« Une entreprise libérale de colonisation ». Autour du mandat français en Syrie et au Liban.

« Vous parlez d’un établissement français au Liban, ancien mandat français sans jamais pourtant évoquer le terme “colonisation“. Il me semble que c’est problématique, non ? »

Combien de fois ai-je entendu cette remarque lors de mon travail de master. Je m’obstinais, en effet, à ne pas parler de colonisation concernant le Liban ; à refuser de penser la place scolaire de la France au Liban en termes d’héritage colonial tant le mandat ne semblait pas représenter une coupure dans la place culturelle, scolaire de la France dans les ex-provinces arabes de l’Empire Ottoman et notamment au Liban.

C’est précisément de ce constat dont j’aimerais discuter aujourd’hui.
Comment peut-on définir le mandat ? Comment s’imbrique-t-il dans le système mandataire français ? Quel a été le vécu mandataire pour les populations concernées ? Peut-on tenter de traduire de façon sensible ce terme, au prisme des existences individuelles et des décisions collectives ? Quels sont les héritages du mandat dans le Liban contemporain ? Le mandat explique-t-il la présence scolaire française au Liban ?

Précisons d’emblée que le sujet de la colonisation me met mal à l’aise. Part d’héritage familial, conflit d’allégeances, sentiment de ne jamais « bien » dire la part réelle de la colonisation dans le projet mandataire français, je ne suis jamais à l’aise quand il s’agit d’aborder ce sujet. Je vais pourtant tenter ici de vous proposer une grille de lecture de ce qu’a été, au croisement du travail de plusieurs chercheur-euse-s, le mandat français en Syrie et au Liban.

Le Liban, un espace membre de l’empire colonial français et une traduction de l’impérialisme

Envisager la construction du mandat français au Liban et en Syrie, c’est tenter de retracer la longue histoire des relations franco-ottomanes, leurs ramifications. C’est aussi mettre en exergue les conséquences de ces relations privilégiées entre France et Empire Ottoman à l’effondrement de ce dernier en 1918 à la fin de la Première Guerre mondiale.

Définir le mandat pour mieux comprendre son histoire

C’est Henry Laurens, dans l’ouvrage séminal de définition de l’entreprise mandataire française en Syrie et au Liban dirigé par Nadine Méouchy, qui nous propose une définition qui a retenu mon attention : le mandat est « une entreprise libérale de colonisation »2, qui repose sur l’établissement d’une tutelle internationale, sous contrôle de la Société des Nations (SDN), sur les territoires arabes de l’Empire Ottoman.
Cette définition m’intéresse à deux égards : elle pense le mandat comme une partie du système colonial et impérialiste français dans l’entre-deux-guerre ; tout en nuançant d’emblée sa place dans le projet impérialiste qui anime l’empire colonial français. Cette définition traduit donc cette place à part qu’a occupé le mandat dans le projet impérial français.

Il s’agissait, en Syrie et au Liban, de réaliser la quadrature du cercle : dominer tout en amenant sur le chemin de l’indépendance. Cette expérience mandataire se fait alors révélatrice de toutes les failles, de toutes les ambivalences du projet colonial français. Elle dévoile tous les impensés de ce projet, tout autant que les tensions qui animent le pouvoir politique français alors que son empire est remis en cause de toute part.

Le mandat comme aboutissement d’un processus historique d’impérialisme

L’impérialisme correspond à « la reconnaissance de l’importance des facteurs commerciaux et financiers dans les relations internationales et dans les phénomènes de domination politique et militaire »3. Or, c’est précisément sur ce terrain de l’impérialisme économique que s’exprime la présence française dans les provinces arabes de l’Empire Ottoman.

Il y a, de la part de la France, « une longue tradition d’ingérence politique et économique dans l’Empire Ottoman, développée à l’abri des capitulations et renforcée par la poussée impérialiste de la fin du XIXe siècle. »4. Cette tradition légitime l’accentuation de la présence française dans les provinces arabes de l’Empire Ottoman, dans le Bilad al-Sam, dès le courant du XIXe siècle, ces capitulations étant « un acte unilatéral, concédé par le souverain d’un Empire au faîte de sa puissance à une nation alliée dont les ressortissants bénéficient alors d’un certain nombre de privilèges »5.

