De l’usage du « je » dans l’écriture scientifique

© Photo libre pour usage commercial – Pixabay Licence

« Je ». Voilà bien un pronom, une voix qu’il est difficile d’entendre dans l’écriture scientifique. Traditionnellement, la recherche, en tant que démonstration scientifique, s’écrit avec le « nous » ; comme si masquer l’individualité du chercheur permettait de donner un poids objectif à ce qui est écrit.

Pourtant, de plus en plus, le « je » émerge dans l’écriture scientifique. Il apparait au détour d’un livre, d’un billet sur un carnet de recherche, d’un article. Les chercheurs derrière les articles, les thèses, les livres se font jour et apparaissent en tant que personne, en tant que subjectivité qui charrie avec elle un univers de sens (dont on ne peut pas séparer la juste compréhension de la démonstration scientifique). C’est, du moins, l’hypothèse que j’ai formulée au cours de mon master 2, étant incapable d’écrire (sur) ma recherche en utilisant le « nous ».

Pardonnez-moi d’ailleurs ce billet un peu moins formel, réfléchi, un peu plus impulsif pour faire place à une question épistémologique, méthodologique centrale pour qui doit écrire la science : comment justifier l’usage du « je » ? Quels fondements scientifiques peuvent permettre, à nous étudiant.e.s et jeunes chercheur.euse.s, de prendre ce risque et de faire le choix du régime de la subjectivité jusque dans l’écriture ?

La principale difficulté ne réside pas, en effet, dans le fait d’écrire à la première personne un mémoire, une thèse, un article, mais dans la capacité à justifier ce choix et à le faire accepter par ses pairs.

Voici donc quelques-uns des arguments qui peuvent permettre de justifier ce choix d’écriture.

  • Donner une voix aux acteurs qui ont fait notre recherche

Alban Bensa dans un article magnifique, « Le dessous des mots », évoque ce choix comme le moyen de pénétrer une autre réalité sociale et d’en rendre compte dans son écriture :

« À partir du moment où l’expérience de terrain entre dans le champ de la recherche, tout le protocole narratif s’en trouve perturbé. Se défait alors l’ajustement préfabriqué, conventionnel et supposé “objectif“ entre les mots et les choses. Et une autre écriture s’impose pour rendre compte de ce qui survient entre observateurs et observés. »[1]

Faire le choix du « je » dans l’écriture revient donc à rompre avec l’idée que le savoir domine le chercheur. Il est résultat d’une co-construction entre le dévoilement de la réalité sociale et le rapport du chercheur à son sujet. Pour A. Bensa, « écrire, c’est sous-titrer ce qui est advenu, ce que nos hôtes et les événements qui nous ont liés ont tatoué en nous de significations en ce que nous avons été “affectés“»[2].

Utiliser cette première personne du singulier, en tant qu’apprentie ethnographe, c’est donner une voix aux actrices et acteurs qui ont fait mon enquête en plaçant ma voix à sa juste place. Je ne suis pas cette enquête, ils le sont à travers moi, mes tentatives d’analyse, mon apport scientifique. Ce sont leurs vies, leurs mots, leurs expériences qui constituent l’enquête, qui la rende possible. Me mettre en jeu dans l’écriture, dans le texte, c’est tenter de rappeler que les acteurs sont primordiaux puisque « les mots pour dire les relations productrices de savoirs se trouvent à l’interface de ce que je sais déjà et de ce qui m’apparait à travers les propos, les attitudes d’autrui. »[3].

  • Reformuler la neutralité axiologique ?

« J’ai tenté d’écrire une histoire où le “je“ serait la caution de la recherche la plus objective, et non pas son principe corrupteur. »[4]

Ces mots d’Ivan Jablonka traduisent aussi le refus du « neutralisme littéraire »[5]. En contrepoint, il affirme une nécessité d’admettre le caractère primordial de la subjectivité du chercheur dans la construction de l’objet de recherche. Utiliser la première personne du singulier revient pour moi à « donner une âme aux sciences sociales, et déboucher sur des expériences nouvelles au sein desquelles le moi pouvait jouer tout son rôle. »[6].

En cela, il s’agit de considérer le « je » comme une nouvelle approche scientifique, qui reconnaît au chercheur toute sa place dans le processus de construction des savoirs mais qui donne une réelle voix aux acteurs, qui ne sont plus seulement les outils d’une production de la science. Utiliser cette première personnel traduirait alors la capacité de chacun à « se rendre présent dans le texte »[7] en considérant la production de la science comme une relation entre un chercheur, son terrain, ses archives, ses acteurs. Comme le dit Nastassja Martin, « il y aura une seule et même histoire, polyphonique, celle que nous tissons ensemble, eux et moi, sur tout ce qui nous traverse et nous constitue »[8].

Cela contrevient, soit, à l’idée même de neutralité axiologique où le chercheur se doit de suspendre tout jugement pour considérer que l’écriture est le temps de la mise en relation de soi avec le terrain. Dans cette perspective, le jugement se doit d’être suspendu dans l’enquête, dans la recherche du sens. Lui faire une place dans l’écriture reviendrait alors à reconnaître la part d’humanité du chercheur, à considérer que la subjectivité n’est jamais complètement suspendue et que tout savoir est situé. N’est-ce pas, finalement, la meilleure garantie d’une réflexivité accrue du chercheur ?

Nastassja Martin et Caroline Muller comme Ivan Jablonka et Alban Bensa défendent cette approche, de même que Christophe Prochasson avant eux. Je fais le choix de laisser leurs mots s’entrechoquer, se mettre en relation, pour construire un univers de sens. Issu.e.s de disciplines différentes, ensemble, ils construisent la définition même de ce que devient la science lorsque l’individualité du chercheur transparait autant que la subjectivité des acteurs qui font l’enquête.

