Macron au Liban ou le retour du mandat français ? Quelques pistes de réflexion

Un après-midi à la campagne. Une alerte info. Un flux d’alertes info. Deux explosions. Des centaines de morts. Des milliers de blessés. 300 000 sans-abri.
Voilà donc le glaçant bilan factuel de la double-explosion industrielle qui a partiellement détruit la ville de Beyrouth mardi 5 août dans l’après-midi. En cause, 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, stockées depuis six ans dans le port de Beyrouth, à proximité d’un stock de feux d’artifice.

Le surlendemain, jeudi 7 août, Emmanuel Macron est venu à Beyrouth apporter son soutien à la population beyrouthine, échanger aussi avec les responsables politiques du pays, conspués depuis octobre dernier. Je vais tenter, à ma toute petite échelle, de transmettre quelques clés de compréhension des implications de cette visite. La façon dont cet événement a été traité dans la presse française autant que le regard porté par la société civile libanaise sur cette visite sont des éléments nécessaires à une analyse juste des relations franco-libanaises contemporaines, relations qui sont au cœur de mon objet de recherche1.

Avant de m’intéresser au cœur de notre sujet du jour, je tiens à dire mon malaise. Comment prendre de la hauteur face à la souffrance collective ? Comment mettre à distance les vies brisées, les bâtiments détruits, les drames humains ?
Au fond, et c’est sûrement ce qui me contrait à prendre ma plume aujourd’hui, le traitement médiatique et politique de la visite d’E. Macron à Beyrouth a bien souvent permis d’occulter les souffrances de la population beyrouthine, de ne pas évoquer les conséquences humanitaires de cette explosion, dans une situation sociale déjà particulièrement explosive2. Sans pour autant avoir les moyens de remettre au cœur de la réflexion les drames humains causés par cette explosion, j’aimerais réussir a minima à redonner sa juste place à la société civile libanaise, aux journalistes sur place. Ce sont leurs voix à travers la mienne ici, pour parler du Liban, de son avenir, de ses attentes -de celles de la société civile du moins-. Cet immense drame humain n’a que renforcé une posture de recherche, un positionnement éthique. Aucun livre, aucune recherche ne donne le droit de trahir la parole de ceux et celles qui nous ont accordé leur confiance, ce billet va tenter de se faire le miroir le plus fidèle de leur(s) positionnement(s).

Plan de l’article

Les relations franco-libanaises & la colonisation : une petite histoire du mandat français et de ses conséquences contemporaines

« Un système libéral de colonisation », voilà comment Henry Laurens se propose de définir l’expérience mandataire française en Syrie et au Liban. J’évoque longuement ce travail dans un précédent billet : « Une entreprise libérale de colonisation : autour du mandat français au Liban et en Syrie », que je vais tenter de vous résumer ici.

Dans l’ouvrage qu’elle dirige France, Syrie et Liban (1918-1946) : Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire3, Nadine Méouchy évoque, avec Henry Laurens et Jean-David Mizrahi entre autres, les implications de l’expérience mandataire française.

Elle est avant tout une expérience coloniale et impérialiste qui repose sur l’accaparement des ressources économiques et financières de la Syrie et du Liban. En cela, le mandat est parfaitement comparable à toutes les autres expériences coloniales. Il s’agit de dominer et d’accaparer une partie des ressources. Jamil Mouawad (politiste, enseignant-chercheur à l’Université Américaine de Beyrouth) ne dit pas autre chose dans l’interview qu’il a accordé à Médiapart le 8 août 2020 :

« Parce qu’une partie des Libanais sont très fatigués, ils ont la nostalgie du mandat français. C’est pourtant un mandat qui a mis en place des infrastructures pour servir l’économie française mandataire et pas les Libanais. Si on regarde les infrastructures de l’époque, ce sont des infrastructures, comme la rue de Damas, qui vont servir une bourgeoisie financière mercantile libanaise qui travaillait avec les Français et qui a fait du Liban une place du capitalisme mondialisé servant le capital français et pas la société libanaise. On a une mémoire très sélective par rapport à ce mandat. D’ailleurs, on l’appelle toujours « mandat » et on ne prononce jamais le mot « colonialisme » parce qu’il y a toujours cette construction qui entretient une vision culturelle du mandat alors que le Liban était sous la gouvernance des Français. »4

Dans le même temps, la vision romantisée que l’on peut avoir du mandat se justifie par une expérience « libérale ». En effet, l’expérience coloniale mandataire, au-delà de l’expérience d’accaparement, se caractérise par la volonté intrinsèque de cette forme de colonisation d’amener à l’indépendance. C’est ce qu’affirme la Charte du Mandat dès 1922 et qui va imprégner toute l’expérience mandataire.

