Passer du master au doctorat, un bilan (2)

La vérité sur les doctorants …

Faire un doctorat, ça veut dire quoi ? Mon vécu des 6 premiers mois

Pourtant, je ne suis pas subitement devenue une doctorante en entendant ces mots : « Vous avez obtenu le contrat, vous êtes classée seconde ». Ça a été le premier moment d’un passage du master au doctorat qui correspond, pour moi, au temps long de la préparation et du passage de l’audition pour le contrat doctoral (ici).

Mais devenir doctorante, c’est réussir à s’adapter à des injonctions contradictoires permanentes qui peuvent être parfois bien difficiles à gérer. 

C’est quoi, alors, débuter le doctorat ?

  • Chercher

Être en doctorat, c’est avant tout écrire une thèse. Ces premiers mois de thèse ont été, pour moi, des mois de lecture et de préparation du terrain. 

De lecture d’abord. Il fallait dépouiller la bibliographie, l’enrichir, combler les manques suite au mémoire. Mon terrain étant inaccessible au début de ma thèse, il m’a semblé opportun d’entamer ce travail dès le début, pour mieux me familiariser avec le champ de recherche dans lequel je m’inscris.

De préparation du terrain ensuite. Ma recherche repose (quasi-)entièrement sur une enquête ethnographique dans les murs de plusieurs établissements scolaires français au Liban. Il fallait donc sans trop tarder prendre contact avec des établissements et convaincre les directions du bien-fondé de mon travail. Évidemment, la pandémie a compliqué cette partie de mon travail, puisque je devrais me trouver au Liban pour rencontrer plusieurs directions d’établissements, à l’heure où j’écris ces lignes. 

  • Animer la vie scientifique

Pour un jeune doctorant, je crois que c’est cette partie du travail qui permet le plus de se fondre dans le statut et de réaliser ce que c’est réellement que d’être doctorant. On monte des ateliers, on prépare des JE, on rencontre d’autres chercheurs, on construit des hypothèses nouvelles en soumettant des propositions lors d’appels à communication …

Cette partie du travail a été un vrai repère pour moi. M’inscrire dans un collectif, pouvoir réfléchir ensemble et compter sur un groupe en cas de moments de doutes m’a énormément aidée dans la transition entre le master et le doctorat. Elle est là, je dirais même, la grande différence entre les deux : on fait les choses pour soi et sa recherche et non pas dans l’idée de recevoir une note. La perception des séminaires, des ateliers de recherche change alors profondément et participe à mieux se faire à ce nouveau rôle.

  • Publier et enseigner

Ce sont les deux dernières missions du doctorant et pourtant je ne pourrais pas en dire grand-chose. Malgré les injonctions répétées produites par l’institution, ni l’enseignement, ni la publication ne font pour le moment partie de mes missions. 

Mon contrat doctoral à l’EHESS ne comporte pas de charges d’enseignements (en raison de l’absence d’un cycle licence) -il est possible d’enseigner lors de la deuxième ou de la troisième année de doctorat en tant que doctorant chargé d’enseignement, cela dit- et sans données de terrain, je n’ai pas grand-chose à publier pour le moment.

Je voudrais donc rassurer tous ceux et celles que ces questions stressent. Moi, la première, j’ai souvent le sentiment d’être à la traîne, de ne pas aller assez vite. Mais bien faire les choses, c’est prendre le temps de les faire. Il sera temps d’écrire et d’enseigner après le terrain, avec plus d’expériences de la recherche, plus de maturité aussi.


In fine, ces premiers mois de thèse ont souvent été anxiogènes (les grèves, le confinement, la fatigue du quotidien qui trébuche, la thawra libanaise qui bouleverse très vite mon approche du terrain …) mais ils ont aussi représenté une forme de passage (presque initiatique) entre le master et le doctorat. Doucement, mon projet de thèse prend forme, des hypothèses se formalisent et le terrain se fait de plus en plus réel. Le financement est alors une chance incroyable pour mener ce projet à terme.

À ceux qui se préparent à aborder cette période stressante et anxiogène, je tiens à vous partager le meilleur conseil que l’on m’ait donné avant d’envisager de présenter le contrat doctoral : « Ne le faites que si vous êtes intimement convaincu.e que c’est ce que vous voulez ». Un doctorat ne se fait pas pour se prouver quelque chose (enfin, ça ne doit pas être votre motivation principale) mais parce que vous avez le sentiment que c’est ce que vous voulez faire et que vous pouvez arriver au bout de ce projet.


Cette série de billets doit énormément à Johanna Daniel, doctorante, spécialiste de l’histoire des vues d’optique (son carnet juste ici) et à Marie, doctorante, ancienne chargée de cours de la mention Études Politiques que je ne remercierai jamais assez pour leurs conseils avisés.


Le gif d’en-tête de ce billet est disponible au lien suivant : https://reasonandfaithinharmony.tumblr.com/post/175318513282/stream-hannah-gadsby-nanette-2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.