Passer du master au doctorat, un bilan (1)

La vérité sur les doctorants

Mon vécu du concours ou comment je suis entrée dans la famille des doctorants

N’est-ce pas complètement absurde d’écrire ce billet maintenant ? 

Au beau milieu d’un confinement, alors que l’événement suspend tant le quotidien que nos repères, alors aussi que les deadlines et autres joyeusetés ne pourront jamais tenir, est-ce que tout cela a encore un sens ?

Qu’écrire et que dire sur l’entrée en doctorat quand il est impossible de se projeter dans le temps, quand les limites temporelles se brouillent complètement, au point que l’on n’est jamais vraiment sûr du moment de la journée et de la semaine dans lequel nous nous situons ?

C’est précisément pour les raisons qui peuvent rendre ce billet complètement absurde que j’estime qu’il y a un sens à l’écrire maintenant. 

Pour le moment, et j’espère que cela ne durera pas, les concours doctoraux sont maintenus aux dates prévues. Entre juin et septembre, toutes les mentions de l’EHESS prévoient de mettre au concours un certain nombre de contrats. Or, je veux croire que le récit d’expérience peut aider à lever le voile sur ce qu’est réellement le doctorat et sur les attendus de l’audition en vue d’obtenir un contrat doctoral. 

Écrire maintenant sur quelque chose d’aussi incertain, c’est, in fine, tenter de circonscrire l’incertitude en partageant son expérience et en essayant d’être la plus sincère et précise possible dans les réponses qui seront apportées. Ce billet ne se veut pas exhaustif, il y a mille façons d’entrer dans et de vivre son doctorat. Je veux ici vous faire part de mon expérience et de ce qu’a été pour moi le début du doctorat. Ce billet m’est d’autant plus cher que j’ai mis longtemps à réaliser que j’avais bien obtenu ce contrat ; que j’allais pouvoir me consacrer à un sujet peu exploré jusque-là et qui me tenait énormément à cœur de mener dans de bonnes conditions.

L’entrée en doctorat a, d’abord, été le long chemin vers le concours du contrat doctoral de la mention Études Politiques de l’EHESS.

À l’EHESS, les concours doctoraux ont lieu entre juin et septembre en fonction des mentions — début septembre pour la mention Études Politiques — et l’ensemble des contrats débutent au 1er octobre. Pour l’année 2019-2020, il y avait trente-trois contrats (et un contrat doctoral fléché pour les personnes en situation de handicap) au concours, répartis entre les différentes mentions de l’école et qui garantissent un contrat de recherche pour trois ans. Dans le cas de la mention Études Politiques, trois lauréats (pour moins d’une dizaine de candidats) ont été désignés après la réunion du conseil de l’École Doctorale, en fonction des classements établis par les jurys de chaque mention. Les règles ne sont pas exactement les mêmes en fonction des mentions, mais pour la mention Études Politiques, le jury était composé de cinq membres du conseil pédagogique, qui ne peuvent pas être les directeurs de thèse de l’un des candidats. 

J’ai, donc, disposé de deux mois pleins entre ma soutenance de master 2 et le concours doctoral pour préparer mon projet de thèse. Je me suis, donc, progressivement muée en doctorante cet été 2019 en écrivant, reécrivant ce projet et en construisant une réflexion sur ce que j’attendais de la thèse. Bâtir ce projet a été, pour moi, un profond moment de réflexion sur ce que signifiait la recherche dans mon parcours, me permettant ainsi de me projeter dans l’avenir et d’envisager ce que serait le fait d’obtenir un contrat. 

Ne nous mentons pas, cet été 2019 a été terrible, l’écriture du projet de thèse dans la foulée de la rédaction du mémoire est éprouvante et si on ajoute à cela, la nécessité de travailler sur les deux mois d’été et la fatigue de la canicule, autant vous dire que ça n’a pas été l’été le plus fun de ma vie. 

Pourtant, je reste intimement convaincue que j’ai fait le choix qui été le plus propice à garantir la qualité de ma réflexion. En travaillant en parallèle de la rédaction du projet, je me suis interdit de trop douter de moi, tout en mettant un peu d’argent de côté en cas d’échec. Évidemment, ce choix a été fatiguant et j’ai eu la chance de travailler dans une équipe à qui je dois beaucoup, qui m’a soutenue et encouragée comme jamais et ça a aussi été déterminant dans ma capacité à tout mener de front. C’est sûrement le moment de dire aussi que sans mes parents pour me soutenir et pour m’encourager au quotidien, pour calmer mes angoisses, je n’aurais sûrement pas réussi à aller au bout de ce cheminement. 