Ainsi, celle-ci repose donc sur la volonté de réaliser la quadrature du cercle : « dominer (économiquement et socialement) tout en amenant sur le chemin de l’indépendance »5. Cela explique, pour partie, l’image romantisée que l’on peut avoir du mandat français au Liban et en Syrie.

C’est dans cette image que se justifie l’appel de certain-e-s libanais-e-s, motivé-e-s par le désespoir, d’un retour au mandat français, face à l’incurie des élites libanaises. Cet appel, qui a pris la forme d’une pétition, s’est immiscé dans la polémique provoquée par la visite du président français à Beyrouth, comme s’il était une demande majoritaire des libanais. Il suffit pourtant d’observer finement les revendications de la société civile depuis le 17 octobre pour savoir que ce sont les demandes de souveraineté et d’indépendance qui dominent, pour mettre fin à la corruption endémique qui empêche toute réalisation politique et citoyenne des libanais-e-s. C’est bien cela que Joey Ayoub, doctorant libanais à l’université de Zurich, met en avant dans le tweet ci-contre.

Pour porter un regard juste sur la visite française au Liban, il est aussi nécessaire de rappeler que les liens entre les deux pays ne se limitent pas à l’expérience mandataire. Cette dernière était préalablement légitimée par la présence française au Mont-Liban depuis plusieurs dizaines années (fin du XIXe siècle). Chantal Verdeil, dans ses nombreux travaux sur les Jésuites au Liban, évoque longuement les effets de la présence missionnaire française dans le Bilad el-Sam et notamment dans le Mont-Liban6. Cette présence religieuse a permis de maintenir une distinction forte entre établissements scolaires privés (hérités de l’expérience missionnaire) et établissements scolaires publics, sous-financés chroniquement par l’état libanais7.

À ce titre, il est frappant que lorsque fin juillet, l’état français annonce venir en aide aux établissements scolaires libanais, il vient seulement et uniquement en aide aux établissements francophones, hérités de l’expérience missionnaire. Je ne formulerais pas mieux les choses que Jamil Mouawad (encore !), permettez-moi donc de le citer :

« Pour ceux qui ont une nostalgie du mandat français, il faut savoir que toute faiblesse dans le secteur public au Liban ne nous renvoie pas nécessairement à la guerre civile libanaise mais aussi bien à l’époque du mandat français. Ils ont alors très mal investi dans le secteur public, surtout dans les institutions scolaires. Ils ont confié l’éducation aux missionnaires et on en paie toujours le prix. Là, ils viennent avec de l’argent, non pas pour l’école publique, mais pour les écoles francophones. Cela crée un clivage entre les francophones et ceux qui ne parlent pas le français, et c’est aussi un clivage de classe. Donc dire que la France est là pour aider les Libanais et les institutions publiques libanaises, ça ne tient pas pour moi. Ce n’est pas aussi simple que cela. Si on parle d’un État public, il faut qu’il soit au service de tous les Libanais. »8

Enfin, il me semble urgent de rappeler que la France jouit d’une position diplomatique atypique au Liban, coordonnant depuis plusieurs années les différents programmes d’aide économique et financière au pays, comme le programme CÈDRE. La France est alors un des interlocuteurs centraux des organisations internationales, FMI & Banque Mondiale en tête, lorsqu’il s’agit de discuter des distributions d’aide financière au Liban.

Les attentes de la société civile à l’égard de la France mais pas seulement …

Avant d’évoquer plus largement la nature des négociations qui se jouent entre le Liban et les organisations internationales, il convient de s’attacher à mieux comprendre les attentes de la société civile libanaise. N’étant pas sur place (la faute à la pandémie mondiale), ce sont les apports d’activistes libanais sur les réseaux sociaux et notamment Twitter qui me permettent d’éclairer au mieux leurs attentes.

