précédent billet (ici), j’expliquais la généalogie de cette recherche et l’importance que la question scolaire avait au Liban. Il m’est donc impossible de changer de perspective maintenant, d’autant que la crise économique traversée par ce pays a connu ses premières manifestations dans la question du financement des écoles privées, qui est devenue centrale au cours de l’année 2019[14].

Des choix qui se sont confirmés à la lumière de la thawra libanaise

De ce choix de ne pas changer mon programme de recherche dans ses fondements découle la confirmation d’un choix épistémologique : celui de ne pas prédéfinir la laïcité en l’envisageant comme un concept à construire, en élaboration perpétuelle.

En ne définissant pas ce terme, la perspective de l’imaginaire politique et citoyen s’ouvre et permet d’entrevoir la diversité qui sous-tend l’idée même de laïcité, et ce, bien au-delà de la politisation franco-française du terme « laïcité ».

Il s’agit de mettre en perspective une laïcité sensible et expérimentée pour chacun des acteurs et ainsi d’éclairer l’ensemble des significations que porte ce terme pour les membres de la communauté scolaire des établissements étudiés. De fait, le terme de « laïcité » peut ainsi renvoyer à l’idée d’une déconfessionnalisation progressive de la société libanaise et à ses conditions et conséquences pratiques en termes sociopolitiques.

Pourtant, ce double choix scientifique laisse la question qui m’anime ici en suspens : que faire de la révolte ? Au prime abord, elle semble confirmer certains de mes questionnements et de mes axes de recherche. De plus, la considérer en propre et dans un but scientifique m’ouvre de nouvelles perspectives, interrogeant plus sérieusement et profondément le rapport même du chercheur à son objet et aux événements qui l’entoure.

« Il s’agit d’un univers particulier où la temporalité semble ne se livrer que sous la forme de lignes de fuite, en avant ou en arrière, un mouvement permanent qui finit par produire une impression d’hébétude, [une] radicale incertitude. »[15]

Emprunté au merveilleux article d’Isabelle Rivoal « Écritures suspendues, vies engagées. Traverser la guerre civile au Liban », ces mots interrogent le rapport propre au temps qui se développe dans le cadre d’une guerre, et précisément ici dans le cas de la guerre civile au Liban. Elle constate que la guerre tend à tout transformer sauf la recherche, où le vécu guerrier est éclairé, bien souvent, par les travaux produits avant l’événement, sans complètement reconstruire les prismes d’enquête.

Elle nous invite à faire la part belle à l’incertitude en ne faisant pas de l’événement, de la guerre ou de la révolte populaire, l’entièreté du travail d’enquête. Les effets et les produits de la révolte ne peuvent pas devenir la totalité de la recherche, parce qu’elle reste incertaine, suspendue à des engagements individuels et à une force collective.

Mais cette première proposition en impose une seconde. « Faire comme si de rien n’était » n’est pas un choix méthodologique possible quand l’enquête n’a pas encore eu lieu. Donner une voix aux acteurs du terrain, c’est considérer leur réalité et donc cela suppose de donner une place à la révolte. Cela exige même de tenter de la remettre à sa juste place, au regard du tissu social qui m’intéresse et qui n’est pas l’ensemble de la société libanaise.

Cela m’oblige ainsi à dépasser ma propre frilosité à l’étude des mouvements sociaux. M’armer méthodologiquement et conceptuellement[16] sur les mouvements sociaux s’impose comme une nécessité pour pouvoir intégrer la thawra libanaise dans mon programme de recherche.

Quels outils pour mieux saisir la révolte (malgré l’éloignement du terrain) ?

Avant d’évoquer les pistes de réflexion qui s’ouvrent à moi dans l’analyse de ce mouvement social, il me semble nécessaire de m’arrêter sur les sources dont je dispose.

Même si la question d’aller sur le terrain au début du mouvement s’est posée, elle a été vite tranchée. Y aller uniquement pour « voir » le mouvement n’était pas pertinent. Cela aurait, d’abord, exigé un effort financier et logistique important en début de thèse. Par ailleurs, sans établissement scolaire à étudier, ce terrain aurait supposé de plaquer la réalité du mouvement social sur un objet de recherche bien différent.