Cette tradition impérialiste ne se limite, cependant, pas à une présence économique ; elle est aussi culturelle, religieuse et éducative. L’ingérence économique s’imbrique, en effet, à d’autres formes d’ingérences, qui participent à légitimer la présence française dans le Bilad al-Sam. La présence missionnaire française au Proche-Orient, en constante accentuation depuis le courant du XIXe siècle, participe ainsi au façonnement de « faisceaux communautaires »6.

En effet, le renouveau de l’expérience missionnaire catholique, celle-ci trouvant sa source dans les Croisades (XIe – XIIIe siècle), se donne comme objectif de permettre la fondation de communautés catholiques orientales, rattachées au Saint-Siège mais revendiquant une certaine spécificité (bien plus que de participer à la conversion massive de musulmans au catholicisme). Ce choix d’un apostolat missionnaire tourné vers les communautés chrétiennes s’explique tant par le sentiment que les musulmans sont un « bloc inattaquable »7 que par l’entrelacement entre fonctions civiles et fonctions religieuses des dirigeants ottomans, toute tentative de remise en cause de la prégnance musulmane de l’Empire pouvant alors conduire à l’interdiction de la présence missionnaire dans son ensemble.

Or, la pratique missionnaire se dote de deux outils centraux, qui participent à renforcer la confessionnalisation de l’espace ottoman8 : les établissements scolaires et les dispensaires médicaux. Ces deux espaces sont alors considérés comme les ressorts de la pénétration des communautés chrétiennes, moyen de les conduire à rallier le Saint-Siège. Ces « deux piliers de l’apostolat missionnaire »9 permettent de légitimer la présence de religieux missionnaires français dans les communautés, tout en permettant une imprégnation religieuse et culturelle, qui tend à renforcer et à légitimer les ingérences économiques.

Ces deux traditions impérialistes, économiques et culturelles, participent à paver la voie à l’expérience mandataire, qui trouve dès lors une relative légitimité en s’inscrivant dans une « mission sacrée de civilisation »10.

Le mandat comme l’une des conjugaisons du colonialisme français.

Cette « mission sacrée de civilisation »11 dont le mandat serait la traduction pratique et légale s’installe pourtant sous la contrainte militaire.

La formule mandat relève d’abord de deux accords diplomatiques qui font de la France et de la Grande-Bretagne les grands horlogers du Bilad al-Sam. Les accords Siykes-Picot, en premier lieu, qui en 1916, fondent la promesse de créer un foyer juif en Palestine. Les accords de San Remo, ensuite, en 1920, qui découpent le Proche-Orient à l’image des intérêts et des présences franco-britanniques : la France contrôle alors le territoire de la province syrienne, là où les territoires palestiniens et irakiens échoient à la Grande-Bretagne.

C’est dans ces deux accords que se niche le péché originel du mandat français en Syrie et au Liban : se reposer sur un ordre diplomatique imposé plutôt que sur des attentes populaires. Or, ce péché s’accentue à l’été 1920 lors de la bataille de Meysalloun : cette bataille sonne le glas du rêve arabiste du Roi Faysal bouté hors de Damas et impose par la force militaire la présence française sur la province syrienne, dans la droite ligne de ce qui avait été décidé à San Remo. Quelques semaines plus tard, en septembre 1920, le général Gouraud, alors Haut-Commissaire français au Liban et en Syrie proclame l’indépendance du Grand Liban (par rapport à la province syrienne).

C’est pour acter cette domination, imposée militairement, que la Charte du Mandat est signée à Londres le 24 juillet 192212. On retrouve bien donc dans l’imposition d’un mandat français sur le Liban et la Syrie les ressorts de l’expérience coloniale française : imposition militaire, domination diplomatique, impérialisme économique et culturel.

Pourtant, et c’est bien là que se déploie toute l’ambivalence du mandat français sur la Syrie et le Liban, la plongée dans sa construction administrative, politique et sociale ne me semble pas permettre de faire du Liban une pure colonie française, à l’image de la Côte d’Ivoire, du Sénégal ou de l’Algérie.