Pour commencer, il est nécessaire de s’arrêter sur la lettre ouverte écrite et partagée par Jürgen Tamo (qui signe : « un libanais accablé de malheurs) sur Twitter. Elle me semble riche en enseignements sur les attentes et le positionnement de la société civile libanaise concernant les rapports franco-libanais.

Cette lettre donne une large part aux revendications de la société civile libanaise, portées depuis le début du mouvement populaire du 17 octobre 2019. Il s’agit de dénoncer les effets cataclysmiques (comme en témoigne la terrible explosion du 5 août) de la corruption au Liban, corruption qui provoque un accaparement des richesses par une caste politico-économique, aux dépens de la population qui, elle, subit les effets dramatiques de l’inflation et de la crise économique, contre lesquels ce même pouvoir politico-économique n’agit pas. La caste politique est tenue pour responsable, dans toutes ses composantes, de cette explosion dramatique : sa corruption, sa négligence, son mépris pour le peuple libanais ont causé cette explosion, en permettant le maintien d’un stockage, au mépris de toutes les normes industrielles et sanitaires, de 2 750 tonnes de nitrate dans un entrepôt du port de Beyrouth.

Dès lors, il s’agit d’en appeler à la communauté internationale, dont la France est au nom de sa position diplomatique atypique, une des représentantes essentielles. Mais qu’attendent-ils de cette « communauté internationale » ? Non pas un accaparement des richesses, non pas un « retour du mandat » mais bien un usage des positions diplomatiques privilégiées pour imposer un changement politique aux dirigeants politiques libanais. Il s’agit, par cette lettre, de souligner le rôle ambigu de la communauté internationale : elle se doit de participer à l’entreprise de reconstruction de la ville de Beyrouth, non pas en imposant ses conditions, mais en participant à libérer la société civile libanaise et les citoyens libanais du « joug » de leurs dirigeants corrompus, qui cherchent à user de l’aide internationale pour leur enrichissement personnel.

C’est cette dialectique que nous devons, en tant qu’acteurs étrangers, participer à visibiliser : il s’agit de réussir à donner les moyens au peuple libanais de décider de son destin politique. Et seul l’abandon par la communauté internationale des dirigeants libanais (en refusant par exemple que l’État libanais soit le récipiendaire de l’aide d’urgence destinée à secourir la population beyrouthine –ceux à quoi la conférence internationale de financement s’est engagée ce dimanche-) pourrait, selon une partie de la société civile, permettre d’atteindre cet objectif.

Intermède
Quel rapport entre le Liban & les organisations internationales ?

Je ne me prononcerais pas ici sur la nécessité des réformes du Liban, sur la nature des exigences du FMI ou même sur ce qu’il faudrait faire pour redresser le Liban. Je ne suis qu’une observatrice de la réalité libanaise qui tente à son niveau de donner des clés de compréhension. Je choisis donc de vous présenter des faits et de mettre en cohérence ce que traverse le Liban.

— Les causes de la crise

Cette crise, qui couve depuis plusieurs années, a connu sa première manifestation (en termes micro-économiques) à la fin août 2019 lorsque la Banque du Liban a dû commencer à restreindre la circulation des dollars, seconde monnaie du pays. C’est cette restriction qui a rendu tangible l’effondrement de la pyramide de Ponzi qui caractérise le système économique libanais. En termes simples9, l’économie libanaise repose sur l’arrivée massive de fonds étrangers au Liban. Ces fonds sont attirés sur des comptes épargnes dans les banques libanais via des taux d’intérêts particulièrement alléchants (au-delà de 10%). Ces comptes sont détenus par des investisseurs étrangers (notamment saoudiens, des pays du Golfe ou d’Iran) et de l’importante diaspora libanaise. L’ensemble de ces ressources financières permettaient de financer l’endettement conséquent du Liban. Or, les crises conjointes traversées par l’Iran (sanctions américaines), l’Arabie Saoudite (effondrement des prix du pétrole) et à l’échelle mondiale (crise sanitaire) ont peu à peu et en quelques mois conduit à une très forte dégradation de la situation économique, du fait de l’asséchement des arrivées de devises au Liban.

