« Donner une voix »

Le billet inaugural de cette section aurait dû être écrit sur les tables du café Em Nazih, à l’ombre de la rue Gouraud avec une vue plongeante sur la mer (et le port de Beyrouth) au milieu des arbres en fleurs, sorte de havre de paix dans l’agitation beyrouthine que j’aime tant.

Puis, du fait d’un virus qui remet en cause tous nos équilibres, nous sommes confiné-e-s depuis 50 jours, sans perspective proche de pouvoir retourner s’asseoir aux tables de ce café.

Dès lors, je me dis que même si le terrain s’éloigne, même si la peur de ne pas pouvoir retourner au Liban avant plusieurs mois est très présente, il est temps d’inaugurer cette section. Le temps est venu de partager avec vous mon amour sensible de ce pays. Cette catégorie de billets se veut plus personnelle, plus imagée aussi.

Pour cela, je choisis de faire la part belle à un nouveau format, entre images et textes ; entre place sensible de l’individu dans mon parcours de chercheuse et ressenti photographique d’un monde qui se dérobe. Mon terrain de recherche, les établissements scolaires, n’est pas propice aux images. En revanche, le Liban est un pays propice aux photos ; d’où le choix d’entrecouper mes réflexions de photos prises au cours de mes différents séjours dans ce pays.

Comme si, au fond, mes voyages passés au Liban ancraient dans le réel un terrain qui me semble inaccessible pour le moment. D’où le besoin d’en parler et de l’écrire pour conjurer la peur.


Pour ce premier billet, j’aimerais vous parler d’une question toute personnelle et qui me parait essentielle dans l’interrogation du rapport à la réflexivité : pourquoi faire de l’ethnographie la méthode principale de mon travail d’enquête ?

Vous vous demandez sûrement quel peut bien être le lien entre cette volonté de partager de façon plus sensible et personnelle ce que je connais du Liban et ce questionnement réflexif sur la place de l’ethnographie dans mon parcours de recherche. Précisément, c’est mon premier terrain de recherche à Beyrouth en septembre-octobre 2018 qui m’a initié aux apports du travail ethnographique.

Avouons-le d’emblée, je n’ai jamais été ethnographe (même si je compte bien le devenir au cours de ma thèse) et pourtant, seule l’ethnographie semble réussir à me procurer un cadre de recherche suffisamment attentif au sensible, à l’Autre pour que je me sente à l’aise.

Je m’explique. La recherche en sciences sociales apparait comme un objet profondément humain. Il me semble que la rigueur scientifique, le respect des règles de production du savoir dans l’analyse des espaces sociaux ne prend sens que précisément parce que ces espaces sont considérés comme des espaces humains, où l’interaction fonde le social. En affirmant cela, je n’inscris dans aucun courant de recherche propre, j’explicite seulement le rapport au monde qui anime mon travail. Chercher, devenir chercheuse en études politiques a, d’abord, consisté à donner un sens à l’échange, à reconstruire une fidélité aux propos de ceux qui en premier m’avaient accordé leur confiance.

Or, précisément, parce qu’elle permet la construction d’un fragile équilibre entre observations des pratiques et situations et biographisation des vécus et pratiques par l’entretien et le récit de vie, l’ethnographie permet de donner tant une voix aux acteurs qu’à l’analyse sociologique. C’est, en tout cas, dans cette perspective qu’est défendue l’ethnographie scolaire tant par Peter Woods1 que par Jean-Paul Payet2.

Se faire ethnographe, c’est tenter de mettre des mots sur « le monde vécu des acteurs »3 comme espace en perpétuelle construction. In fine, j’ai retrouvé dans l’ethnographie le postulat méthodologique qui avait été le mien pendant mon master, où l’observation n’était pourtant pas une de mes méthodes d’enquête.

