Entre valorisation et visibilisation de soi : pourquoi écrire sur un carnet de recherche ?

Plus d’un mois que je n’étais pas venue écrire par ici. Ce n’était pas faute d’avoir des choses à dire mais plus un sentiment diffus de couler sous la masse de travail, sous la fatigue du confinement et de me débattre avec milles objectifs et envies, parfois incompatibles.

Avant d’écrire sur la thèse, de penser de nouvelles pistes, de questionner les perspectives qui se dessinent, il est temps de revenir aux fondamentaux : pourquoi avoir choisir de faire de cet espace un prolongement de ma thèse ?

Autant que les validations de séminaires ont été des respirations dans la recherche et des outils de progression de ma réflexion en master, ouvrir un carnet de recherche a été pour moi une nécessité, un besoin absolu dès le début de mon travail de thèse. Il fallait que j’écrive pour penser, que j’écrive pour avoir le sentiment d’avancer et de ne pas me perdre dans la masse de micro-taches que peut impliquer une thèse. Or, affirmer cela me pousse à poser une autre question, moins personnelle, plus générique : qu’est-ce que le carnet de recherche fait à la visibilité de la chercheuse en devenir ? Qu’est-ce que cela « fait » au chercheur ou à la chercheuse de se mettre en scène dans son carnet de recherche ?

À la faveur d’un courriel intempestif des Éditions Universitaires Européennes et de la création de ma page sur le portail HAL, le temps me semble venu de questionner ce que le carnet de recherche fait à la visibilité numérique d’une jeune chercheuse.

L’écriture comme besoin de partage et d’échange

« Je souhaite mettre en mots ma recherche, coucher sur papier mes étonnements, mes petits bonheurs, mes doutes, mes peurs, mes questions. Une recherche est toujours collective et c’est en miroir des autres, avec eux, en dialogue que se façonnent les questions, les objets, les angles d’approche. »

Tel était l’objectif de départ de ce carnet, comme je l’écris dans le deuxième billet publié ici. Il s’agissait d’écrire pour rompre la solitude notamment dans une première année de thèse. L’écriture est, pour moi, un véritable outil de construction de ma réflexion. Sans l’écriture, je n’ai pas le sentiment d’avancer et c’est là, précisément, que se situe le premier intérêt de ce carnet.

Malika Rahal ne dit pas autre chose dans son récent article pour Le Mouvement Social1 où elle évoque le carnet de recherche comme un outil d’entrée dans le métier de chercheuse2. C’est bien là la fonction essentielle d’un carnet : permettre de prendre le pli de l’écriture, de s’entraîner à formuler et reformuler son travail par l’écriture d’une recherche en train de se faire :

« Rédiger un billet peut donc constituer une première étape de stabilisation de réflexion précoce et de présentation de premiers résultats, et le blog fonctionne comme un incubateur. […] De ce point de vue, l’animation d’un blog s’adaptait bien à la phase exploratoire de l’entrée dans le métier de chercheuse, tout en lui donnant une dimension publique. »3

Ce rapport au carnet comme un outil de partage de soi et de sa recherche est aussi évoqué par Mélodie Faury. Elle insiste sur le rôle du carnet comme espace de réappropriation de soi et de sa recherche. Cet outil permet de se projeter, de se penser en chercheuse et de se figurer le développement de ses travaux au fur et à mesure de sa construction. Avec le carnet, on projette sa recherche autant que l’on la construit.

« Un carnet de thèse, quand il est habité, c’est-à-dire investi comme espace à soi, est habillé, organisé, structuré, décoré mais aussi coloré par le « ton » de l’habitant ou de l’habitante (en-tête, illustrations, colonnes latérales, intitulés de pages, mots choisis pour les étiquettes, les catégories, etc.). Les doctorants et doctorantes sont chez eux et chez elles, on vient leur rendre visite, les lire, parfois discuter, et ils et elles nous y accueillent. »4.

Cette phrase de Mélodie Faury résonne beaucoup avec ma propre pratique. Mon carnet est la maison de ma thèse, je la façonne et la construit ici. Je réalise doucement que j’avais donné à ce carnet des ambitions presque plus larges que ma thèse, qui s’invitent peu à peu dans son développement. Comme si le carnet était déjà prévu pour accueillir les pistes qui se dévoilent au fur et à mesure du travail de recherche.

Par ailleurs, je me reconnais complètement dans cette jolie phrase d’Alban Bensa, que j’ai sans doute déjà évoquée plusieurs fois ici :

« L’écriture de nos recherches s’adresse donc d’abord non pas à des lecteurs indéterminées, mais à des hommes et des femmes précis appartenant à l’espace social étudié. Quand j’écris, ces vivants et ces morts dialoguent avec moi ou bien lisent par-dessus mon épaule les phrases que je couche sur le papier. »5

Écrire, c’est dialoguer avec les acteurs qui font mon objet de recherche mais aussi envisager chacun-e des chercheur-euse-s avec qui j’ai le plaisir d’échanger au quotidien ou de temps en temps, sur Twitter. C’est se repasser tous les moments qui ont compté dans la construction d’une réflexion, c’est penser aux remarques de celles et ceux qui nous relisent souvent ou de ceux et celles qui s’apprêtent à nous lire. Écrire, c’est donc dialoguer avec celles et ceux qui nous/me façonnent comme chercheuse, qui nous font devenir ce que nous voulons être. Toutes les voix de ceux et celles qui ont compté et comptent dans mon parcours de jeune chercheuse s’entremêlent quand j’écris, parce qu’in fine c’est pour eux et elles, comme un hommage, que je tiens tant à écrire.