— La traduction sensible de la crise

Elle s’est matérialisée par une restriction de toute circulation des ressources monétaires dès octobre dernier, où les banques ont utilisé le mécontentement populaire pour renforcer les restrictions sur la circulation monétaire en dehors de tout cadre légal. Cela se traduit notamment par l’impossibilité de récupérer des sommes en dollars sur les comptes courants et d’épargne, comme par les restrictions sur la circulation de la Livre Libanaise. En parallèle, et face à la perte de confiance, l’inflation dans le pays est galopante, et cela d’autant plus que la grande majorité des biens de consommation sont importés (environs 90%). L’acmé de cette crise a été atteinte, logiquement, avec l’arrêt forcé de l’économie pour lutter contre la propagation du COVID-19, qui a encore restreint l’entrée d’argent frais dans le pays, aggravant tant l’inflation, que le chômage et la pauvreté.

— Après le défaut de paiement, la restructuration et les réformes structurelles ?

C’est dans ce cadre que le pays s’est déclaré en défaut de paiement début mars 2020, imposant la restructuration de la dette du pays. C’est à ce stade qu’interviennent les organisations internationales, avec le déclenchement d’un cycle de négociations entre le FMI et les dirigeants libanais pour débloquer un volet d’aides internationales, sous conditions. Comme pour le précédent programme d’aide (programme CÈDRE négocié en 2019 à Paris, dont les fonds n’ont pas été débloqués fautes de réformes), le FMI attend des autorités libanaises deux choses :

  • D’une part, que l’Association des Banques du Liban reconnaissent la responsabilité des banques dans le défaut de paiement de l’État libanais. En conséquence, cela doit conduire à une privatisation des pertes. Or, cela conduirait les dirigeants financiers et politiques du Liban à renoncer à leurs ressources économiques, permises par des placements dans les banques libanaises, qui elles-mêmes ne sont pas soutenables (selon les critères du FMI).
  • D’autre part, que le gouvernement libanais mette en place d’importantes réformes structurelles pour ré-équilibrer ses comptes macro-économiques. Ces réformes étaient déjà attendues dans le cadre des négociations CÈDRE et le sont toujours10. Pour faire bref, le FMI exige un volet de réformes structurelles néo-libérales qui permettent de renforcer la soutenabilité de l’économie libanaise et la stabilité de ses banques.
— Sortir de la crise et envisager l’avenir …

La ligne de crête qu’il est nécessaire de dessiner ici revient à saisir la part de consentement des libanais-e-s aux réformes structurelles attendues par le FMI et les partenaires internationaux du Liban. Au regard de ce que partage une partie de la société civile libanaise sur les réseaux sociaux, je pense pouvoir affirmer plusieurs choses :

  1. L’urgence consiste, pour eux, à chasser des responsabilités politiques l’ensemble de la caste politique qui s’est enrichie par la guerre civile puis par la corruption massive. Les réformes exigées par le FMI vont dans le sens d’un arrêt total de la corruption. Dans les deux cas, cela contrait les dirigeants soit à partir, soit à complétement changer leurs pratiques.
  2. Bien sûr, le programme néo-libéral défendu par le FMI est sujet à débat politique comme en témoigne ce dossier du magazine Le Commerce du Levant. Il s’agit donc avant tout de pouvoir exercer une souveraineté populaire sur les décisions économiques du Liban, en transformant le système politique et économique du pays.
  3. Dans le cas précis du Liban, il ne faut pas oublier que l’équation du rapport entre l’État et le FMI ne se pose pas dans les mêmes termes que pour d’autres pays arabes dans les années 2000-2010. La part du secteur public au Liban est particulièrement faible et il ne s’agit donc aucunement de « dégraisser le mammouth » en privatisant à tout va. Pour le FMI comme pour la société civile, il s’agit de mettre fin à l’accaparement des ressources publiques par l’élite politico-financière. Les visées politiques derrière cette affirmation, bien sûr, divergent. Alors que le FMI souhaiterait, assez logiquement, accorder une part plus grande à un secteur privé assaini dans l’économie libanaise, une partie de la société civile revendique la fondation d’un réel secteur public au Liban, qui permette de répondre aux besoins de base des libanais-es (santé, éducation, aides sociales, …)11.