« Pour remettre les subjectivités au cœur de mon travail, il s’agissait de saisir dans la parole des personnes interrogées ce qui en faisaient des acteurs de la réalité vécue au sein du Grand Lycée. Leur contexte de vies, leurs parcours prennent donc une place centrale, pour situer chaque propos au plus près de leurs évolutions sensibles. Fenêtre sur la réalité du Grand Lycée, chaque entretien dévoile une partie du vécu dans cet établissement tout autant qu’il situe chaque personne dans l’espace social du GLFL. »

Extrait de la note d’intention du tome d’annexe de mon mémoire de master 2, soutenu en Juin 2019 au sein de la mention Études Politiques de l’EHESS.

Tout au long du processus d’écriture, et encore plus dans ce tome d’annexes qui présentait l’ensemble de mes entretiens et questionnaires qualitatifs, j’ai cherché à redonner leur place, à rendre justice à l’ensemble des acteurs du Grand Lycée Franco-Libanais qui m’ont confié leurs paroles. Ils m’ont offert des pans entiers de leurs existences, ils ont partagé leurs doutes, leurs espoirs sur un sujet pourtant si conflictuel, ou du moins, complexe : la laïcité. Pour moi, il était essentiel de réussir à traduire cet immense sentiment de confiance. De réussir à produire du sens scientifique, sans jamais perdre de vue les acteurs, leurs mots.

Ce souci du respect des acteurs, de la description fine de ce qu’ils sont et de ce qu’ils laissent voir au chercheur se retrouve, intrinsèquement, dans l’ethnographie.

« La conséquence est que l’ethnographe est souvent un artisan solitaire qui ne peut rivaliser sur le plan de l’ampleur de son enquête avec une équipe de sciences humaines ou sociales organisée sur le mode hiérarchique. Et encore moins sur le plan du volume de sa production, car il retrouve ici tous les désavantages d’une écriture littéraire. Il lui faut choisir les mots […] Il lui faut décrire en élaborant un point de vue et interpréter en affrontant constamment les exigences de clarté et de rigueur sans avoir recours au langage mathématique, en louvoyant constamment entre les risques de malentendus et de généralisation. »

Cette définition aussi belle qu’exigeante de ce que peut être l’ethnographie pour le chercheur nous est proposée par JP Payet4

Ainsi, l’ethnographie donne donc un rôle central à l’empathie. Elle permet de faire la part belle tant aux acteurs qu’au chercheur. En cela, il me semble qu’elle fait de la science un objet de compréhension du monde qui ne se détache pas de l’humain. Elle tente de le décrire, de le saisir, de l’écrire le plus finement possible ; sans jamais se départir d’une exigence scientifique de compréhension du monde social.

« La question-clef en ethnographie, c’est de maintenir l’équilibre entre intégration et empathie sur le terrain d’une part ; et la distanciation et la réflexion sur le matériel produit, d’autre part. »

Peter Woods5

Ainsi, le choix de l’ethnographie est un choix de posture par rapport au terrain de recherche. La posture ethnographique cherche à écrire le subjectif, à dire le sensible, et à traduire l’interaction. Elle donne une voix aux acteurs qui font l’enquête, qui font le lieu observé tout autant qu’au chercheur qui donne un sens à ce qu’il observe.

  1. P. Woods, L’Ethnographie de l’école, P. Berthier et L. Legrand (trad.), Paris : Armand Colin, 1990 []
  2. J.-P. Payet (éd.), Ethnographie de l’école : les coulisses des institutions scolaires et socio-éducatives, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2016 []
  3. J.-P. Payet, « Observer les mondes scolaires disqualifiés », dans J.-P. Payet (éd.), Ethnographie de l’école : les coulisses des institutions scolaires et socio-éducatives, op. cit., p. 66 []
  4. J.-P. Payet, « Postface : La singularité ethnographique », dans J.-P. Payet (éd.), Ethnographie de l’école : les coulisses des institutions scolaires et socio-éducatives, op. cit., p. 211. []
  5. P. Woods, L’Ethnographie de l’école, op. cit., p. 133 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.