Une crise sanitaire dans les multiples crises du Liban : au cœur de l’incertitude scolaire


Avec le début de la crise sanitaire, la direction de mon laboratoire a lancé une lettre interne « (Dis)Continuités » à laquelle chacun des membres a été invité à contribuer. Je vous propose ici une version longue de ce texte, qui tente de répondre à la question « Qu’est-ce que ça change ? ». Il s’agit d’exposer ce que la crise sanitaire a changé et change toujours sur nos terrains de recherche respectifs.


“C’est notre responsabilité pédagogique nationale qui nous pousse à vous adresser cette note, la plupart de ces écoles relevant de nos congrégations, soit pas moins de 80% d’entre elles, se dirigent inéluctablement vers la fermeture en raison des difficultés économiques et de la négligence de l’État. De ce fait, ces écoles n’ouvriront pas leurs portes à la rentrée prochaine (2020-2021)”

Ces mots du Père Boutros Azar, secrétaire général des écoles catholiques du Liban, évoquent la situation dramatique à laquelle les écoles privées, catholiques mais pas que, font face aujourd’hui.

Réduire la violence de la crise que traverse le Liban à la seule crise sanitaire qui a touché de plein fouet le pays serait une erreur. Bien sûr, la « mobilisation nationale » (face au COVID-19), entamée dès la fin février avec la fermeture des établissements scolaires et universitaires, a mis à l’arrêt le pays et son économie. Elle a donc participé à aggraver les conditions de vie des libanais, d’autant que ces mesures sont toujours en cours.

Néanmoins, la gravité de la situation connue par les écoles privées est à l’image de la profonde crise économique et sociale à laquelle le pays fait face depuis la fin de l’été 2019.

Je fais donc le choix de contourner les enjeux de la crise sanitaire pour les penser en miroir de la crise sociale et économique bien plus profonde qui traverse la société libanaise, et dont ses mondes scolaires sont un reflet saisissant. Je tenterai, dans ces lignes, de vous exposer les ramifications de cette crise, qui est venue « percuter » mon travail de thèse.

La crise sanitaire comme crise dans la crise ?

Le Liban connait depuis l’été 2019 sa plus grave crise économique, politique et sociale depuis la fin de la guerre civile en 1990. Elle s’est traduite par l’imposition de fortes restrictions bancaires, par la Banque du Liban (BDL), sur les retraits en dollars, monnaie qui coexiste avec la Livre Libanaise1. Il s’agissait pour la BDL de limiter la fuite des dollars hors du Liban, alors même que ses réserves s’amoindrissent fortement. Depuis lors, le pays fait face à une inflation galopante, qui condamne à la paupérisation une bonne partie des classes moyennes libanaises et qui aggrave la situation dramatique du sous-prolétariat urbain (comme en témoignent ce reportage d’Anne-Marie El-Hage pour L’Orient-Le Jour et le communiqué de presse de l’UNICEF ici). Elle connait son acmé le 7 mars 2020, lorsque Hassane Diab annonce le premier défaut de paiement du pays. Le Premier Ministre est contraint à cette décision en raison de la faiblesse des réserves en dollars de la BDL, ne permettant pas d’honorer la dette libanaise.

À cette crise financière est venue se superposer une crise sociale et politique dès octobre 2019. Le 17 octobre 2019 marque, en effet, le début d’un mouvement populaire impressionnant et massif (au regard du nombre de personnes mobilisées), réclamant pêle-mêle la fin des pratiques de corruption, le départ de l’ensemble des responsables politiques en place, la réforme de l’État, la fin du système confessionnel, etc.. En moins de quinze jours, les manifestant-e-s obtiennent la chute du gouvernement Hariri II, par un mouvement qui se caractérise par d’impressionnantes manifestations collectives dans les rues de Beyrouth et des blocages de routes un peu partout dans le pays. Cette crise politique n’est résolue qu’en apparence par la nomination d’Hassane Diab, conspué par le camp sunnite dont il est pourtant issu (ici et ici), confirmé par le Parlement grâce à l’alliance entre le Courant Patriotique Libre du Président Michel Aoun, maronite et le Hezbollah, parti politique chiite. Le premier ministre est donc nommé sans le soutien de la classe politique sunnite et dans un climat de défiance inégalé envers la classe politique libanaise.

C’est donc dans un état en faillite que les mesures de confinement et de distanciation physique se sont imposées, face à une crise sanitaire qui aggrave la crise sociale, financière et économique que traverse le pays.

Des mondes scolaires bouleversés ?

L’ensemble de ces évènements ont eu des conséquences notables pour les élèves libanais. De la fermeture des écoles au plus fort des manifestations en octobre-novembre 2019 à l’imposition d’une « école à distance » à partir de la fin février 2020, les établissements scolaires ont connu une année chaotique, marquée par l’aggravation de la situation économique des établissements privés.

