À propos de ce carnet et de son autrice …

– Un projet d’écriture tout au long de la thèse … ou le partage de ses tâtonnements

Ce carnet est né d’une volonté de partager un cheminement de recherche. Comme un hommage à la nature intrinsèquement collective de la recherche, je tenais à rendre public une partie de mes réflexions. Comme un hommage à la tradition du compagnonnage, il s’agit aussi de tisser des liens avec d’autres jeunes chercheur.euse.s autour des objets et des questions qui sont les miens. Questionner ensemble pour écrire et construire ensemble, tel est l’objet initial de ce carnet.

Je dois bien admettre aussi son caractère exploratoire. Tenter d’écrire, d’endosser ce costume de jeune chercheuse et pratiquer une écriture scientifique dans les premiers moments d’une thèse, qui restent relativement peu propices à l’écriture scientifique, voilà l’objet second de ce carnet.

– Quelques mots sur l’autrice de ce carnet

Autant j’aime écrire avec le « je », autant il m’est très difficile de parler de moi, d’assumer mon travail et mes recherches.

Je dois pourtant me présenter « officiellement » : Akhésa Moummi, jeune doctorante au sein du Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités – Fond Yan Thomas (CNRS/EHESS – FRE 2024). Je suis aussi doctorante associée à l’Institut Français du Proche-Orient, antenne de Beyrouth (MEAE/CNRS – UMIFRE 6/USR 3135).

Ma thèse, débutée en octobre 2019, va tâcher d’explorer l’idée d’une « hypothèse laïque » au Liban. À la fin de mon mémoire de master 2, j’ai formulé l’hypothèse d’un rôle possible des établissements français au Liban dans la formation d’une « autre » forme de citoyenneté : une citoyenneté plus sécularisée, voire laïque dans une société pourtant confessionnalisée. À partir d’une étude ethnographique de plusieurs établissements français au Liban (ceux homologués par l’Agence de l’Enseignement Français à l’Étranger), je vais donc tenter d’explorer les ressorts de la citoyenneté libanaise et les effets d’une possible socialisation à la laïcité sur cette dernière. Si vous voulez en savoir plus sur mon projet de recherche et mes principales hypothèses, je vous invite à consulter ce billet.

Ce carnet se construit progressivement, au fur et à mesure de mon travail de doctorat et des objets que je souhaite partager. Pour le moment, il se compose des sections suivantes :

  • Une section autour de mes débuts dans l’aventure doctorale et des principaux questionnements dans les premiers mois de celle-ci : les fils de réflexion de ma thèse.
  • Une deuxième qui fait place aux enjeux d’écriture, tant les questions épistémologiques et réflexives me semblent importantes dans mon propre cheminement.
  • Une autre catégorie, un peu comme un mi-temps entre les deux précédentes, qui s’intéresse aux pratiques de recherche que je vais (tenter de) mettre en œuvre dans le cadre de mon travail de thèse et qui interrogera la construction progressive de mon enquête et ses outils.
  • Parce que l’enseignement est une expérience très enrichissante et que la méthodologie est une petite passion personnelle, je ne manquerais de vous partager de temps à autre des réflexions sur les cours que je vais avoir le privilège de donner, des contenus liés à mes enseignements (comme des formations méthodologiques, …), mes doutes et mes peurs aussi. C’est par ici.
  • Une section consacrée à mes lectures et à mes « sources ». Il s’agit de construire une réflexion en dialogue avec d’autres travaux, tout autant que de partager ce qui a nourri mes réflexions.
  • Une catégorie de billets qui évoque les coulisses du doctorat en questionnant notamment la place du doctorant et les exigences propres à ce diplôme.
  • Et puis, parce que la recherche est aussi un jeu d’évocations et de sensibilité, je vous propose des intermèdes comme une respiration personnelle et réflexive du travail de recherche. Par l’alliance de l’image, du texte, des extraits d’entretien, j’aimerais réussir à partager, à travers l’écran, ce qu’est le Liban ; du moins, ce qu’il représente pour moi.

– Crédits photographiques

Pour convention, toutes les photos de ce carnet sont des photos personnelles. Je tiens à vous proposer une balade visuelle au Liban, en miroir de mes recherches sur ce pays, comme une évasion temporaire vers des cieux plus ensoleillés. Si jamais une photo venait à ne pas être de moi, ses crédits seront toujours inscrits dans la légende de la photo.

La photo d’en-tête de ce carnet a été prise à Baalbeck, merveilleux site archéologique du Liban, situé dans la plaine de la Bekaa. Il s’agit d’une photo grand angle capturant le sommet d’une coupole ouverte sur le ciel libanais. On peut apercevoir les détails des moulures de cette coupole. Cette image me renvoit instantanément dans le calme et la douceur de ce site, que j’apprécie tout particulièrement.


Je vous souhaite une belle balade dans ce carnet

Akhésa

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search