De fait, je suis ici entièrement dépendante de sources médiatiques et numériques. Je me suis donc astreinte à un traitement thématique de ces données, grâce à l’outil Zotero[17].

Cette collecte a longtemps été un véritable tâtonnement entre une volonté de collecter tous les articles possibles pour être au plus près des événements et celle d’analyser ces évènements au prisme de mon travail de thèse, limitant donc le champ de la collecte. Cette hésitation s’est faite d’autant plus prégnante que les biais de mon corpus de source sont importants. Il n’y a, volontairement, aucune source arabophone faute d’une maitrise assez poussée de cette langue (pour le moment!) et ce corpus est composé quasi-exclusivement de sources écrites, récoltées en ligne et répondant à un besoin de compréhension immédiate. Je me suis finalement résignée à cette seconde option : mon corpus sera plus restreint mais thématisée et directement lié à mon objet de recherche.

L’ensemble des articles sont ainsi thématisés et analysés au regard de leur objet premier à l’aide de la fonction « marqueur » proposée par Zotero.


Photo 1 – L’ensemble des marqueurs qui me permettent d’analyser ces sources médiatiques


Dans un second temps (et ce travail n’est pas achevé à l’heure actuelle), l’ensemble de ces sources est analysé au prisme de mes questionnements et de ma problématique de recherche.

Je me fixe deux objectifs : pouvoir recontextualiser la source (moment de rédaction, thème essentiel, journal de production, …) mais aussi l’analyser en miroir de ma recherche.

Ce choix me permet de décentrer ce travail de récolte et d’analyse de données médiatiques de l’évènement, proprement dit. Bien sûr, la thawra est au cœur de mes sources mais elle est analysée au prisme des débats qui animent la société libanaise de longue date.


Photos 2 & 3 – Analyser et thématiser les différentes sources récoltées


De la révolte à l’enquête, penser la thawra libanaise dans mon travail de thèse

Mais de cette ligne de crête qui tente de faire cohabiter deux convictions -intégrer le mouvement social actuel sans pour autant le mettre au cœur de ma recherche-, quels sont les fils de réflexion qui se déroulent et se dérobent dans l’articulation entre ma recherche et l’analyse première des conséquences de ce mouvement social ?

Ce mouvement témoigne d’abord de la (re)montée en puissance d’une revendication de déconfessionnalisation et peut-être même de « laïcité » dans la société libanaise. Cette société chercherait ainsi à dépasser tant la guerre civile[18] que l’échec des manifestations de 2011[19] pour réussir à fonder une nouvelle citoyenneté libanaise.

Ce constat tend à renforcer dans mon travail l’exigence de contextualisation et d’historicisation du débat laïque au Liban, puisque j’assiste (presque impuissante) à un changement de dimension de mon sujet. Il n’interroge plus seulement un monde scolaire particulier mais bien une société en plein bouleversement où « l’hypothèse laïque » se fait jour sous une forme impensée, évitée même, jusqu’alors.

Ensuite, ce mouvement m’impose d’envisager un aspect des mondes scolaires libanais que j’avais, je me dois de l’admettre, très largement esquivé dans mon travail de master. La question du montant des écolages au sein des établissements privés libanais est un sujet de tension très fort entre familles et direction comme en témoigne la crise traversée par le Grand Lycée Franco-Libanais au printemps 2018[20]. Les choix scolaires effectués par les familles se posent donc en miroir d’une réalité sociale complexe et apparait au cœur des dynamiques sociales et identitaires libanaises. Le fait que ces établissements soient aujourd’hui au cœur de la crise économique que traverse le pays va dans le sens de cette hypothèse[21].

Enfin, la question du rôle social des établissements scolaires au Liban se pose de façon accrue depuis le début de la thawra libanaise. Les écoles et les universités apparaissent au cœur du processus de compréhension et de formalisation, dans les esprits des citoyens libanais, des évènements en cours. Ces institutions participeraient alors à ancrer une dynamique collective et à mieux la comprendre[22].

In fine, choisir entre « le chercheur & l’archiviste »[23] ?

Ces différentes hypothèses ne doivent, cependant, pas me conduire à négliger les limites de cette réflexion à partir de sources médiatiques.