L’ambivalence mandataire

Une ambivalence dans le texte …

« Le Mandataire élaborera, dans un délai de trois ans à dater de l’entrée en application du présent mandant, un statut organique pour la Syrie et le Liban.
Ce statut organique sera préparé d’accord avec les autorités indigènes et tiendra compte des droits, intérêts et vœux de toutes les populations habitant les dits territoires. Il édictera les mesures propres à faciliter le développement progressif de la Syrie et du Liban comme États indépendants. En attendant la mise en vigueur du statut organique, l’administration de la Syrie et du Liban sera conduite en accord avec l’esprit du présent mandat.
Le Mandataire favorisera les autonomies locales dans toutes la mesure où les circonstances s’y prêteront.
« 

Article 1er de la Charte du Mandat au Liban et en Syrie13

Cet article premier de la Charte du Mandat est central, tant il révèle à lui seul les ambivalences du mandat. En pensant « des États indépendants » qui se doivent pourtant de rester, tant que leur développement l’exige, sous le contrôle d’un État extérieur, cet article témoigne de l’écartèlement inhérent au projet mandataire. Celui-ci s’enracine dans l’alliance entre attentes wilsoniennes des États-Unis qui, à la fin de la Première Guerre mondiale, réaffirment le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et traditions impérialistes et coloniales défendues par la France et la Grande-Bretagne.

… qui se traduit dans l’exercice de l’autorité mandataire au Liban et en Syrie.

Ainsi, cette ambivalence dans le texte entre défense d’un idéal d’indépendance et domination militaire se traduit dans l’exercice de l’autorité mandataire, exercice qui repose sur la tension permanente entre autorités civiles et autorités militaires.

Les premiers temps du mandat (entre 1920 et 1926) se traduisent par un monopole du pouvoir politique et militaire dans les mains du Haut-Commissaire pour le Liban et la Syrie qui concentre « l’ensemble des pouvoirs administratifs et militaires »14, ce qui est permis par le recrutement du Haut-Commissaire dans les personnels de l’Armée.
Néanmoins, et c’est là que se perçoit, dès 1920, la tension entre pouvoir civil et pouvoir militaire, il est entouré d’un cabinet politique composé de la Direction des Renseignements et d’un ensemble de services civils administratifs.

Cette administration à deux têtes réunit sous le contrôle du Haut-Commissaire symbolise la tension entre les deux objectifs du mandat. Alors que les autorités militaires tendent à étendre le contrôle de la France sur l’ensemble du territoire syro-libanais et cherchent à mettre au pas toute tentative de révolte nationaliste, les autorités civiles, tout en s’inscrivant dans le projet colonial, cherchent à réaliser l’objectif de développement des territoires syriens et libanais. Cette inscription dans le projet colonial se traduit par une captation des richesses produites par la bourgeoisie libano-syrienne, qui est pourtant la plus encline à défendre le système mandataire puisque liée aux intérêts de ce dernier15.

L’année 1926 marque, néanmoins, une semi-rupture dans l’organisation mandataire en imposant la clarification des rapports entre autorités militaires et autorités civiles du mandat. En effet, la révolte du djebel druze, en territoire syrien s’étend peu à peu à toute la Syrie. Elle apparait comme un signal pour les autorités mandataires, contraintes de mettre au point « de nouvelles formules mandataires, plus en rapport avec les aspirations nationales qui s’expriment de plus en plus nettement, aussi bien dans la classe politique que parmi les populations locales »16.
Cette prise de conscience se traduit par la nomination d’un Haut-Commissaire civil, chargé d’amener les États mandataires sur le chemin de l’autonomie par la mise en œuvre d’un véritable processus constitutionnel. Dans le cas libanais, une Constitution est adoptée le 23 mai 1926 -c’est là que l’État du Grand Liban devient État Libanais-, mais les pouvoirs mandataires sont garantis par l’article 102 : « La présente Constitution est placée sous la sauvegarde de la République Française, en sa qualité de mandataire de la Société des Nations. Toutes les dispositions législatives contraires à la présente Constitution sont abrogées. »17. Or, ce choix de « civiliser » le mandat, à rebours des attentes du volet militaire conduit à une fronde interne : les autorités militaires mandataires vont tenter de déstabiliser le Haut-Commissariat par l’usage de la menace insurrectionnelle, tant elles considèrent qu’un Haut-Commissaire civil met en péril les intérêts mandataires français.