Autour de la visite de E. Macron : entre colonialisme & amitié sincère

Maintenant que tous les préalables nécessaires sont posés, on peut envisager de discuter les tenants et les aboutissants de la visite présidentielle à Beyrouth. Pourquoi Emmanuel Macron est-il parti à Beyrouth, deux jours après cette explosion et pourquoi de telles prises de position ?

Au regard de ce que je viens d’évoquer, il est assez aisé de comprendre les motivations d’Emmanuel Macron à se rendre au Liban. Il l’avoue lui-même en affirmant, dès son arrivée à Beyrouth, qu’il effectue une visite de « soutien, d’amitié, de solidarité fraternelle au peuple libanais ».12 En parallèle, cette visite est motivée par un intérêt politique et diplomatique. Il s’agit de contraindre aux réformes les dirigeants libanais, dans la lignée du message qui avait déjà été porté quelques semaines plus tôt par Jean-Yves Le Drian et qui rejoint les revendications portées par la société civile libanaise :

« J’ai souhaité ensuite voir l’ensemble des forces politiques pour avoir un dialogue de vérité car au-delà de l’explosion, nous savons que la crise ici est grave. Elle implique une responsabilité historique des dirigeants en place, c’est une crise politique, morale, économique et financière dont la première victime est le peuple libanais et elle impose des réactions extrêmement rapides. »

« Écoutez, d’abord, aujourd’hui, la priorité, c’est l’aide, le soutien à la population sans condition, mais c’est l’exigence que la France porte depuis des mois, pour ne pas dire des années, en effet, de réformes indispensables dans certains secteurs on le sait. L’énergie, les marchés publics, la lutte contre la corruption. Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s’enfoncer. C’est un autre dialogue que nous devons avoir et que je souhaite aussi mener aujourd’hui. »13.

Ainsi, pour les dirigeants français, il s’agit de s’inscrire dans la droite ligne de son engagement politique et diplomatique dans le cadre des conférences d’aide au Liban, positionnement lui-même hérité de sa domination coloniale. Cela n’exclut pas pour autant d’agir en faveur d’une aide d’urgence au Liban. C’est dans ce cadre (et toujours dans l’héritage de ce positionnement diplomatique) que les autorités françaises ont organisé, dimanche 9 août une conférence internationale de soutien au Liban, qui s’est engagée à apporter une aide en direct à la population libanaise, par l’intermédiaire de l’ONU.

« Ce que nous devons apporter, c’est cette aide avec un monitoring très étroit des Nations unies qui ont permis de définir les besoins qui vont permettre de l’organiser sur place avec le soutien de la Banque mondiale. Et je salue l’implication de ces organisations et avec le soutien aussi sur beaucoup d’opérations du FMI. Il est important que cette aide puisse aller le plus vite possible aux acteurs publics, privés, aux acteurs, non gouvernementaux, à la société civile, compte tenu de ses besoins d’ores et déjà évalués et le plus vite possible. »14

Là encore, il s’agit bien de répondre à une exigence formulée par la société civile et par les beyrouthin-e-s avec un slogan, souvent repris par les médias français : « Ne donnez pas l’argent ! » [aux dirigeants libanais].

Pour autant, et même si le discours d’Emmanuel Macron tant à Beyrouth que lors de la conférence d’aide correspond aux revendications formulées par la société civile, cela ne doit pas conduire à oublier l’héritage colonial français et son imprégnation dans l’ordre politique souhaité par Emmanuel Macron.