Je dois une bonne partie de mes choix dans ce travail d’analyse des sources, qui tente d’assumer ses biais et ses limites, à un article publié par Pierre France : « Deux guerres lasses »[24], où il tente une histoire croisée des archives de la guerre civile libanaise et de la guerre civile syrienne.

Il affirme que « cette démarche de veille, mise à jour continue des coordonnées de la crise ou recueil sans fin de témoignages et de faits »[25] est un élément central de toute recherche qui se doit de prendre en compte les événements. Or, ce fait porte intrinsèquement deux conséquences : il « transforme le travail scientifique en démarche d’archivage »[26], tout en exigeant de prendre en compte la fatigue des acteurs qui documentent l’événement (notamment dans le cas de guerres) et qui influence forcément leur couverture et leur suivi.

Subsiste alors un défi :

« Il reste ainsi à inventer une écriture des doutes et des hypothèses, des scénarios plus ou moins optimistes qui se succèdent (et que l’on oublie justement de mettre par écrit), et même un système de classification de ces informations (au-delà même de leur source). »[27]


[1] M. Catusse, A. Signoles et F. Siino, « Révolutions arabes : un événement pour les sciences sociales ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 138, 15 décembre 2015, p. 13-26 (en ligne : http://journals.openedition.org/remmm/9184 ; consulté le 26 décembre 2019)

[2] A. Farge, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, no 38, 1er mars 2002, p. 67-78 (en ligne : http://journals.openedition.org/terrain/1929 ; consulté le 30 octobre 2019)

[3] A. Bensa et É. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, no 38, 1er mars 2002, p. 5-20 (en ligne : http://journals.openedition.org/terrain/1888 ; consulté le 12 novembre 2018)

[4] T. Abou Rizk et al., « Ces manifestations sont tout ce qui nous reste pour espérer un changement ! », L’Orient-Le Jour, 18 octobre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1191549/ces-manifestations-sont-tout-ce-qui-nous-reste-pour-esperer-un-changement-.html ; consulté le 18 octobre 2019).

[5] J. Lafond Saleh, « La démission de Saad Hariri n’éteint pas la colère des Libanais », La Croix, 30 octobre 2019 (en ligne : https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/demission-Saad-Hariri-neteint-pas-colere-Libanais-2019-10-29-1201057330 ; consulté le 31 octobre 2019).

[6] C. Assaf, « Melhem Khalaf, figure du soulèvement, prend d’assaut le barreau de Beyrouth », L’Orient-Le Jour, 18 novembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1195420/melhem-khalaf-figure-du-soulevement-prend-dassaut-le-barreau-de-beyrouth.html ; consulté le 19 novembre 2019)

[7] Z. Antonios, « Safadi fait l’unanimité contre lui dans la rue révoltée », L’Orient-Le Jour, 16 novembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1195205/safadi-fait-lunanimite-contre-lui-dans-la-rue-revoltee.html ; consulté le 16 novembre 2019).

[8] Rédaction de l’OLJ, « Le texte de loi d’amnistie, que le Parlement doit examiner mardi, suscite un tollé », L’Orient-Le Jour, 10 novembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1194550/le-texte-de-loi-damnistie-que-le-parlement-doit-examiner-mardi-suscite-un-tolle.html ; consulté le 10 novembre 2019).

[9] C. Assaf, « Hassane Diab, un « bûcheur » très « instruit » et « honnête », mais qu’en est-il de ses qualités politiques ? », L’Orient-Le Jour, 20 décembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1199307/hassane-diab-un-bucheur-tres-instruit-et-honnete-mais-quen-est-il-de-ses-qualites-politiques-.html ; consulté le 21 mars 2020) ; K. Chehayeb, « Qui est Hassan Diab, l’homme chargé de sortir le Liban de la crise ? », Middle East Eye – Édition française, 23 décembre 2019 (en ligne : http://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/qui-est-hassan-diab-lhomme-charge-de-sortir-le-liban-de-la-crise ; consulté le 23 décembre 2019)

[10] H. Dakroub, « Cabinet narrowly wins confidence amid clashes with protesters », The Daily Star, 11 février 2020 (en ligne : https://www.dailystar.com.lb/News/Lebanon-News/2020/Feb-11/500943-cabinet-narrowly-wins-confidence-amid-clashes-with-protesters.ashx ; consulté le 11 février 2020).