L’un des grands moments de révélation de l’ambivalence mandataire a lieu les 2 et 3 décembre 1932, lors de la présentation devant la SDN, de l’avancée des mandats français et britanniques sur les territoires de l’ex-Empire Ottoman. Les autorités mandataires sont alors contraintes d’admettre leur échec.
En Syrie, elles sont incapables de renoncer à leurs ambitions coloniales pour amener les nationalistes syriens sur le chemin de l’indépendance18.
Au Liban, elles continuent de s’ingérer massivement dans le fonctionnement politique de l’État malgré l’adoption bilatérale de la Constitution, par crainte d’une domination démographique des musulmans, qui conduirait à choisir un Président de la République musulman et non chrétien, comme le souhaite les autorités mandataires -notamment du fait des liens importants entre bourgeoisie maronite et autorités mandataires- 19.

On le voit bien ici, alors que le mandat porte en lui l’idéal d’indépendance et de développement, les autorités mandataires ne réussissent pas à se départir de leurs traditions coloniales pour amener pacifiquement et « sereinement » ces États vers l’indépendance. Le rapport des autorités mandataires françaises avec les nationalistes syriens est symbolique de cette tension, tant les différents Haut-Commissaires qui se sont succédés ont tenté d’imposer unilatéralement des décisions impérialistes et colonialistes, niant la volonté des peuples. De son début à son terme, en 1943 -au Liban comme en Syrie-, l’expérience mandataire française sera en constante tension avec son péché originel : la bataille de Meysalloun. Alors qu’elle aurait dû signifier la fin d’un mouvement nationaliste avec le départ du Roi Fayçal de Damas, elle est, in fine, le symbole de la négation par la France des mouvements de fond qui animaient la société syrienne -et dans une moindre mesure, libanaise-. C’est cette négation qui portait en germe l’échec de l’expérience mandataire française en Syrie et au Liban.

Ce constat ne fait pas, pour autant, du Liban et de la Syrie des colonies françaises21. Le mandat est un régime juridique atypique, qui tente de réunir l’irréconciliable, l’indépendance et l’impérialisme.
Bien sûr, le texte de la Charte du mandat est largement mis à l’épreuve des faits, qui dévoilent la violence et la brutalité d’une expérience mandataire qui a toujours refusé de voir la prégnance de l’idée nationaliste en territoires levantins.
Pourtant, on peut aussi voir dans les ambivalences de l’expérience mandataire, dans les accommodements politiques de la bourgeoisie libanaise, dans la résistance du nationalisme syrien aux impositions françaises, le symbole d’une « dépendance » impossible et rejetée par les peuples.
Au-delà, la longue histoire de l’impérialisme français en territoire ottoman et post-ottoman et l’absence de colonie de peuplement en dépit de la prédation économique et de la domination militaire conduisent à nuancer la qualification du Liban et de la Syrie comme des « colonies ».
L’expérience mandataire fait, dès lors, partie de la palette d’expériences coloniales et impérialistes, imposées par la France à d’autres espaces géographiques au cours du XVIIIe, XIXe et XXe siècle, où l’emploi du terme « colonie » me semble poser plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Comme si, in fine, le mandat était le symbole d’un empire colonial décadent, à rebours du droit des peuples à réellement disposer d’eux-mêmes.