« Ce changement profond, c’est celui qui est attendu. Les dirigeants, les forces politiques libanaises ont aujourd’hui une démonstration à faire, celle de leur capacité à y répondre. Je le dis avec à la fois beaucoup d’humilité et beaucoup d’exigence. L’humilité d’un président français qui n’a pas à dicter à des dirigeants libanais ce qu’ils doivent faire, l’exigence d’un ami qui se précipite quand les temps sont durs mais pas pour donner des chèques en blanc à des systèmes qui n’ont plus la confiance de leur peuple. Et donc cette humilité, cette exigence, c’est celle que je veux pour nous tous dans les prochaines semaines. Je serai là en soutien avec l’ensemble des dirigeants. J’ai été franc, direct, sincère aujourd’hui avec chacun d’entre eux et j’attends des autorités libanaises des réponses claires sur leur engagement, l’État de droit, la transparence, la liberté, la démocratie, les réformes indispensables. Je les crois capables. Je reviendrai le 1er septembre prochain, je reviendrai pour ne pas simplement consacrer l’histoire et le fait que ici même, dans cet endroit, dans cette résidence des Pins, il y a 100 ans jour pour jour, alors le 1er septembre, le Grand Liban naissait. Non ! Je reviendrai pour faire un point d’étape ensemble de cet indispensable sursaut parce que je pense qu’il n’y a pas d’autre voie pour le Liban contemporain. »15

Ainsi, comme je le rappelle dans ce billet, le modèle confessionnel libanais est directement hérité de l’impérialisme occidental et du mandat français. Lorsque que le président Macron en appelle à la refonte du système et la responsabilité des dirigeants libanais, il oublie assurément un peu vite la responsabilité de la France dans ce même système politique ; et cela d’autant plus que les précédentes conférences de financement ont permis l’accaparement des richesses par l’élite. De même, à l’image des propos de Jamil Mouawad que j’ai cité au début de ce texte, c’est bien le mandat (et l’expérience coloniale et impérialiste qui en découle) qui a permis la fondation d’une rente capitaliste au Liban.

Conclusion : Vers où va le Liban ? Vers où va ma recherche ?

Ce titre si prometteur me semble, in fine, un peu vide de sens. Comme s’il était possible de faire de la politique-fiction, de la recherche-fiction et de tracer l’avenir à la place des acteurs et des évènements. Il m’est d’autant plus difficile de conclure que cet article était bien plus cathartique que réfléchi. Résultat d’un énervement, d’une colère face aux multitudes d’aprioris et d’erreurs qui se sont mélangées sur les réseaux sociaux, ce billet se veut aussi être une réflexion argumentée sur les relations franco-libanaises et les nombreux défis qui traversent le Liban.

À l’image de ce que les journalistes et activistes libanais rapportent, l’heure est à la colère. Une colère qui a aboutit (pour l’heure) à la proposition d’élections législatives anticipées, la démission de plusieurs députés et ministres et la très probable démission de l’ensemble du gouvernement d’Hassane Diab ; alors même que les émeutes populaire se font chaque jour plus intenses dans le centre-ville de Beyrouth entre l’armée/la sécurité civile et des manifestants anti-pouvoir. C’est maintenant aux libanais-e-s d’écrire la suite, de réfléchir à l’issue politique à donner à cette colère.

Ce moment d’incertitude ne fait que renforcer une certaine posture de recherche, une éthique réflexive. Pour tout-e chercheur-euse étranger-ère, il s’agit d’archiver, de raconter et d’expliquer. Nous devons, collectivement et individuellement, réussir à se faire les porte-voix d’un Liban en ébullition, en tentant de tracer un chemin entre problématique de recherche établie (et financée dans mon cas) et réalité mouvante d’un terrain, qui nous impose des contre-champs, des angles-morts et des virages. Il faudra tenter, tout au long de l’expérience de terrain, de faire feu de tout bois pour se faire le miroir du Liban contemporain, entre crise(s) et incertitude(s). C’est sûrement là que le choix d’une histoire immédiate et médiatique, en parallèle d’une ethnographie scolaire, trouve sa plus absolue justification.


Au fond, il n’y a jamais de bonne façon d’appeler aux dons sans que cela paraisse incongru ou étrange. Je fais le choix de vous donner le nom (et les liens) de plusieurs associations indépendantes et/ou issues de la société civile libanaise, qui portent secours depuis plusieurs jours à la population.
Lebanese Red Cross
Lebanese Food Bank
Disaster Relief for Lebanon – كلنا يعني كاني
Impact Lebanon