[11] K. Ouazzani, « Le Liban en défaut de paiement : et maintenant ? », L’Orient-Le Jour, 8 mars 2020 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1209443/le-liban-en-defaut-de-paiement-et-maintenant-.html ; consulté le 21 mars 2020)

[12] S. Al-Attar, « Le Liban en crise : la fin d’une illusion », Le Commerce du Levant, 6 décembre 2019 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/29486-la-fin-dune-illusion ; consulté le 21 mars 2020) ; M.R. et N. Maucourant Attalah, « Haneen Sayed : “La moitié de la population pourrait basculer dans la pauvreté“ », Le Commerce du Levant, 6 décembre 2019 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/29485-haneen-sayed-la-moitie-de-la-population-pourrait-basculer-dans-la-pauvrete- ; consulté le 21 mars 2020)

[13] C. Nahas, « L’économie libanaise et ses déséquilibres », Monde arabe, Maghreb-Machrek (numéro spécial : Le Liban 10 ans après la guerre), no 169, septembre 2000, p. 55-62 ; K. Hamdan, « Le social dans la reconstruction du Liban », Monde arabe, Maghreb-Machrek (numéro spécial : Le Liban 10 ans après la guerre), no 169, septembre 2000, p. 70-79 ; F. Kiwan, « Forces politiques nouvelles, systèmes politiques anciens », dans F. Kiwan, Le Liban aujourd’hui, Beyrouth & Paris, CERMOC ; CNRS éditions, 1994, p. 57-72.

[14] T. Azhari, F. Anderson et S. Houri, « Father dies after setting himself on fire over school payments », The Daily Star, 9 février 2019 (en ligne : https://www.dailystar.com.lb/News/Lebanon-News/2019/Feb-09/476267-father-dies-after-setting-himself-on-fire-over-school-payments.ashx# ; consulté le 17 février 2020) ; J. Babin, « La crise pousse 40 000 élèves à rejoindre l’école publique », Le Commerce du Levant, 31 janvier 2020 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/29600-la-crise-pousse-40-000-eleves-a-rejoindre-lecole-publique ; consulté le 2 février 2020)

[15] I. Rivoal, « Écritures suspendues, vies engagées. Traverser la guerre civile au Liban », Ethnologie française, vol. 44, no 3, 8 juillet 2014, p. 510. (en ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETHN_143_0503 ; consulté le 26 décembre 2019)

[16] É. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, septième édition, Paris, La Découverte, 2019.

[17] Le carnet de Caroline Muller regorge de bons conseils quant à l’usage de cette base de données bibliographiques. Dans : C. Muller, « Cinq ans d’usage de Zotero, un bilan », sur Acquis de conscience, 9 mars 2018 (en ligne : https://consciences.hypotheses.org/1184 ; consulté le 24 novembre 2019).

[18] F. Mermier et C. Varin (éd.), Mémoires de guerres au Liban : 1975-1990, Arles ; Paris, Actes Sud ; Sindbad, 2010

[19] M.-N. Abi Yaghi et M. Catusse, « Chapitre 10. Liban : le mouvement pour « la chute du système confessionnel » et ses limites », dans M. Camau et F. Vairel (éd.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2018, p. 250-273.

[20] J. Babin, « Retour sur l’énorme crise qui a secoué le Grand Lycée franco-libanais », Le Commerce du Levant, 31 mai 2018 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/28330-crise-de-confiance-au-grand-lycee-franco-libanais ; consulté le 1er juin 2018)

[21] J. Babin, « La crise pousse 40 000 élèves à rejoindre l’école publique », op. cit.

[22] Rédaction de l’OLJ, « La révolution, c’est à la fac que je l’ai apprise », L’Orient-Le Jour, 21 décembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1199502/la-revolution-cest-a-la-fac-que-je-lai-apprise.html ; consulté le 22 décembre 2019) ; A.-M. El-Hage, « On discute ferme, au cœur de Beyrouth, pour bâtir ensemble un État-nation », L’Orient-Le Jour, 29 octobre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1193023/on-discute-ferme-au-coeur-de-beyrouth-pour-batir-ensemble-un-etat-nation.html ; consulté le 29 octobre 2019).

[23] Ibid., p. 175.