Permettrez moi d’adjoindre à ces lignes quelques autres citations, de clore ce billet sur d’autres voix. J’ai échoué à leur faire une place dans mon texte mais elles résonnent profondément avec ma conception de l’écriture scientifique. Elles ont donc leur place à la fin de ce billet.

  • « L’écriture de nos recherches s’adresse donc d’abord non pas à des lecteurs indéterminées, mais à des hommes et des femmes précis appartenant à l’espace social étudié. Quand j’écris, ces vivants et ces morts dialoguent avec moi ou bien lisent par-dessus mon épaule les phrases que je couche sur le papier. »[9]
  • « Dans la question « comment ça s’écrit ?“, le ça n’est pas seulement le cela que je montre mais aussi ce qui habite ma relation au monde sans que je le sache encore. L’acte d’écrire n’est pas la projection de ce que l’on croit avoir vu ou compris mais un travail par lequel la compréhension se fait jour en nous. Le temps de l’écriture se confond avec celui de la recherche. On ne sait jamais vraiment ce que l’on va écrire, ce qui va s’écrire en nous, simple conducteur d’une expérience de savoir qui nous dépasse. »[10]
  • « Il fallait tâcher d’interpréter les sensations comme les signes d’autant de lois et d’idées, en essayant de penser, c’est-à-dire de faire sortir de la pénombre ce que j’avais senti, de le convertir en un équivalent spirituel. »[11]

Je me dois de remercier Caroline Muller (du carnet Acquis de Conscience) pour toutes les lectures qu’elle a pu conseiller au fil du temps à ce propos sur Twitter. Elle m’a été d’une aide précieuse dans la rédaction de mon M2, puis une grande inspiration pour ce billet. Qu’elle en soit chaleureusement remerciée.


[1] A. Bensa, « Le dessous des mots », Sensibilités, no 2, 2016, p. 165.

[2] Ibid., p. 171.

[3] Ibid., p. 169.

[4] I. Jablonka, « L’historicité de l’historien ou la place des morts », Sociétés & Représentations, vol. 1, no 43, 11 mai 2017, p. 94. (en ligne : http://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2017-1-page-83.htm ; consulté le 5 février 2020)

[5] C. Prochasson, « Les jeux du « je » : aperçus sur la subjectivité de l’historien », Sociétés et Représentations, n° 13, no 1, 2002, p. 222 (en ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=SR_013_0207 ; consulté le 4 février 2019).

[6] Id.

[7] C. Muller, Au plus près des âmes et des corps : une histoire intime des catholiques au XIXe siècle, 1re édition, Paris, PUF, 2019, p. 22.

[8] N. Martin, Croire aux fauves, Paris, Verticales, 2019, p. 150.

[9]  A. Bensa, « Le dessous des mots », op. cit., p. 172.

[10] Ibid., p. 173.

[11] M. Proust, À la recherche du temps perdu., Paris, Gallimard, 2003, vol. 4/4, p. 450.


Bibliographie

  • Bensa Alban, « Le dessous des mots », Sensibilités, no 2, 2016, p. 164-175.
  • Jablonka Ivan, « L’historicité de l’historien ou la place des morts », Sociétés & Représentations, vol. 1, no 43, 11 mai 2017, p. 83-98 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2017-1-page-83.htm ; consulté le 5 février 2020).
  • Martin Nastassja, Croire aux fauves, Paris : Verticales, 2019.
  • Muller Caroline, Au plus près des âmes et des corps : une histoire intime des catholiques au XIXe siècle, Paris : Presses Universitaires de France, 2019.
  • Prochasson Christophe, « Les jeux du « je » : aperçus sur la subjectivité de l’historien », Sociétés et Représentations, n° 13, no 1, 2002, p. 207-226 (en ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=SR_013_0207 ; consulté le 4 février 2019).
  • Proust Marcel, À la recherche du temps perdu., Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », no 356, 2003, vol. 4/4.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jean Monamy dit :

    Puisque ce billet aborde, à partir de cette question de l’affirmation du « Je » du chercheur, le débat « subjectif/objectif », on pourrait ajouter aux lectures que propose la bibliographie, celle des « minima moralia » de Theodor W. Adorno, en particulier la fragment 43 « C’est celui qui le dit qui y est », qui inverse les critères convenus du « subjectif » et de « l’objectif » :  » Ce qu’ils [les gens raisonnables] appellent « objectifs » c’est le jour incontesté sous lequel apparaissent les choses, leur empreinte prise telle quelle et non remise en question, la façade des faits classifiés : en somme, ce qui est subjectif. Et ce qu’ils nomment « subjectif », c’est ce qui déjoue ces apparences, qui s’engage dans une expérience spécifique de la chose, qui la débarrasse des idées reçues la concernant et préfère la relation à l’objet lui-même au lieu de s’en tenir à l’avis de la majorité, de ceux qui ne regarde même pas et a fortiori ne pensent pas ledit objet : en somme l’objectif. » (page 94, petite Bibliothèque Payot, réédition 2003)

    • Akhesa Moummi dit :

      Merci infiniment pour ce commentaire très intéressant !
      Je ne connaissais pas du tout les travaux de Theodor W. Adorno (au-delà de quelques textes sur la sociologie de la consommation). Je trouve cette phrase passionnante et elle ouvre quantité de pistes de réflexion.
      Merci pour ce partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.