Je retiens une chose : un concours ne se prépare jamais seul.e, ma réussite a reposé sur un ensemble de facteurs extérieurs qui ont rendu le quotidien assez facile à vivre. J’ai été (et je suis encore) particulièrement bien entourée et ça a été profondément déterminant dans ma réussite. 

Revenons à nos moutons. Il y a deux grandes phases à la préparation d’un concours pour l’obtention d’un contrat doctoral : 

  • La préparation du projet de thèse et du dossier de candidature
  • La préparation de l’audition (je ne parle que pour ce que je connais mais au sein de ma mention, il n’y a pas eu de « présélection ». Soumettre un dossier complet équivalait à pouvoir défendre son projet lors de l’audition.)
  • La préparation du projet de thèse et du dossier de candidature

Je crois que c’est la phase la plus lourde et la plus chronophage de la préparation de ce concours puisque tout compte. Chacune des pièces demandées constitue un élément supplémentaire sur lequel le jury peut fonder son jugement et il est donc important de toutes les soigner. Cette partie est d’autant plus essentielle qu’un concours de l’enseignement supérieur aujourd’hui repose sur une part de critères subjectifs que l’on ne maitrise pas c’est-à-dire qu’il impossible de dire ce qui fait la différence entre un dossier reçu et un dossier qu’il ne l’est pas. Il n’y a pas de grille magique à cocher qui effacerait la part subjective importante de ces concours ; raison pour laquelle il est, je crois, essentiel de tout soigner. 

La pièce centrale du dossier est, évidemment, le projet de thèse. Pour le concours 2019, le projet de thèse devait faire 30 000 signes et être accompagné d’une bibliographie. Il fallait, donc, produire une dizaine de pages qui présente de façon exhaustive son projet de recherche, sa problématique, son ambition et son déroulement pratique (choix de terrains ou d’archives, planning prévisionnel …). J’avais organisé mon projet à partir des sections suivants : présentation et définition du sujet, problématique & axes de recherche, protocole d’enquête, calendrier prévisionnel, bibliographie & sources (cette dernière partie ne comptant pas dans le décompte des signes).

Mon meilleur conseil serait de croire à ce que vous écrivez. Ce projet de thèse est le vôtre et vous devez pouvoir en défendre chaque ligne et chaque mot. Évidemment, les conseils de vos directeurs de thèse sont cruciaux notamment sur la formalisation exacte du projet et les attendus d’une formation qu’ils connaissent souvent bien mieux que vous, mais ce projet doit rester le vôtre.

Par ailleurs, il me semble essentiel de ne pas négliger la partie CV & lettre de motivation. Ces pièces, qui peuvent apparaître comme annexes par rapport au projet de recherche, sont, à mes yeux, le meilleur moyen de vous livrer et de vous défendre. Tenter d’obtenir un contrat doctoral, c’est prouver que l’on est la personne la plus apte à participer à la vie scientifique de l’université, à enseigner et à mener à terme sa recherche. C’est donc tout cela que l’on doit démontrer dans le CV et la lettre de motivation. 

C’est le moment d’exposer votre parcours, les éléments académiques et extra-académiques qui le compose (langues, engagements associatifs, participation(s) à différents projets scientifiques, emploi étudiant, …). Dans cette partie, j’ai insisté sur mes différents jobs d’été (j’ai eu la chance de travailler trois ans de suite comme vacataire administrative au ministère de la Justice, ce qui me permettait d’insister sur ma capacité à assumer des tâches administratives) et sur mes différentes participations aux activités du master (journée d’étude, carnet Hypothèse de la mention, …). Ces deux documents peuvent aussi se construire en écho aux éléments évoqués dans la lettre de recommandation écrite par votre directeur de thèse. 

Enfin, il ne faut pas négliger l’importance du dossier administratif et des moults signatures (direction du laboratoire, de la mention de rattachement …) à obtenir. Il ne faut donc pas hésiter à s’y prendre un peu à l’avance pour ne pas avoir à gérer cela à la toute fin août (ce qui a un peu tendance à aggraver l’anxiété, soyons honnêtes …). Je tiens ici à dire à quel point, à l’EHESS du moins, le personnel administratif est aux petits soins, même en plein cœur de l’été et ça facilite grandement cette quête des signatures. S’y prendre à l’avance, c’est aussi prendre en compte le fait que l’ensemble de vos interlocuteurs à l’université navigue au milieu des mêmes exigences que vous. Le mois de septembre est souvent très chargé, avec nombre de jurys et de réunions administratives. Évitez de leur demander une signature pour dans 24h, c’est le meilleur moyen de respecter leur charge de travail et leurs propres obligations.