[24] P. France, « Deux guerres lasses. “Champ faible“, formes de narration et temps long dans l’écriture des guerres civiles en Syrie et au Liban », Revue internationale de politique comparée, vol. 25, no 1, 2018, p. 147-187 (en ligne : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2018-1-page-147.htm ; consulté le 4 novembre 2019)

[25] Ibid., p. 172.

[26] Id.

[27] Ibid., p. 177.


Bibliographie

Sources scientifiques

  • De l’événement dans les sciences sociales

Bensa Alban et Éric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, no 38, 1er mars 2002, p. 5-20 (en ligne : http://journals.openedition.org/terrain/1888 ; consulté le 12 novembre 2018).

Catusse Myriam, Aude Signoles et François Siino, « Révolutions arabes : un événement pour les sciences sociales ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 138, 15 décembre 2015, p. 13-26 (en ligne : http://journals.openedition.org/remmm/9184 ; consulté le 26 décembre 2019).

Farge Arlette, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, no 38, 1er mars 2002, p. 67-78 (en ligne : http://journals.openedition.org/terrain/1929 ; consulté le 30 octobre 2019).

France Pierre, « Deux guerres lasses. “Champ faible“, formes de narration et temps long dans l’écriture des guerres civiles en Syrie et au Liban », Revue internationale de politique comparée, vol. 25, no 1, 2018, p. 147-187 (en ligne : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2018-1-page-147.htm ; consulté le 4 novembre 2019).

Neveu Érik, Sociologie des mouvements sociaux, septième édition, Paris, La Découverte, coll. « Repères », no 207, 2019.

Rivoal Isabelle, « Écritures suspendues, vies engagées. Traverser la guerre civile au Liban », Ethnologie française, vol. 44, no 3, 8 juillet 2014, p. 503-512 (en ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETHN_143_0503 ; consulté le 26 décembre 2019).

  • De « l’hypothèse laïque » au Liban

Abi Yaghi Marie-Noëlle et Myriam Catusse, « Chapitre 10. Liban : le mouvement pour « la chute du système confessionnel » et ses limites », dans Michel Camau et Frédéric Vairel (éd.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2018, p. 250-273.

Hamdan Kamal, « Le social dans la reconstruction du Liban », Monde arabe, Maghreb-Machrek (numéro spécial : Le Liban 10 ans après la guerre), no 169, septembre 2000, p. 70-79.

Kiwan Fadia, « Forces politiques nouvelles, systèmes politiques anciens », dans Fadia Kiwan, Le Liban aujourd’hui, Beyrouth & Paris, CERMOC ; CNRS éditions, coll. « CNRS histoire », 1994, p. 57-72.

Mermier Franck et Christophe Varin (éd.), Mémoires de guerres au Liban : 1975-1990, Arles ; Paris, Actes Sud ; Sindbad, coll. « La bibliothèque arabe. Hommes et sociétés », 2010.

Nahas Charbel, « L’économie libanaise et ses déséquilibres », Monde arabe, Maghreb-Machrek (numéro spécial : Le Liban 10 ans après la guerre), no 169, septembre 2000, p. 55-62.

  • À propos de Zotero

Muller Caroline, « Cinq ans d’usage de Zotero, un bilan », sur Acquis de conscience, 9 mars 2018 (en ligne : https://consciences.hypotheses.org/1184 ; consulté le 24 novembre 2019).

Sources médiatiques

Abou Rizk Tilda, Suzanne Baaklini, Philippe Hage Boutros et Antoine Ajoury, « Ces manifestations sont tout ce qui nous reste pour espérer un changement ! », L’Orient-Le Jour, 18 octobre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1191549/ces-manifestations-sont-tout-ce-qui-nous-reste-pour-esperer-un-changement-.html ; consulté le 18 octobre 2019).

Al-Attar Sahar, « Le Liban en crise : la fin d’une illusion », Le Commerce du Levant, 6 décembre 2019 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/29486-la-fin-dune-illusion ; consulté le 21 mars 2020).

Antonios Zeina, « Safadi fait l’unanimité contre lui dans la rue révoltée », L’Orient-Le Jour, 16 novembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1195205/safadi-fait-lunanimite-contre-lui-dans-la-rue-revoltee.html ; consulté le 16 novembre 2019).

