Construire une chronologie pour les besoins de sa thèse. Un retour sur l’usage de XMind.

Cette question de la chronologie et de son usage dans le cadre de mon travail de thèse m’interpelle depuis un moment. Je le dois à mes directeurs, qui lors de notre rendez-vous au début du mois de mars, ont évoqué la construction d’une chronologie de la présence scolaire française au Liban comme un de mes prochains objectifs.

Cette histoire de la présence missionnaire française au Liban a été bien balisée, notamment par les travaux de Chantal Verdeil et de Bernard Heyberger. Mais l’usage de la seule fiche de lecture comme outil de réflexion apparait comme insuffisant dans la mesure où elle ne permet pas d’avoir une vue d’ensemble. D’où la suggestion de mes directeurs de construire une chronologie, en parallèle de mes lectures.

En somme, il fallait avoir une vision plus large et complète de cette question scolaire par la médiation d’une chronologie.
L’outil devait me permettre aussi d’échapper à la tentation de faire l’histoire de la présence enseignante et scolaire française au Liban. Ici, il s’agit de maitriser le passé pour mieux expliquer le contemporain, connaître les ressorts de cette présence française pour mieux penser les défis actuels qui se posent aux établissements conventionnés par l’AEFE.

Très vite, une seule chronologie de la présence scolaire française au Liban m’a paru incomplète. Il ne s’agit pas, dans mon travail, d’interroger en propre les missions et leur présence ; mais bien de poser, par ce biais, la question de la réalisation d’une potentielle « hypothèse laïque » au Liban. Je me suis donc décidée à construire une chronologie croisée, qui envisage en parallèle la présence scolaire française et le défi laïque au Liban, défi laïque faisant ici référence à la dichotomie entre construction d’un idéal laïque et construction d’une réalité confessionnelle.

Cette courte entrée en matière avait pour objectif de vous situer le fondement de ce billet. Cependant, mon objet n’est pas tant de vous présenter l’intérêt de la chronologie mais plutôt un des outils qui peut vous permettre de construire une chronologie lisible : XMind.

Comme tout un chacun, j’ai commencé à construire ma chronologie à partir des outils que je maitrisais, en l’espèce Word. Avouons-le de suite, très vite, l’outil est devenu inutilisable. Les données se chevauchent, il est difficile de garder une clarté et une vue d’ensemble, à mesure que les lectures, les dates, les analyses se cumulent et se chevauchent.

Je me suis donc mise en quête d’un outil plus adapté à mes besoins et après un détour par La Boite à Outils des historien-ne-s (et notamment ce billet de Franziska Heimburger) et par Twitter (merci @Raja_skank grâce à qui j’ai découvert ce logiciel), je me suis tournée vers XMind.

XMind, c’est quoi ?

XMind, c’est un outil de production de cartes mentales qui permet notamment de mettre sous forme de schémas des données textuelles. Ce logiciel est donc fort utile pour rendre une chronologie visuelle.

La plupart des fonctionnalités sont accessibles gratuitement. Cependant, pour un usage académique, notamment si vous souhaitez exporter votre carte mentale/chronologie en PDF ou en JPEG, vous devez disposer de la version payante (mais il existe une réduction pour les étudiants et les personnels académiques).
Vous trouverez plus d’informations sur les différences entre version gratuite et version payante juste ici.

Pourquoi faire le choix de Xmind ? Mes besoins pour cette chronologie

Après ces quelques éléments pratiques, abordons le cœur de mon propos : pourquoi utiliser cet outil pour réaliser une chronologie ?

Mes besoins et critères étaient assez précis du fait des écueils et difficultés que j’ai rencontrés dans Word :

  1. N’étant pas historienne, la chronologie se devait de remplir une fonction heuristique, en me permettant de construire des liens entre les différentes formes de matérialisation d’une hypothèse laïque au Liban, par exemple.
  2. Elle doit me permettre d’avoir une vision d’ensemble assez rapide et claire des différents événements, sur une période relativement longue.
  3. Il s’agit aussi de croiser les données de deux pans différents de mon sujet : une histoire éducative et une histoire politique & des idées au Proche-Orient et au Liban.
  4. Il fallait aussi que ma représentation visuelle puisse faire la part belle au texte, en permettant des ajouts de texte, voire même des liens vers d’autres documents.
  5. Je tenais à avoir, enfin, une vision directe sur l’ensemble des ressources mobilisées pour construire cette chronologie (sources, bibliographie, …).

Or, précisément, toute la richesse d’XMind est d’être extrêmement modulable et de permettre ainsi une adaptation aux besoins de chacun.e, sans que vous ayez à faire un gros travail de mise en page.


Pour construire ma chronologie, il ne m’a fallu que quelques minutes pour trouver un modèle adaptée à mes besoins, ce qui me permettait de me concentrer sur l’organisation des données et sur les liens logiques.

Tour d’horizon des fonctionnalités proposées

Le premier des intérêts de cet outil est sa modularité. On a un très large choix de modèles, qui eux-mêmes proposent différentes structures.
J’ai choisi d’adapter la structure, en optant pour une frise verticale qui permet de mettre des blocs et du texte de chaque côté.

Par ailleurs, les cartes mentales reposent sur un triple-système :
Des menus principaux, qui me permettent d’afficher directement les sections problématisées qui m’occupent.
Des sous-menus dans lesquels j’inscris l’ensemble des événements qui retiennent mon attention.
Des menus flottants qui me permettent de construire une hiérarchie de l’information propre à ma réflexion. Ces menus flottants peuvent être reliés à la structure générale de la chronologie grâce à de précieuses flèches de relation, outil central dans le développement de la fonction heuristique de cette chronologie.

Ces menus flottants sont d’ailleurs très utiles car on peut en faire ce que l’on veut.
Je les ai notamment utilisés pour construire une bibliographie à l’intérieur de ma chronologie. Pour ça, j’ai créé une légende sur le côté du document, définit une couleur de bloc et ajouté un bloc « bibliographie » partout où c’était nécessaire. Cela permet de hiérarchiser précisément l’information, tout en gardant une démarche très visuelle.
L’outil se révèle d’autant plus intéressant que l’on peut ajouter des « pièces jointes » à partir des différents fichiers enregistrés sur le disque dur de l’ordinateur. Par exemple, cela permet de lier un événement « loi » au texte définitif de la loi. Si ces sources font parties de vos outils de travail, cela se révèle très utile.

XMind propose, en plus, deux fonctions très pratiques dans le développement d’une chronologie raisonnée, qui contient un grand nombre de liens logiques : les menus « résumé » et « limite« , qui permettent de grouper différents événements ensemble et qui les rendent nettement plus distinguables dans l’ensemble de la chronologie.

Une dernière fonction essentielle de cet outil : le menu « notes ». C’est grâce à lui que l’on peut éviter l’écueil de Word où le texte envahit complètement la hiérarchisation des informations. Ici, le texte prend la forme d’un ajout à la construction visuelle via une icône, mais il faut cliquer dessus pour avoir accès aux informations. Ça permet d’ajouter du texte tout en passant ces informations au second plan, par rapport à l’organisation des idées.


Évidemment, ce tour d’horizon repose sur ma courte pratique de l’outil, vieille de seulement de quelques jours. Il me semble, néanmoins, que je ne suis pas la seule à m’être heurtée aux limites du traitement de texte pour construire une chronologie et j’espère que ces quelques indications pourront vous être utiles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.