  1. Agence Meurisse, Gare de Lyon : arrivée du Général Gouraud de retour de Syrie, 1920, Image de presse, Photographie, 13*18cm. Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et photographie. []
  2. H. Laurens, « Conclusion – Le mandat français sur la Syrie et le Liban », dans N. Méouchy (éd.), France, Syrie et Liban (1918-1946) : Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, Damas : Presses de l’IFPO & Institut Français d’Études Arabes, 2002, p. 310. []
  3. J. Thobie et F. Hincker, « Impérialisme : le mot et la chose devant l’histoire », Actuel Marx, vol. 2, no 15, 1995, p. 105. []
  4. J.-D. Mizrahi, « Introduction – La France et sa politique de mandat en Syrie et au Liban (1920-1939) », dans N. Méouchy (éd.), France, Syrie et Liban (1918-1946) : Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, Damas : Presses de l’IFPO & Institut Français d’Études Arabes, 2002, p. 24. []
  5. Ibid, p. 24. []
  6. Id. []
  7. C. Verdeil, « Introduction – Missions chrétiennes en terres d’Islam (XVIIe – XIXe siècle) », dans C. Verdeil (éd.), Missions chrétiennes en terre d’Islam (XVIIe – XIXe siècles). Anthologie de textes missionnaires, Turnhout : Brepols, 2013, p. 42. []
  8. Cette question des relations entre confessionnalisation et laïcité au tournant du XXe est abordée dans un précédent billet. []
  9. C. Verdeil, op. cite., p. 33. []
  10. J.D. Mizrahi, op. cite., p. 23. []
  11. Id. []
  12. Société des Nations, « La Charte du Mandat pour le Liban & la Syrie édictée par la Société des Nations ou Déclaration de Londres », dans N. Méouchy (éd.), France, Syrie et Liban 1918-1946 : Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, Beyrouth : Presses de l’IFPO, 2013, p. 421-428. []
  13. Id. []
  14. J.D. Mizrahi, op. cite., p. 27. []
  15. Ibid, p. 27-29. Jean-David Mizrahi propose ici une plongée dans la construction budgétaire du mandat, qui témoigne tant de la captation mandataire des richesses que de l’héritage des capitulations ottomanes dans le rapport aux mandats libanais et syriens. []
  16. Ibid, p. 30. []
  17. État libanais, « Constitution de la Première République Libanaise », 1926. []
  18. J.D. Mizrahi, op. cite., p. 30-43. Son travail revient, dans le détail, sur la querelle constitutionnelle qui oppose mouvement nationaliste syrien et autorités mandataires à partir de 1926. Il évoque notamment les enjeux sémantiques entre « traité » et « mandat », ces choix juridiques étant utilisés par les autorités mandataires pour déstabiliser les nationalistes syriens dans leur recherche d’une indépendance réelle. []
  19. Id., p. 37-38. []
  20. Bureau Topographique des Troupes Françaises du Levant, Syrie & Liban. Répartition par races et religions des divers groupements habitant les Etats sous mandat français. Travail exécuté avec le concours des Officiers des Services Spéciaux du Levant, 1935, Carte, 740*615 []
  21. Peut-être devrais-je donner une définition du terme « colonie » avant de réfuter son usage. Le Trésor de la Langue Française définit une « colonie » comme un « territoire étranger placé sous la dépendance politique d’une métropole qui a assumé la tâche de le mettre en valeur et d’en civiliser les habitants ». []

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 12/08/2020

    […] française en Syrie et au Liban. J’évoque longuement ce travail dans un précédent billet : « Une entreprise libérale de colonisation : autour du mandat français au Liban et en Syrie », que je vais tenter de vous résumer […]

  2. 23/08/2020

    […] imposition militaire, domination diplomatique, impérialisme économique et culturel », affirme sur son blog Akhésa Moummi, doctorante à l’Ecole des hautes études en sciences […]

  3. 23/08/2020

    […] militaire, domination diplomatique, impérialisme économique et culturel”, affirme sur son blog Akhésa Moummi, doctorante à l’Ecole des hautes études en […]

  4. 23/08/2020

    […] imposition militaire, domination diplomatique, impérialisme économique et culturel”, affirme sur son blog Akhésa Moummi, doctorante à l’Ecole des hautes études en sciences […]

  5. 23/08/2020

    […] imposition militaire, domination diplomatique, impérialisme économique et culturel”, affirme sur son blog Akhésa Moummi, doctorante à l’Ecole des hautes études en sciences […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search