Assaf Claude, « Hassane Diab, un « bûcheur » très « instruit » et « honnête », mais qu’en est-il de ses qualités politiques ? », L’Orient-Le Jour, 20 décembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1199307/hassane-diab-un-bucheur-tres-instruit-et-honnete-mais-quen-est-il-de-ses-qualites-politiques-.html ; consulté le 21 mars 2020).

Assaf Claude, « Melhem Khalaf, figure du soulèvement, prend d’assaut le barreau de Beyrouth », L’Orient-Le Jour, 18 novembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1195420/melhem-khalaf-figure-du-soulevement-prend-dassaut-le-barreau-de-beyrouth.html ; consulté le 19 novembre 2019).

Azhari Timour, Finbar Anderson et Sahar Houri, « Father dies after setting himself on fire over school payments », The Daily Star, 9 février 2019 (en ligne : https://www.dailystar.com.lb/News/Lebanon-News/2019/Feb-09/476267-father-dies-after-setting-himself-on-fire-over-school-payments.ashx# ; consulté le 17 février 2020).

Babin Justine, « La crise pousse 40 000 élèves à rejoindre l’école publique », Le Commerce du Levant, 31 janvier 2020 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/29600-la-crise-pousse-40-000-eleves-a-rejoindre-lecole-publique ; consulté le 2 février 2020).

Babin Justine, « Retour sur l’énorme crise qui a secoué le Grand Lycée franco-libanais », Le Commerce du Levant, 31 mai 2018 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/28330-crise-de-confiance-au-grand-lycee-franco-libanais ; consulté le 1er juin 2018).

Chehayeb Kareem, « Qui est Hassan Diab, l’homme chargé de sortir le Liban de la crise ? », Middle East Eye – Édition française, 23 décembre 2019 (en ligne : http://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/qui-est-hassan-diab-lhomme-charge-de-sortir-le-liban-de-la-crise ; consulté le 23 décembre 2019).

Dakroub Hussein, « Cabinet narrowly wins confidence amid clashes with protesters », The Daily Star, 11 février 2020 (en ligne : https://www.dailystar.com.lb/News/Lebanon-News/2020/Feb-11/500943-cabinet-narrowly-wins-confidence-amid-clashes-with-protesters.ashx ; consulté le 11 février 2020).

El-Hage Anne-Marie, « On discute ferme, au cœur de Beyrouth, pour bâtir ensemble un État-nation », L’Orient-Le Jour, 29 octobre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1193023/on-discute-ferme-au-coeur-de-beyrouth-pour-batir-ensemble-un-etat-nation.html ; consulté le 29 octobre 2019).

Lafond Saleh Jenny, « La démission de Saad Hariri n’éteint pas la colère des Libanais », La Croix, 30 octobre 2019 (en ligne : https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/demission-Saad-Hariri-neteint-pas-colere-Libanais-2019-10-29-1201057330 ; consulté le 31 octobre 2019).

M.R. et Nada Maucourant Attalah, « Haneen Sayed : “La moitié de la population pourrait basculer dans la pauvreté“ », Le Commerce du Levant, rubrique « none », 6 décembre 2019 (en ligne : https://www.lecommercedulevant.com/article/29485-haneen-sayed-la-moitie-de-la-population-pourrait-basculer-dans-la-pauvrete- ; consulté le 21 mars 2020).

Ouazzani Kenza, « Le Liban en défaut de paiement : et maintenant ? », L’Orient-Le Jour, 8 mars 2020 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1209443/le-liban-en-defaut-de-paiement-et-maintenant-.html ; consulté le 21 mars 2020).

Rédaction de l’OLJ, « La révolution, c’est à la fac que je l’ai apprise », L’Orient-Le Jour, 21 décembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1199502/la-revolution-cest-a-la-fac-que-je-lai-apprise.html ; consulté le 22 décembre 2019).

Rédaction de l’OLJ, « Le texte de loi d’amnistie, que le Parlement doit examiner mardi, suscite un tollé », L’Orient-Le Jour, 10 novembre 2019 (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1194550/le-texte-de-loi-damnistie-que-le-parlement-doit-examiner-mardi-suscite-un-tolle.html ; consulté le 10 novembre 2019).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.