Retourner à la recherche par le tutorat : enseigner la méthodologie de la recherche et redécouvrir les joies du collectif

On a beaucoup parlé ici de la joie que c’était de pouvoir transmettre les fondements de la méthode sociologique, de la démarche des sciences sociales à des étudiant(e)s de L1. Pourtant, ce semestre n’a pas été fait que de confrontations avec ces jeunes esprits bouleversants. J’ai aussi eu la chance de pouvoir me tenir proche de la recherche par un atelier de méthode.

Vous vous en doutez, je l’ai déjà dit, débuter l’enseignement en passant très tôt en distanciel a été aussi déroutant qu’éreintant. Formateur aussi bien sûr. Mais cela se fait forcément au détriment du temps que l’on peut consacrer à sa recherche, surtout à distance, surtout sur un terrain comme le Liban contemporain qui demande patience et précision.
Pour autant, il serait faux de dire que ce semestre a été éloigné de la recherche. Il m’a ramené aux fondamentaux en me dévoilant mes retranchements : comment transmettre la passion de la recherche, en distanciel, à des étudiant(e)s qui débutent leur master sans pouvoir bénéficier d’une réelle sociabilité de recherche ?

J’ai ainsi l’immense chance d’animer cette année, avec quelques ami(e)s, un atelier d’initiation aux outils de l’enquête en sciences sociales dans le cadre du M1 Études Politiques à l’EHESS1. On a bâti ce projet dans le brouillard du premier confinement avec la conviction qu’il fallait dévoiler la fabrique de la recherche, la construction d’un objet et de réponses scientifiques, bien plus clairement aux jeunes chercheurs. Il s’agissait pour nous de répondre à un manque : un manque de réflexion sur la pratique des sciences sociales et sur la transmission de celle-ci2.
Avec le recul, je réalise qu’il est aussi ce qui m’a maintenu dans la recherche ce semestre. Tutorer, transmettre, aider : tels ont été les maîtres-mots d’un semestre loin de la thèse et l’essence même de mon engagement dans ce beau projet collectif. C’est sur les premières séances de cet atelier que je souhaite revenir aujourd’hui, à la fois pour faire un bilan de ce que l’on a cherché à transmettre mais aussi pour évoquer la joie, la respiration qu’a été la possibilité d’accompagner la fabrique de premiers sujets de recherche.

La joie du tutorat, la passion de transmettre

Avant d’envisager le fond du cours (enfin, d’un bout de celui-ci que j’ai cœur à partager ici), je voudrais m’épancher sur ce que cet atelier m’a appris : la recherche est un travail collectif. Je le savais déjà, tant les discussions entre ami(e)s, les pauses cookies et les réassurances collectives ont compté dans cette première année de thèse. Mais je crois que l’on réalise toujours mieux les choses quand on voit la magie opérer sur d’autres que soi.

Avoir la chance de pouvoir commenter semaine après semaine les travaux de tout jeunes chercheur(euse)s et de pouvoir les aiguiller vers certaines lectures, vers certains champs de recherche m’a permis de voir combien le collectif compte pour avancer dans son propre travail. C’est en étant dans la position de celle qui pouvait orienter, conseiller, que j’ai réalisé combien le collectif est central dans la recherche.

Mais au-delà même de cette réalisation, il s’agit bien de mesurer combien on chemine ensemble. Dans la diversité de nos sujets, objets, problématiques, méthodes, je crois qu’il y a une certaine uniformité des doutes. Or, dans cette expérience collective du doute permanent, pouvoir compter les un(e)s sur les autres est sûrement l’une des plus belles réussites de cet atelier. Je crois, au fond, que cet atelier m’a révélé combien on, en tant que collectif de recherche, était capable de se répondre, de se renvoyer la balle, de faire virevolter et circuler les idées, les propositions de recherche, sans jamais réellement dévier d’un fil commun.

Soyons honnêtes, le contexte participe beaucoup à rendre cette aventure collective assez incroyable. En distanciel, face à des étudiant(e)s dont l’entrée dans la recherche se fait sans l’expérience, pourtant centrale, de la socialisation à la recherche ; nous pouvons, à notre échelle, tenter de transmettre une part de ce qui a fait de nous des chercheur(euse)s.

L’incertitude autant que le sentiment de parfois pouvoir donner quelques clés sont alors nos ressources principales : leur avouer que l’on doute (et que l’on a peur) autant qu’eux ; tout en tâchant de rassurer, d’aiguiller, de conseiller. C’est bien un fragile équilibre, qui m’a aussi apporté une forme de sérénité face à mes propres craintes : « si j’arrive à rassurer et à aiguiller autant les M1, je devrai réussir à faire quelque chose de ma thèse même si rien ne se passe comme je l’aurais voulu ».

In fine, cet atelier se veut être un espace de réassurance collective. On transmet, on échange, on discute. C’est cet enchaînement qui permet de construire un lieu de dépôt de nos doutes, de nos réflexions. On tâtonne avec les étudiant(e)s qui se sont inscrit(e)s à notre atelier.