Or, les mondes scolaires libanais agissent comme des révélateurs des failles et faillites de l’État libanais.

Ils reposent sur une segmentation entre établissements publics (qui scolarisent environ 260 000 élèves, sans compter les réfugiés syriens et palestiniens) et établissements privés (qui scolarisent environs 710 000 élèves). Cette « hétérogénéité » s’enracine dans la faillite de l’État libanais depuis la guerre civile concernant les questions scolaires2.

Sans subventions étatiques, contraints à la revalorisation des salaires enseignants depuis la loi 46 (votée en août 2017), les établissements privés font face à une situation financière « à flux tendus » (ici et ici), où le paiement des écolages par les parents est la seule ressource garantie aux établissements pour payer les enseignants, en sus du soutien des congrégations et associations quand elles existent.

Or, la crise financière que traverse le Liban, l’inflation galopante et les restrictions bancaires ont rompu ce fragile équilibre et remettent en cause la survie de bon nombre d’établissements, ce dont les propos du Père Boutros Azar témoignent. Derrière cette dispute des financements scolaires, c’est aussi la paupérisation de la population qui se révèle. Il est d’autant plus frappant d’observer que les mondes scolaires ont été l’écho de ce phénomène bien avant que la BDL impose des restrictions bancaires. L’immolation par le feu de Georges Zreik devant l’école de sa fille -il justifie son geste par l’impossibilité de payer ses dettes auprès de l’école, seul moyen de pouvoir changer sa fille d’établissement- en février 2019 en était déjà un bien triste symbole.

La lutte qui semble s’ouvrir entre établissements privés et parents d’élèves sur le paiement des frais de scolarité du troisième trimestre de l’année 2019-2020 témoigne bien des écueils de ce financement des établissements « à flux tendu ». La crise sanitaire révèle d’autant plus ces écueils que l’enseignement à distance a été une gageure dans beaucoup de familles où les limites d’accès à l’électricité et à internet ont entravé la réussite de tout enseignement distanciel.

Ainsi, la crise sanitaire n’a pas tant changé le terrain que révélé l’ensemble de ses failles. Le Liban était en crise bien avant l’imposition de restrictions sanitaires et les négociations courantes avec le FMI ne laissent pas présager d’une rapide sortie de crise. Cela se traduit par une reprise, malgré les risques sanitaires, du mouvement de contestation ; mouvement qui a tendance à être plus violent et plus ciblé contre les banques et les responsables politiques.

Être une chercheuse loin de son terrain

Avant de mettre un point final à ce texte, j’aimerais tenter de répondre à une quête réflexive : qu’est-ce que la crise a fait à la chercheuse que je suis ?

Il me tient à cœur de revenir sur les conditions de production de ce texte et sur les bouleversements méthodologiques qu’imposent les mesures de confinement en France comme au Liban. La distance, tout comme l’impossibilité de se rendre sur le terrain, imposent de penser de nouvelles pistes et d’envisager de nouvelles hypothèses. Pour ma part, elle m’a contrainte à changer la focale dans l’attente de pouvoir me rendre sur le terrain.

J’ai ainsi fait le choix d’utiliser un corpus de sources médiatiques (l’ensemble des liens hypertextes qui ont accompagné votre lecture) sous l’angle de l’histoire du temps présent pour penser la crise libanaise. Ce corpus ne permet pas de produire du sens en soi. Du moins, il n’a pas cette vocation. Comme toute histoire immédiate, il s’agira de penser ce corpus de sources en relation avec un futur terrain ethnographique. Il doit permettre de donner chair aux paroles, aux gestes, aux pratiques des acteurs dans un contexte de crise, de bouleversements des équilibres sociaux, collectifs, intimes aussi. Ce corpus, que j’utilise seul ici, doit permettre de penser les mondes scolaires libanais en résonance avec le monde social dans lequel ils prennent place, dans un jeu d’échelle heuristique où le politiste se fait archiviste pour pouvoir interroger a posteriori les marges du travail ethnographique, comme le propose Pierre France3.

  1. À ce propos, les travaux de Fadi Osseiran sont très éloquents. Dans : F. Osseiran, « Dollarisation et dévaluation : l’expérience libanaise », dans F. Kiwan, Le Liban aujourd’hui, Beyrouth : CERMOC & Paris : CNRS éditions, 1994, p. 167-178. []
  2. A. El-Amine, « Hétérogénéité de l’enseignement et déqualification du travail éducatif », dans F. Kiwan, Le Liban aujourd’hui, Beyrouth : CERMOC & Paris : CNRS éditions, 1994, p. 151-163. []
  3. France Pierre, « Deux guerres lasses. “Champ faible“, formes de narration et temps long dans l’écriture des guerres civiles en Syrie et au Liban », Revue internationale de politique comparée, vol. 25, no 1, 2018, p. 147-187 (en ligne : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2018-1-page-147.htm ; consulté le 4 novembre 2019). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.