  1. Si vous souhaitez en savoir plus sur le drame de cette explosion en tant que tel, sur ses conséquences sociales, sanitaires et politiques, n’hésitez pas à consulter la liste Twitter constituée par Joey Ayoub, qui réunit un grand nombre de journalistes et activistes libanais, au plus près du terrain. Par ailleurs, le travail de Luna Safwan -journaliste indépendante-, Timour Azhari -pour AlJazeera-, Clothilde Bigot -pour CNews et d’autres médias-, … est précieux. []
  2. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter l’un de mes précédents billets qui évoque les conséquences scolaires de la crise économique et sociale traversée par le Liban. []
  3. MÉOUCHY Nadine (éd.), France, Syrie et Liban (1918-1946) : Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, Damas : Presses de l’IFPO & Institut Français d’Études Arabes, coll. « Études arabes, médiévales et modernes », 2002. Disponible en ligne. []
  4. MOUAWAD Jamil, « Au Liban, les gens contestent, protestent, mais n’ont aucune vision de l’avenir. », entretien réalisé par Héléna BERKAOUI, 8 août 2020, Médiapart, section : Liban, un État failli – Entretien (en ligne : https://www.mediapart.fr/journal/france/080820/jamil-mouawad-au-liban-les-gens-contestent-protestent-mais-n-ont-aucune-vision-de-l-avenir ; consulté le 10 août 2020. []
  5. Tout est expliqué dans le détail dans le billet sub-cité []
  6. Notamment dans ce travail : Verdeil Chantal, « Introduction – Missions chrétiennes en terres d’Islam (XVIIe – XIXe siècle) », dans Chantal Verdeil (éd.), Missions chrétiennes en terre d’Islam (XVIIe – XIXe siècles). Anthologie de textes missionnaires, Turnhout, Brepols, coll. « Anthologies missionnaires », 2013, p. 5-59. Disponible en ligne (sous réserve d’un accès universitaire). []
  7. Comme je l’évoque dans le billet suivant : « Une crise sanitaire dans les multiples crises du Liban. Au cœur de l’incertitude scolaire ». []
  8. MOUAWAD Jamil, « Au Liban, les gens contestent, protestent, mais n’ont aucune vision de l’avenir. », entretien réalisé par Héléna BERKAOUI, 8 août 2020, Médiapart, section : Liban, un État failli – Entretien (en ligne : https://www.mediapart.fr/journal/france/080820/jamil-mouawad-au-liban-les-gens-contestent-protestent-mais-n-ont-aucune-vision-de-l-avenir ; consulté le 10 août 2020. []
  9. Je dois une bonne partie de la compréhension de ce phénomène au passage d’Agnès Levallois dans l’émission 28 minutes sur Arte courant juillet. Le replay de l’émission est disponible au lien suivant : https://www.arte.tv/fr/videos/097402-019-A/28-minutes/. []
  10. Pour en savoir plus sur la nature des réformes attendues par le FMI et sur ces exigences, le bilan dressé à l’été 2019 me semble être une bonne base de réflexion. Le tout est disponible ici. []
  11. Pour en savoir plus sur l’histoire du capitalisme au Liban, cet article du magazine Le Commerce du Levant est très instructif : « De la République marchande au capitalisme de rente, histoire d’un échec ». []
  12. Emmanuel Macron, le 6 août 2020, lors de son arrivée à Beyrouth. Retranscription de son intervention disponible ici. []
  13. Emmanuel Macron, le 6 août 2020, lors de son arrivée à Beyrouth. Retranscription de son intervention disponible ici. []
  14. Intervention d’Emmanuel Macron le 9 août 2020, lors de la conférence internationale d’aide au Liban. Disponible ici. []
  15. Conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth le 6 août 2020. Disponible ici. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23/08/2020

    […] La place de la France dans l’économie libanaise se joue davantage dans les négociations internationales. Paris coordonne « depuis plusieurs années les différents programmes d’aide économique et financière » du Liban et intervient auprès du FMI et de la Banque mondiale « lorsqu’il s’agit de discuter des distributions d’aide financière » au pays du Cèdre, indique Akhésa Moummi. […]

  2. 23/08/2020

    […] La place de la France dans l’économie libanaise se joue davantage dans les négociations internationales. Paris coordonne “depuis plusieurs années les différents programmes d’aide économique et financière” du Liban et intervient auprès du FMI et de la Banque mondiale “lorsqu’il s’agit de discuter des distributions d’aide financière” au pays du Cèdre, indique Akhésa Moummi. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search