Enseigner la recherche en temps de confinement : de l’usage raisonné des outils numériques

De cette belle entreprise, j’aimerai partager avec vous des éléments évoqués lors de la seconde séance que j’ai animée : les outils numériques de la recherche. Ce n’est pas tant le partage brut de ressources qui m’intéresse ici mais plus une réflexion sur ce que le fait de partager les outils numériques de ma recherche m’a dit de ma propre pratique de la recherche en temps de confinement.

Au départ, avec ma collègue et amie Adriana Escosteguy-Medronho, nous avions envisagé cette séance comme une séance d’initiation à Zotero afin que les étudiant(e)s connaissent la diversité des fonctionnalités de cet outil et puissent l’utiliser à bon escient s’ils le souhaitaient. Mais très vite, nous avons réalisé qu’il n’était pas le seul outil numérique qui accompagnait notre vie de jeune doctorante. Nous avons donc choisi de leur proposer un panorama des outils numériques en insistant à la fois sur leur utilité pratique, sur la nécessité de les façonner à l’image de sa pratique et sur la vigilance éthique qu’ils imposent dans le dévoilement de ces pratiques. Pour cela, nous avons fait le choix de laisser un peu de côté l’ensemble de la démarche des humanités numériques sans éluder, pour autant, les grands enjeux d’éthique scientifique (plagiat, explication de la fabrique de notre recherche) que ce champ de recherche met au jour3.

Ainsi, cette séance a été envisagée comme un fourre-tout numérique. Il s’agissait de considérer tous les outils que l’on mobilise au quotidien, en tâchant de proposer aussi des alternatives (logiciels libres ou propriétaires, logiciels payants, logiciels que l’on utilise au quotidien, alternatives qui nous ont été conseillées, …).
Notre fil conducteur a été double : rester concentrées sur nos pratiques et nos usages ; tout en évoquant la nécessité de développer une éthique de la recherche en lien avec ces outils numériques et la façon dont ils encadrent, façonnent nos pratiques de recherche.

Ainsi, Zotero est ma base de données bibliographiques, mon espace de centralisation de tous les fils à penser qui se tissent. Il se prolonge avec Scrivener, devenu ma respiration, mon espace de réflexion où s’organise ma pensée, s’écrivent des bouts de réflexion et s’accumulent les projets, les propositions de communication, le travail de fond …. En parallèle, Tropy et XMind me permettent de visualiser ma recherche et les chantiers en cours. Je réalise que je pourrais même ajouter à cette liste NVivo, nouveau venu qui va m’accompagner dans les prochains mois pour systématiser l’analyse d’un corpus médiatique. La recherche, la production de données scientifiques, ne peut plus vraiment se penser sans la médiation des outils numériques. L’ordinateur, les moteurs de recherche, les logiciels qui accompagnent nos recherches sont devenus partie prenante de nos recherches et il est nécessaire de visibiliser tant ces pratiques que leurs conséquences sur la production du savoir scientifique.

La logique de ce choix pédagogique réside, bien sûr, dans le contexte que nous traversons. Insister sur les outils numériques lors du troisième cours d’un atelier de méthode n’est évidemment pas anodin : nous voulions que les étudiant(e)s puissent se saisir au plus tôt d’outils qui pourront peut-être, en partie, palier aux difficultés de la recherche en confinement. Pour nous, ces outils apparaissent aussi comme des béquilles, comme des façons de répondre à nos propres craintes et difficultés et il nous tenait à cœur de partager cela avec nos étudiant(e)s.

De fait, notre séance s’est logiquement bornée à une présentation rapide des usages de chaque outil. Pour certains, cependant, nous avons compléter la séance par des liens, des renvois, des vidéos, …. C’est sur cette petite compilation des ressources qui nous ont aidé à bâtir cette séance, que je vais conclure mon propos. Comme pour rendre à César ce qui lui appartient et vous inviter à vous balader dans cet ensemble de ressources si précieuses sur les outils numériques de la recherche.

Quelques ressources autour des outils qui accompagnent nos recherches

Sur les outils numériques de la recherche et sur les effets du numériques dans la recherche 

Autour des outils numériques de la recherche, de leurs usages et fonctionnalités

J’espère que les ressources proposées ici, la réflexion qui les amène, pourront ouvrir de riches discussions à la fois sur nos usages du numérique dans la recherche et sur les joies du tutorat comme œuvre de réassurance collective.

***

Il n’est pas impossible qu’au détour de mes pérégrinations de jeune chercheuse, j’ajoute diverses ressources à ce billet, notamment autour de l’outil NVivo.

***

  1. Vous trouverez toutes les informations sur notre atelier juste ici. []
  2. Merci à Antoine, Antonin et Adriana de m’avoir embarquée, avec quelques autres, dans ce beau projet, ils se reconnaîtront. []
  3. Pour plus de ressources sur les humanités numériques et leur enseignement, les billets de Caroline Muller sont précieux. N’hésitez pas vous balader sur son carnet Acquis de Conscience et notamment ici et . []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search