Schématiser pour mieux comprendre ? Autour de la Pyramide de Ponzi libanaise et de son effondrement

Affronter une crise quand on est chercheur n’est jamais aisé. Trouver la bonne place, la bonne posture est rarement chose facile.

C’est cette question qui me taraude depuis de longues semaines, et encore plus depuis l’explosion du port de Beyrouth : comment chercher quand tout donne le sentiment de s’effondrer autour de soi ?

Je n’ai pas la réponse à cette question, je ne suis pas sûre que je l’aurais un jour. Mais je crois avoir une certitude : réconcilier mon envie de chercher sur le terrain avec mon sentiment d’imposture et d’illégitimité passe par le partage. Refuser de taire et de passer sous silence le Liban d’aujourd’hui, tenter de partager (à la hauteur de mes connaissances) un bout de ce qu’il traverse sans jamais tomber dans le paternalisme et le misérabilisme pour autant est la seule voie envisageable.

Pour prendre mes marques, doucement, dans ce positionnement de recherche, je vous propose ici un schéma. Il s’agit de représenter la pyramide de Ponzi libanaise. Ce terme, employé par les économistes libanais, fait référence aux pratiques d’endettement de l’État libanais auprès de ces banques, alors même que ces banques sont détenues par les principaux dirigeants politiques du Liban.

Au-delà de la simple représentation graphique, il s’agissait de visualiser la crise en cours ; d’expliciter ses causes et ses conséquences, pour donner à voir les dynamiques globales. Jamais un schéma, pourtant, ne résumera la souffrance traversée par la population libanaise. Un schéma, simplificateur par essence, se veut explicatif, parfois démonstratif. Il s’agit bien ici de mettre en signes et en mots les relations entre monde financier et monde politique au Liban et d’examiner ses conséquences au prisme de l’économie politique.

Mener cette réflexion peut s’avérer profondément heuristique dans la compréhension même des relations entre citoyens et État au Liban. En effet, questionner les mondes scolaires suppose de s’attacher à comprendre comment ces espaces peuvent être un observatoire des relations citoyens/État au Liban et des motifs de recours aux initiatives privées.

Quelque part, ce schéma est aussi le premier jalon d’un questionnement plus large sur ces questions. En mettant en lumière le rôle de la caste politique libanaise dans l’appauvrissement de l’ensemble de la population du pays, et notamment de ses classes moyennes, il nous donne des clés de compréhension nécessaires à l’enquête ethnographique. Il permet de saisir ce qui se joue, à l’échelle macro, pour mieux penser l’échelle micro, l’enquête ethnographique et ainsi, mieux accueillir la parole de chacun-e des libanais-e-s que j’aurais la chance d’interroger lors de mon enquête.

Sur ce document PDF, s’applique la licence CC-BY-NC-SA. Cela signifie que vous avez le droit de réutiliser mon travail, de l’adapter même. Cependant, vous devez toujours mentionner mon travail original. Si vous décidez de publier une nouvelle version de ce schéma, transformée par vos soins, elle devra être publiée sous la même licence Creative Commons.
Un lien de téléchargement du document vous sera proposé à la fin de ce billet.

*******

Il m’est impossible de vous donner précisément l’ensemble des éléments lus et croisés au cours de mes derniers mois de recherche et qui m’ont permis d’aboutir à ce schéma. Il est d’ailleurs, avant tout, le résultat d’une veille médiatique de long court. Je vais donc vous proposer ici quelques ressources, autant à l’origine de ma propre réflexion qu’utiles pour approfondir les causes & conséquences de la crise libanaise.

Quelques ressources à consulter pour en savoir plus …

*******

Le schéma que je vous propose ici ne se veut pas exhaustif. Il vous propose les clés de lectures de la crise en cours qui me semblent principales, essentielles à une bonne compréhension de ce qui se joue. Si des économistes ou des journalistes ont à cœur d’ajouter des éléments, de le compléter, j’en serais ravie. N’hésitez à me contacter ou à écrire vos remarques dans la section « commentaires ».

*******

** Le schéma a été modifié le 28 août 2020 pour corriger quelques fautes de frappe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search