Tout cela nous invite à penser le carnet de recherche comme un outil de partage et d’échange, comme une interface entre soi et sa recherche, entre soi et la communauté scientifique qui nous entoure. Le carnet est donc bien l’une des formes de traduction essentielle du caractère collectif de la recherche et du besoin d’écriture permanent qui la façonne.

Pourtant, un autre aspect du carnet de recherche semble souvent négligé et mis de côté : son rôle dans la construction d’un rapport compétitif à la recherche. Bien sûr, le carnet est avant tout un lieu de partage et d’échange, mais il n’est pas exempt des tensions, dynamiques et inquiétudes qui traversent le monde de la recherche. Il est aussi un réceptacle de ses ambitions et tensions contradictoires.

L’écriture comme réponse à une peur de l’échec ou la compétition intériorisée

Ainsi donc, le carnet de recherche n’a pas comme seul objet de permettre le partage de la recherche. Ma deuxième pensée à son ouverture a été : « Et puis, ça me fera une ligne dans le CV, c’est bien pour les publis ». Alors, oui, bien sûr, publier un article scientifique, c’est n’est pas la même chose que de partager des fragments de recherche sur un carnet mais je touche là un point central : la compétition dans l’ESR est tellement intériorisée qu’elle occupe toutes mes pensées, à l’insu de mon plein gré.

Je me refuse, politiquement et moralement, à admettre la domination d’un ethos de compétition dans mon travail de chercheuse. J’ai passé cette première année de thèse à faire beaucoup (enfin je crois) pour le collectif, pour le labo, pour la mention. Et j’en suis fière, parce que j’ai appris énormément sur ce que doit être la recherche, sur ces beaux moments de partage. Je sais monter une JE, défendre et représenter un collectif de doctorant-e-s, entre autre.

Néanmoins, cette injonction à la production de recherche, à la publication, au remplissage de nos CVs au-delà de la thèse a eu des conséquences sur mon rapport au travail. Mon carnet n’est pas que la réponse à une envie de partage mais aussi un espace d’exposition de mon travail. Il est aussi une « vitrine » au sens de « ce qui sert à présenter, à mettre en valeur quelque chose »6. J’y expose ma recherche autant que je la partage. Ce carnet est aussi le reflet des injonctions contradictoires intériorisées par tout-e doctorant-e, . J’y mets en avant mon CV, les à-côtés de ma thèse, je travaille mes billets afin de démontrer que j’avance et que j’avance « bien ». Je construis ma recherche autant que je la visibilise dans l’espoir d’être reconnue, repérée.

En conséquence, je me réjouis quand un billet est lu, partagé. Pas juste parce que ça aide d’autres chercheur-euses, pas juste parce que ça participe à une réflexion collective mais aussi parce que ce partage permet d’opérer une reconnaissance de son travail, des heures consacrées à avancer la thèse.

Je crois que le soin apporté au carnet, plus largement à l’identité numérique de jeune chercheuse, est un soin à double-tranchant : il ne s’agit pas seulement de partager, d’échanger (bien que ce soit une fonction essentielle du carnet). Par là, je souhaite aussi mettre à distance les injonctions contradictoires et une grande peur de l’échec, de ne pas être assez bien pour le monde de l’ESR.

Le carnet de recherche apparaît alors comme un outil de réconciliation entre deux ethos opposés : il me permet d’assouvir autant mon envie/besoin de partage que d’avoir le sentiment de produire quelque chose. Avec le carnet, on dépasse le travail solitaire de l’archive, de l’enquête pour visibiliser ses heures de travail patient et les transformer en produit fini, comptable.

In fine, l’outil « carnet de recherche » permet alors de se positionner dans un monde de la recherche toujours plus compétitif. Il donne à voir les travaux, les avancées mais aussi les doutes dans une logique d’échange et de partage tout autant que de mise en valeur de soi et de l’image que l’on renvoie à l’ensemble des chercheurs et chercheuses qui nous entourent.

Écrire pour soi, écrire pour être lue, écrire pour être vue : autant espace de mise en scène de soi, qu’espace de dialogue et d’échange avec soi et son champ de recherche, le carnet s’avère être pour moi un objet pluriel et polyvalent qui répond à de multiples besoins imbriqués et qui reflètent l’importance des injonctions contradictoires qui pèsent sur mes jeunes épaules de doctorante.

  1. RAHAL Malika, « Le carnet de recherche. Un nouvel outil dans l’écriture d’une histoire du temps présent », Le Mouvement Social, vol. 4, no 269-270, 2019, p. 133-148 (en ligne : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2019-4-page-133.htm ; consulté le 12 juin 2020). []
  2. id., p. 136. []
  3. Id., p. 136. []
  4. FAURY Mélodie, « Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche », Revue de la Bibliothèque Nationale de France, no 58, 14 mars 2019, p. 76 (en ligne : https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2019-1-page-73.htm ; consulté le 19 mai 2020). []
  5. BENSA Alban, « Le dessous des mots », Sensibilités, no 2, 2016, p. 172. []
  6. D’après Le Larousse en ligne, disponible au lien suivant : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/vitrine/82281 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.