  • La préparation de l’audition

Une fois cette partie écrite terminée, reste l’audition. Il me semble que c’est le moment le plus subjectif et étrange de la préparation. Je n’ai pas vraiment de souvenirs de cette période et je serais incapable de vous dire ce qu’est un bon texte d’audition.

Je vais tenter, néanmoins, de réunir les différents conseils qui m’ont le plus marqué autour des exigences de l’audition et des attendus implicites de cet exercice.

Une audition est là pour vous permettre de défendre votre projet de recherche et de soutenir votre candidature, en tant que personne. Une audition se compose donc de deux volets : la défense de votre projet et la défense de votre profil.

Pour la partie « projet », vous devez présenter vos ambitions de recherche d’une façon originale et synthétique (dans mon cas, j’avais 10 minutes pour présenter avant une session de questions avec le jury). Il s’agit bien de présenter les éléments saillants de votre projet de thèse, en les articulant autour d’un enjeu : la faisabilité. Le jury doit être convaincu que votre sujet est réalisable (en 3-4 ans). Il faut donc insister sur vos hypothèses de recherche, en lien avec les attentes de l’institution dans laquelle vous candidatez et sur les conditions pratiques de votre travail. Pour ma part, j’avais axé ma présentation sur l’importance que ma thèse pourrait prendre dans une compréhension plus large des ressorts de la citoyenneté libanaise et sur ma connaissance préalable du terrain du fait de mon expérience de master. Ce sont ces deux éléments qui ont constitué le ressort principal des questions lors des échanges avec le jury.

Ensuite, c’est votre personne que vous devez défendre. Il faut que le jury soit convaincu que vous êtes la bonne personne pour mener une thèse sur ce sujet à son terme. C’est donc le moment de lier les atouts de votre parcours aux principaux éléments de votre projet.

Le meilleur moyen de réussir son audition reste donc l’entraînement avec des pairs, des proches, des collègues, son directeur de thèse (s’il a un peu de temps …) afin de tester son texte et son approche avec plusieurs personnes qui vous aideront à améliorer votre présentation et mieux vous détacher du projet initial pour proposer un texte d’audition original.

Enfin, le meilleur conseil que l’on m’a donné vient d’une autre doctorante de la mention : « soyez convaincu.e.s que vous méritez votre place ». Je crois que l’on ne peut pas mieux dire. L’un des éléments clés pour réussir l’audition, c’est aussi d’être certain que l’on mérite d’obtenir le contrat. En somme, peut-être faut-il réussir à se départir du syndrome de l’imposteur et de la petite voix défaitiste dans sa tête, avant tout ?

  • Le jour de l’audition

Pour être honnête, cette journée est assez floue. Je me souviens de la veille où je me suis contrainte à ne pas réfléchir, en allant me promener dans les salles du musée Jacquemart-André. Je me souviens du jour de l’audition, des encouragements de mes proches, de la présence rassurante de la secrétaire de ma mention qui m’annonce que les résultats seront connus le soir même et non pas après réunion du conseil de l’école doctorale (j’avoue, mon stress a brutalement baissé à ce moment-là …), de ma meilleure amie qui me fait rire pour m’empêcher de complètement paniquer. 

Je me souviens du stress qui s’évapore en entrant dans la salle avec le sentiment d’avoir tout donné. Au fond, puisque je suis arrivée jusque-là, c’est le moment de se défendre. 

Je sors de l’audition exténuée mais avec le sentiment du travail accompli, j’ai réussi à accrocher le jury à mes propos, à défendre mes idées et mon cheminement. Pour le reste, on verra bien et au fond, j’aimerais que tout le monde ait ce fichu contrat. 

En substance, c’était mon état d’esprit à la fin de l’audition et je crois que c’est ce qui m’a rendu fière. Je savais que j’avais fait tout ce qui était en mon pouvoir, ce n’était plus de mon ressort maintenant. Ça a été, je crois, le premier moment qui a fait de moi une doctorante …

À suivre …


Cette série de billets doit énormément à Johanna Daniel, doctorante, spécialiste de l’histoire des vues d’optique (son carnet juste ici) et à Marie, doctorante, ancienne chargée de cours de la mention Études Politiques que je ne remercierai jamais assez pour leurs conseils avisés.


Le gif d’en-tête de ce billet est disponible au lien suivant : https://reasonandfaithinharmony.tumblr.com/post/175318513282/stream-hannah-gadsby-nanette-2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.