Les citations qui résonnent … !

Le carnet de thèse comme « réfraction de nos idées, peut-être plus riches que nos idées elles-mêmes ».
« Je l’emmène partout avec moi : il se promène de sac en valise, de laboratoire en salles d’archives, de bureaux en bibliothèques. Mon premier réflexe est de l’installer sur la table lorsque je commence une session de travail, même lorsque je pense n’en avoir pas besoin. Il est là, à portée de main, toujours prêt à recevoir une réflexion ou une référence inattendue. Il me rassure, car il me donne l’illusion de fixer le mouvement de mes idées. Il me tient compagnie lorsque l’insomnie transforme la nuit en réflexions fructueuses ; il est bien plus discret que l’ordinateur et son clavier. Son épaisseur m’indique que j’ai travaillé quand je doute. »

Par Caroline Muller, juste ici.

Écrire en ethnographe
« L’écriture de nos recherches s’adresse donc d’abord non pas à des lecteurs indéterminées, mais à des hommes et des femmes précis appartenant à l’espace social étudié. Quand j’écris, ces vivants et ces morts dialoguent avec moi ou bien lisent par-dessus mon épaule les phrases que je couche sur le papier. »

Par Alban Bensa dans son article « Le dessous des mots ». Pour en savoir plus, baladez-vous par .

Le poids de nos brûlures
« Dès lors, comment faire pour ne pas se tétaniser et se rendre fou, justement ? Comment convertir la fragilité mise au jour par la brûlure en élan de pensée ? »

Par Caroline Muller, juste ici (lisez tout ce billet, il est fabuleux !).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search